Une malencontreuse bévue


Je m’interroge : pourquoi placer un obstacle sur un dispositif dont la fonction est précisément la sécurité ? Le cycliste aurait-il moins droit à la sécurité qu’un autre citoyen, au mépris du principe républicain, pour qu’on lui tende ce piège ? s‘étonne Jean-Michel Pouey dans les DNA du 20/7

Pas content, Eric Elkouby, adjoint au maire de Strasbourg du tac au tac lui répond… »Au-delà de l’esprit polémique que vous employez, je tiens à vous remercier de nous avoir signalé cette malencontreuse bévue et j’ai le plaisir de vous indiquer que le poteau mal planté a été immédiatement enlevé et déplacé lundi 21 juillet 2014. »

 

Ainsi donc, la fonction publique commet de malencontreuses bévues. Comme c’est malencontreux!

Imaginons un peu la dépense indue par nos deniers publics: planter et déplanter un poteau. Au moins une équipe de deux pendant une demi-journée soit huit heures de main-d’oeuvre et quelques kilomètres de véhicules; combien de véhicules au fait? et le contremaître qui est venu prescrire le matin et qui est revenu voir le soir, combien de temps imputé à sa fonction d’encadrement? et l’agent qui a ventilé la main d’œuvre? et celui qui a mis à jour le dossier d’ouvrage?

Nos élus ont le sens de la contrepartie, jamais il ne songe à mettre en question la science infuse de leurs collaborateurs.

Alors oui, c’est vrai, les cyclistes usent parfois d’un ton polémique voire sarcastique à l’égard des pouvoirs publics qui campent des panneaux et autres obstacles en dépit du bon sens sur nos étroites bandes cyclables. Comme si c’était nécessaire d’implanter un panneau B22 à cet endroit obligeant ainsi les cyclistes à passer là et pas ailleurs? A ce propos, on aimerait voir comment est rédigé l’arrêté municipal prescrivant la pose de ce panneau…

Le font-ils exprès?

C’est toute la question.

Si la réponse est oui, alors au moins au le saura.

On saura que si l’on s’est mangé ce poteau, c’est pour nous faire comprendre qu’on ne nous aime pas.

Sera t-on en mesure de le prouver qu’on ne nous aime pas? avec la mâchoire en miettes, l’œil de travers et le bras en écharpe?

En revanche, si la réponse est non, alors il faudra vite concevoir un brevet d’apprentissage de la pose de poteau pour cycliste.

3 réflexions sur « Une malencontreuse bévue »

  1. Je viens de consulter différents articles concernant ce fameux panneau B22 : comment savoir si le cycliste peut réglementairement ne pas respecter cette (pseudo) interdiction; autrement dit l’arrêté de police existe-t-il réellement ? le panneau n’a-t-il pas été encore remplacé par un C113 ? des conditions de circulation (sorties de propriété, différences de niveau, « bateaux de trottoirs » , …) inadaptées à la vitesse du cycliste peuvent-t-elles justifier le non-respect de ce B22 ?
    Bref, tout cela, ce n’est pas clair !!

    J’aime

  2. On n’est pas a ça près, sur la ligne de « BHNS » G tous les aménagements ont été refaits à neuf et une armoire électrique est implantée au milieu de la piste cyclable dans une rue toute neuve (vers l’arrêt LAVOISIER) et si seulement c’était la seule connerie le long de la ligne G…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :