Étiquette : canicule

Les potins du lundi

sam_le_pompier
Sam le pompier, tout droit venu du Pays de Galles, fera t-il des émules?

Plus grand, je veux faire pompier.

Un métier qui a de l’avenir.

A la ville, à la campagne et aussi dans les entreprises et les locaux recevant du public.

A l’heure matinale où je vous écris ce billet, j’ai un ventilateur tout près de moi qui brasse de l’air et qui me gonfle les oreilles.

Le feu est devenu une menace permanente avec l’élévation des températures et des pays comme la Suède, peu impactés jusqu’alors sont confrontés à des feux de forêt.

Que toute la planète s’embrase n’inquiète pas encore le système économique dominant.

L’essentiel sera de freiner à temps ce modèle avant qu’il n’explose.

Sera t-il encore temps?

Les États auront-ils encore les moyens de régulation capables d’endiguer le phénomène climatique dès lors que la concorde sur les moyens à adopter n’est plus à l’ordre du jour?

Les plus jeunes n’ont pas connu l’impôt sécheresse de 1976

Cette année là, on voyait défiler à travers la France des convois de pailles sur des camions et des remorques attelées à des tracteurs agricoles.

En juillet de cette même année, l’armée prêtait mains fortes aux agriculteurs pour transporter du fourrage vers les régions déficitaires.

Aujourd’hui, on ne parle pas encore de sécheresse même si certaines sources commencent à se tarir.

En Alsace, les maïsiculteurs arrosent grassement les champs et tout ce qui gravite autour, chemins, routes et voitures de passage; avec quelle eau? à quel prix?

Non, aujourd’hui ce qui inquiète le plus c’est la montée des températures.

Une France rouge écarlate, c’est peu courant. Surtout pendant plusieurs jours.

Le temps où l’on pouvait laisser portes et fenêtres ouvertes dans les villages pour aérer est révolu.

C’est la France des villes qui a pris le relais.

Pas question de s’en aller avec la porte ouverte pour faire de l’air.

Les ventilateurs s’arrachent dans les magasins et aussi les brumisateurs.

Des ventilos qui envoient de fines gouttelettes d’eau et dont on espère qu’en se vaporisant elles feront baisser la température d’un demi degré ou plus.

On va donc pouvoir en attendant la fraîcheur se pencher sur nos cours d’antan, la courbe adiabatique, l’enthalpie et le diagramme de Mollier.

Pendant que nos climatologues revoient leurs prévisions, les climatiseurs tournent à plein régime. Jean Jouzel parle de 50° en 2050. Je ne veux pas voir ça. Arrêtons l’acharnement thérapeutique!

Vivre confiné toute l’année dans des immeubles étanches, c’est ce qui nous attend

Comme en Chine où l’air est devenu irrespirable ou aux States, champions de la consommation par tête de pipe.

Il est désormais clair que les normes énergétiques de construction vont devoir intégrer la clim dans leurs programmes puisque les États se sont montrés impuissants à endiguer le réchauffement.

De simples mesures préventives  (et symboliques?) comme la limitation de vitesse sur nos routes sont bafouées, personne ne les respecte.

C’est dire le peu d’implication de nos contemporains dans ce phénomène planétaire où les pays riches sont pourtant les plus responsables de la situation.

Publicités

Temps long

tempu00e9r
. 18° chez les Brestois, ça mériterait une taxe de solidarité, un genre d’impôt anti sécheresse. (Météociel 3 août 2018)

Ceux qui travaillent doivent le trouver.

Ceux au bord de la plage aussi.

Mais les autres?

Tous les autres?

Ils se déchirent sur la bonne méthode à adopter pour passer le temps long de canicule.

Tout le monde n’a pas un parrain sicilien capable de régler le ballet des ouvrants du logis au gré du cagnard.

Chez moi la conversation s’anime jusqu’à l’altercation.

Faut-il ouvrir ou fermer?

A quelle heure?

Combien de temps?

J’ai l’œil rivé sur le thermomètre…et je note sur l’agenda de l’iphone comme un huissier météorologue

Le matin, fatalement, il monte, alors qu’il est déjà haut.

