Jour : 14 janvier 2010

Que faire de nos bagnoles?

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Que faire de nos bagnoles?

C’est en parcourant Carfree que je découvre combien le passage de la
bagnole au vélo devient compliqué!

Il y a les cyclistes de toujours. Ceux-là n’ont pas d’états
d’âme, puisqu’ils n’ont pas de bagnoles à abandonner.

Mais les autres?

Tous ceux qui se laissent convertir au dogme du « tout vélo »?

Comment vont-ils recycler le véhicule qui dort sur le
parking de l’immeuble ou dans le garage?

Au début, on le garde…en se contentant de le faire tourner une
fois par semaine pour que la batterie ne se décharge pas.

On s’impose même une course à l’autre bout de la ville pour
afficher quelques kilomètres au compteur…

Et puis, il faut bien se résoudre à admettre qu’il ne sert plus
qu’une fois par mois …

Le frais fixes sont toujours là…

Attendons donc qu’une conclusion s’impose!

Stakhanov pas mort

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Stakhanov pas mort

image montée cycliste
Julien-Lizeroux

Ce mois de janvier est propice aux bilans cyclistes de l’année
écoulée dans les clubs de cyclotourisme ou cyclosportifs.

Les avaleurs de bitume s’en donnent à coeur joie lorsqu’il
s’agit « de faire pêter les chiffres ».

C’est ainsi qu’on découvre de véritables stakhanovistes* du
vélo.

Stakhanov était honoré sous l’empire
soviétique pour avoir avoir abattu 102 tonnes de charbon en 5
heures 45 à la main dans une mine.

Ainsi, il n’est pas rare de rencontrer des cyclo-randonneurs qui
affichent 15, 20, voir 35.000 km par an!

Pour le commun d’entre-nous, cela dépasse l’entendement, bien
sûr.

Mais ces cyclistes là sont au moins la preuve qu’on peut faire
aussi bien sur son vélo qu’un automobiliste moyen!

Sans pollution.

 

La mariée était en rose

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, La mariée était en rose

Image Chicks and Bikes

On ne peut quand même pas en rester là!

Tous les laudateurs et adorateurs du vélo ne sont-ils pas en
fait à court d’arguments pour gagner des conquêtes nouvelles? et
surprendre notre élite républicaine?

« Vélo balade », « vélo rando », « vélo camping », « vélo boulot » et
même « vélo-rution »….

Oui, tout cela nous le pratiquons déjà.

Mais ne manque t-on pas d’imagination lorsqu’il s’agit d’aborder
concrètement des déplacements plus particuliers?

Comme ceux du transport amoureux à vélo?

Voire du transport de jalousie?…Et même du transport de
justice, le cas échéant?

N’arrêtons surtout pas nos progrès cyclopédiques!

 

 

Sacoches ou sac à dos?

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Sacoches ou sac à dos?

Image Vaude

Sacoches ou sac à dos?

Quelle question!

Les cyclos urbains ne se la posent plus.

Pour avoir essayé les deux méthodes, je peux faire part de mon
expérience pour des courses en ville.


Les sacoches:


image
Vaude

avantages

– fixées de part et d’autre du cyclo, on a un grand volume
d’embarquement et c’est le vélo qui porte. Pas vous.

– elles sont toujours prêtes à partir avec votre bécane.

inconvénients

– une fois arrivé en ville, il faut
laisser vos sacoches avec le vélo; au risque de vous les faire
voler avec le contenu et (pourquoi pas?) avec le vélo…

– on ne passe pas partout sans risquer
d’accrocher quelque chose ou quelqu’un dans les passages
étroits.

Le sac à
dos:


image
Vaude

Avantages

– on garde son sac avec soi même quand
on devient piéton et on ne risque donc pas d’être volé, on peut
ranger ses achats aussitôt. Ou emporter ses affaires de
travail…

– on peut y laisser à demeure des
objets personnels

– on est plus à l’aise pour passer
dans les endroits étroits

– on peut même ramener le pain sans
couper la baguette en deux!

Inconvénients

– Plus le sac est chargé, plus c’est
inconfortable pour pédaler

– On dispose de moins de volume
embarquable qu’avec les sacoches

– On masque le gilet de sécurité
EN471. C’est pourquoi il faut user de sacs à dos dotés de bandes
rétroréfléchissantes. Pas facile à trouver. J’ai donc fait coudre
sur le mien de la bande scratch avec une bande rétroréfléchissante
amovible.

– En cas de chutes, contenu
susceptible de blesser…

la solution « sacoche à
dos »

– Et pourquoi pas les deux ensemble,
mon Capitaine?

– Exact, la firme Vaude y a pensé. Elle commercialise une sacoche
qui se transforme en sac à dos une fois arrivé sur place. On peut
même y loger un ordinateur.

Ici, une belle page de bagagerie urbaine

Haïti, pour un geste humanitaire

Haïti est une nouvelle fois frappé.

Cette fois par le mauvais sort.

Que pouvons-nous faire?

Evidemment, il existe les organismes humanitaires auxquels l’on
peut faire des dons pour les besoins immédiats.

Comme la Fondation de France ou Médecins du
Monde
.

Il existe aussi Cyclo Nord-Sud, un organisme canadien qui
collecte et expédie des vélos vers les pays pauvres.

On peut aussi y faire un don via la toile en précisant pour
Haïti…(15 dollar canadien = 10 euros).

L’essentiel, c’est de participer!

Même modestement.