Restons couverts


On a choisi le parcours forestier, celui où la canopée nous protège.

Ne pas s’exposer aux rayons dardants, c’était le but.

Je souffre en silence de cette casquette et de cette platière mastique.

De quoi contenter d’aise lomoberet.

La chance d’une forêt proche à parcourir en long et en large ne se refuse pas sur un VTT dès lors qu’il accepte tous les chemins tortueux en évitant les routes traversières.

Pourtant, l’eau baissait quand même dans nos bidons, plus vite que prévu.

Bzzz,bzzz,bzzz, les abeilles manifestent. C’est pas une vie!

Après treize heures, il fallut traverser les contours de la ville, le goudron fondait, et nous aussi!

Vite, réfugions-nous sous la douche!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :