Jour : 15 janvier 2010

Je casque, tu casques, nous casquons…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Je casque, tu casques, nous casquons...

Qui va casquer?

C’est les cyclos!

Porter obligatoirement le casque en ville et ailleurs, c’est ce
que s’apprête à décréter le Gouvernement.

Cette mesure qui parait être de bon sens génère pourtant l’ire
de la communauté des cyclistes urbains.

La FuBicy fait actuellement circuler une pétition contre cette obligation.

N’est-ce pas déjà un combat d’arrière-garde?

Le malheur, c’est que l’immense légion des cyclos sportifs,
cyclo randonneurs et cyclotouristes ne comprennent pas cette
position de la FuBicy, eux qui sont déjà habitués à le porter, le
casque.

Il est vrai que si cette mesure est adoptée, elle va décourager
une frange importante de ceux qui s’apprêtaient à abandonner la
voiture au profit du cycle.

Le casque va en effet venir compliquer l’utilisation du cycle en
ville et en particulier de tous ces vélos urbains mis en location.
Et aussi ceux des cyclistes qui culturellement y sont rétifs.

Vélomania des villes, vélomania des champs

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Vélomania des villes, vélomania des champs

Fauteuil mono-roue
Ferriol-Matrat

Bon, alors…quel vélo prendre aujourd’hui? le vélo de ville ou
le vélo des champs?

Il existe bien la voiture citadine et la limousine des voyages,
non!

Les fabricants de cycles l’ont bien compris: le cycliste
continue de réagir aux stimuli consuméristes; les designers vont
donc pouvoir exercer leurs talents à cette vélomania qui s’empare
de nous.

 

On avait déjà le cylo urbain, la randonneuse, cette élégante
demoiselle surrannée, le VTT, le VTC…


image ridebikes

Mais on éprouve de  nouveaux besoins…

Il faut maintenant le tandem pour sortir avec madame, le vélo
couché pour les jours « grasse matinée », le vélo en bois pour écolo
pur et dur, le vélo cargo pour aller au marché le samedi matin, le
« fixies » pour frimer et même…et même… le mono-roue pour faire
le cirque dans la rue devant les voisins.

Notre garde robe n’en finit pas de s’agrandir.

A un point tel que « notre cyclopédique élégance » fait craquer
les garages!