Va t-il rejoindre celui du dehors, le thermomètre?

On ouvre les paris.

Avant même dix heures (du matin) tous les efforts de la nuit, tous nos espoirs, sont perdus.

Fermées ou ouvertes, les fenêtres?

Une fois que l’intérieur a rejoint l’extérieur, à quoi bon s’acharner à vivre dans une cuve close?

On n’est quand même pas des marinades!

Alors on ouvre.

Pour faire de l’air.

Puis à grands coups de ventilos, on fait rentrer le siroco.

Il ne reste plus qu’à fuir, une serviette autour du cou.

En cas d’urgence, on court se réfugier deux heures à Leclerc, deux heures à Cora et on termine pas Décathlon.

C’est bien Décathlon.

On croit faire du sport.

 

 

Chienne de temps

1140_400_400_photo-vin_bleu-16-9_1_bd
vin bleu. chienne de temps

Canicule vient de chien.

D’habitude le temps de chien, c’est le sale temps.

Mais la chienne de temps, c’est la canicule.

Trois nuits sans descendre au-dessous de vingt degrés et c’est la canicule dit Météo France

Soit!

Un qui se frotte les mains, c’est le journal l’Alsace.

La rubrique nécro s’allonge, s’allonge, comme un col de cinquième catégorie.

Nos vieux quittent le navire sans attendre le port

Vu de l’Afrique équatoriale, les bédouins restent impassibles à notre désarroi.

En France, ça cogite.

Pendant que Macron étrenne sa piscine toute neuve avec Theresa à Brégançon, on commence à s’inquiéter des effets durables de ce réchauffement qui revient chaque été.

Les curistes de Vittel vont-ils manquer d’eau pour leurs ablutions?

Nestlé-Waters jure que non.

La vague de décès prématurés dans les Ephad ne va t-elle pas se transformer à la rentrée en affaire d’état comme pour Benalla?

Une qui ne quitte pas Paris, c’est Agnès Buzin, la ministre de la santé.

Pas question de se promener en bras de chemise sur le Vieux Port comme un  de ses prédécesseurs!

Buzin, elle est un peu comme sa consœur Bachelot, prévoyante.

Elle a parait-il acheté des milliers de masques à gaz pour contrer la pollution.

je vais aller siroter un verre de vin bleu

Dans le Haut-Rhin, le Conseil Départemental s’interroge; depuis que les lacs de montagne virent au vert de gris, on se penche sur le phénomène des cyanobactéries.

Les viticulteurs songent déjà aux vendanges, les saisonniers seront-ils revenus de vacances à temps?

Les marchands de clim sont au bord de la rupture tandis qu’EDF peine à faire tourner ses centrales.

Histoire de faire tourner la planète à fond la caisse

Pour faire bonne mesure, Trump encourage la production de ses 4×4 à huit cylindres.

Histoire de faire tourner la planète à fond la caisse.

Bon, je vais aller siroter un verre de vin bleu…en attendant la semaine fédérale de cyclotourisme qui commence bientôt à Epinal.

Gare aux coups de chaleur!

 

Le Rubik’s cube

330px-Rubik's_cube.svg

Passer ses nerfs avec un Rubik’s cube, c’était un peu mon projet du jour.

A Cernay, « Leclerc se met au vert ».

C’est son nouveau slogan après « le halte à la vie chère« .

La grande surface ne craint pas d’arroser amplement ses espaces de verdure dès que le soir tombe.

Le résultat attendu est au rendez-vous, on se croirait transporté en Irlande.

Les touristes qui débarquent en Alsace par la RN66 s’empressent de regarder la carte et de vérifier leur GPS. Non, ils ne sont pas en Bretagne mais en Alsace. Le ch’ti qui fait boire son chien au pied du camping-car en est tout ému « avec toute cette pluie, il a pas fini par marcher dans la boue » me dit-il en désignant le gazon immaculé.

La canicule? Leclerc connait pas.

Pourtant les communes de la vallée de Saint-Amarin commencent à tirer la langue; les sources de surface connaissent des débits à la limite des besoins particulièrement au quartier du Frenz à Kruth.

Leclerc non!

