Autopsie du Peugeot PX50


J’ai trouvé cette vidéo d’un amateur de PX50 membre d’un club vintage.

Ce Peugeot des années 70 nous rappelle ce qu’était un vrai routier à cette époque.

C’est à dire un tas de ferraille hétéroclite.

Un assemblage de pièces détachées de piètre qualité.

La selle Idéale rembourrée avec des noyaux de pêches…et les dérailleurs Simplex raides comme la justice.

Mafac avec ses freins ne s’était pas embarrassé: il les appelait tout simplement « Raid », ce qui n’était pas faux.

Je crois reconnaître le phare carré Soubitez en plastique douteux.

10 ans auparavant, j’avais un Motobécane encore plus médiocre avec lequel j’allais à l’école chaque jour.

N’ayons pas de regrets!

On comprend pourquoi tous les jeunes rêvaient d’une Mobylette dès 14 ans, ils voulaient échapper à la punition.

Publicités

4 réponses sur « Autopsie du Peugeot PX50 »

  1. Si tu n’aimes pas ça, n’en dégoutte pas les autres !
    J’en ai un vieux comme ça, rebricolé avec des pièces d’occasion, qui me sert surtout pour les déplacements utilitaires, qui couine de partout, dont le guidon est règlé comme un cintre de piste et dont je ne change pas la guidoline pour qu’il aie l’air encore plus minable qu’il n’est.
    Je pense qu’il roulera encore un bon moment avant qu’un casse-cou ne se risque à me le voler.

  2. Domage que le rédacteur de l’article ne connaisse rien à la qualité.
    Le tas de ferraille hétéroclite était moins lourd que les vélos d’aujourd’hui, duraient 30 ans sans souffrir, les freins mafac avec pivots bagués bronze avaient une efficacité totalement inconnue sur les vélos d’aujourd’hui, et les phares, certes en plastique pas terrible, éclairaient, quelle drôle d’idée, alors qu’aujourd’hui, ils s’allument… mais n’éclairent pas ! En techno vélo « abordable », rien d’aussi bon n’a été commercialisé depuis ces Peugeot là. La selle n’était pas inconfortable car bien modelée (ergonomiquement) mais un peu plus tard sont arrivées des selles un peu plus confortables… mais bien moins endurantes !

  3. Halte au feu!
    Vous avez gagné.
    Quand c’est la passion qui parle, il est impossible d’avoir raison.
    La cause est donc entendue, les Peugeot de l’époque étaient de très bonnes machines.
    N’y revenons pas!

  4. ….quoique…le Phare Soubitez me reste quand même en travers de la gorge sur le plan de l’éclairage.
    En gros, c’était l’équivalent d’une torche Wonder…et encore: quand on pédalait vite!
    Si voulez développer une section d’anthologie du cycle sur vélomaxou, la porte est ouverte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s