Stop ou encore?…


Je pars.

Où?

Je ne sais pas, mais je pars.

Ils sont sympas, ils ont compacté le chemin.

Qui ça ils?

Les mecs qui font tourner les centrales bucoliques électriques sur le vieux canal.

Faut pas croire: si le chemin est compacté, c’est juste pour que l’EDF puisse aller relever les conteurs compteurs des turbines qui sont au turbin.

Pas pour les cyclos à VTT.

Vous avez vu, c’est pas top comme parcours.

C’est tout droit et en plus y’a rien à voir.

Circulez!

Hardt nord.

De la lecture en pleine forêt!

Inhabituel.

Des pages tous les 100 mètres.

Je lis.

Quel privilège!

 » Des forêts sèches », des arbres dont les racines ne sont même pas capables d’atteindre la nappe phréatique.

C’est trop nul.

Même les pelouses, elles sont sèches. Comme cet été en juillet.

Des pelouses?… où ça?…

A 20m, là, à coté…

Je vais voir…

Oui, c’est vrai…

Si vous voulez savoir où se trouve ce parcours sympa, loin du tohu-bohu, c’est à la marque 177 du plan ci-après, du coté du poney-parc de Blodelsheim

Mon parcours du jour

Après je quitte la forêt.

Les maïs sont en pleine effervescence, on les récolte, on les concentre dans les silos.

On va pouvoir donner à bouffer aux bestiaux.

La récolte de maïs a souffert. Trop sec, trop mouillé, trop de tout. Mais on a échappé à l’impôt sécheresse.

Le monde décharné, le monde agricole…ça fait peur.

28 tonnes. Le mec a peur, il pèse son tracteur à la sablière avant de passer à la pesée du silo 500m plus loin. La confiance règne dans le monde paysan.

Fessenheim.

Un truc qui fait causer dans le poste.

Je vais m’en approcher.

 

Le long du grand canal, face au vent…je ne sens pas la radioactivité

Je décroche du chemin, la centrale barre la route.

Puisqu’on vous le dit qu’elle est sûre, la centrale.

La preuve, je n’ai rien senti. Même pas un petit grain de strontium entre les dents.

Bon, j’accélère quand même. Des fois que les pandores me trouvent suspect, j’ai pas de papiers sur moi, alors je suis bon pour un roupillon sur le lit de béton.

Mais m’sieur l’agent, puisque j’ vous dit que j’suis d’la maison!…

Rien à cirer.Vos papiers!

Celle-là, je l’ai pas fait exprès.

Vous avez vu: je roule au fuel…

Je traverse le grand canal à Fessenheim.

Vent dans le dos.Gros cailloux.

Je descends au bord du vieux Rhin, à coté…c’est plus sympa, plus goethes (sacrilège)

station biologique rhénane d’antan

les Allemands s’amusent à ramasser des porte-bois, j’imagine

4 myriamètres de Bâle et 78 de Rotterdam, dixit Napoléon

Bon, la balade est terminée.

Je rentre à Mulhouse par la forêt.

64 km.

Cétacé.

Ok, il est tard, j’ai un peu fumé la moquette.

Bonne nuit les petits.

Vous aimerez peut-être aussi ce parcours…

Parcours ile du Rhin

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s