Je n’ai pas résisté, j’ai traversé en diagonale la belle pelouse avec mon VTT afin de m’affranchir de tous ces haricots bitumés qui conduisent au parking géant.

Puis j’ai posé mon destrier sous son auvent en lui demandant sagement d’attendre sans graisser le sol en béton avec l’huile de chaine proche de la fusion.

La jeune stagiaire d’été qui approvisionnait le rayon a déjà tout compris de son job et de sa relation avec la clientèle…

  • Savez-vous si vous avez des rubik’s cube?

  • si vous avez parcouru tout le rayon, c’est qu’il n’y en a pas!

En gros la leçon managériale pour les jeunes embauchés accédant aux rayons doit être à peu près cela: « si vous avez besoin de rien, je peux vous aider ».

Mais à Gifi, le magasin tout proche de Leclerc, la vendeuse qui range les rayons est déjà plus experte en contact clientèle…

  • Savez-vous si vous avez des rubik’s cube?

  • c’est un produit de saison qu’on approvisionne plutôt à Noël, allez voir à Leclerc, ils en ont toute l’année!…

J’ai compris que je pouvais aller me brosser avec mon rubik’s cube et j’ai repris mon vélo.

 

Désaccord sur le climat

michelbach
le court-circuit du jour loin du Mont Parnasse

C’est dans la moiteur qu’on enfourche les bécanes.

On ne peut quand même pas attendre un grand cataclysme planétaire pour savoir si on pourra toujours faire du vélo.

Comme ma grand-mère.

En désaccord, on l’est.

Le climatoscepticisme a fait son œuvre et on en est réduit à colmater les incendies avec des seaux d’eau fuyards.

Des mesures timides de restriction de la vitesse en France pour se donner bonne conscience et on fait comme avant.

Moi ce qui m’enchante c’est la Californie qui brûle, l’état le plus peuplé des US avec 40 millions d’habitants.

C’est au moins la monnaie de la pièce pour Trump.

On se doute dans ces épisodes caniculaires qu’on nous cache une part de la vérité puisque nos grands chambellans sont tous affairés à ventiler le prince et à lui gonfler sa piscine.

La planète brûle par endroit quand en d’autres elle déborde.

Je ne sais pas si c’est que l’on nomme la théorie du grand remplacement…de l’eau pour noyer les plus pauvres et du feu pour les plus riches?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
De l’eau sur Mars et à Michelbach

De l’eau sur Mars!

Ah c’était donc ça les véhicules inter-stellaires qu’on nous prépare, s’exiler sur Mars.

Et Jupiter dans sa piscine.

Rien que pour lui.

Si mon parcours vous tente il est là

De l’ombre, beaucoup d’ombre et un zeste de soleil de plomb pour la fin.

Ce sera tout pour aujourd’hui.

Je suis assez content de mon mijotage climatique tout en pédalant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un zeste de soleil de plomb pour la fin du parcours

 

Vieux singe

vieux-singe-810x635.jpg

Vous ne serez pas étonné, avec ces températures, je décroche.

Si vous laissez filer la matinée dans d’autres préoccupations, c’était mon cas ce matin, l’après-midi il est trop tard: la chaleur est là.

J’en ai profité pour faire un voyage à la déchetterie avec de vielles choses devenues inutiles.

En chemin, j’ai croisé une brigade de cyclistes venant de Mulhouse.

Des grognards manifestement.

En rang par deux, ils partaient à l’assaut du massif.

Sans ravitaillement!

J’ai passé et même dépassé cette époque épique où je m’exposais à des efforts physiques de forçat.

A la déchetterie, la préposée expertise le contenu de mes poubelles.

La farandole commence…et notre maîtresse de ballet veille au grain.

ça ça va là, et ça ça va où?…

je me trompe, les meubles, c’est pas le bois.

« je vous ai vu! »me dit-elle; c’est du flagrant délit comme Benalla.

« j’ai pas fait exprès m’dame »

« la prochaine fois, c’est l’amende! »

« c’est combien? »

« 150 euros… »

« et votre assermentation, vous l’avez?… »

« !!!! »

« montrez la moi!… »

C’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire la grimace.