Étiquette : nucléaire

Nuclear nein Danke

La proximité de l’Allemagne a beaucoup pesé dans la balance

Avoir la peau de Fessenheim, c’est une victoire pour ceux qui, coûte que coûte, ne veulent plus entendre parler du nucléaire.

Finalement c’est ce soir qu’un des deux réacteurs de Fessenheim devrait s’arrêter définitivement. Même si quelques réfractaires à l’arrêt refusent de tourner les manettes.

C’est un baroud d’honneur.

Les cyclistes du lieu avaient l’habitude de passer le long de la centrale et depuis le vignoble allemand on aperçoit encore pour longtemps l’imposant édifice.

Je me souviens de l’opposition des Verts d’alors à la construction de cette centrale dans les années 70 et de Radio Verte Fessenheim qui militait contre le nucléaire.

Fessenheim, pour ceux qui se souviennent, a été dans la lignée de combats populaires comme ceux des Lip, du Larzac, de Creys-Malville. Aujourd’hui le mouvement anti-nucléaire est en berne et les opposants peu actifs.

Mais la donne a changé. Avec la baisse de l’activité économique en Europe, EDF est capable de se priver d’un réacteur de 900 MW qui témoigne que la situation énergétique est moins tendue. Il faut aussi admettre que l’Allemagne toute proche et sa population pointilleuse sur les questions d’environnement ont grandement pesé sur la décision.

L’Allemagne n’est pourtant pas aussi vertueuse puisqu’après avoir abandonné ses centrales nucléaires, elle relance le charbon, un lignite très polluant.

Oui, avoir la peau de Fessenheim, c’est une victoire pour ceux qui, coûte que coûte, ne veulent plus entendre parler du nucléaire. Le débat démocratique sur l’avenir énergétique? il n’a pas eu lieu. Comme en 73 quand le programme nucléaire a été décrété.

Avant d’arrêter les centrales, arrêtons les diesels!

Fessenheim va être désarmé à l’été 2020. Dans les cuves, il est prévu (après nettoyage) d’y stocker du maïs transgénique …ou bien du gasoil…

Je vous entends.

C’est pas pour ça qu’on va changer.

Normal, depuis que la France est entre les mains de technocrates, les Français ne sont plus des veaux, ils ont été transformés en ânes.

Bâtés les ânes, bien entendu!

C’est un peu ce que j’ai compris du monde dans lequel nous vivons à l’aube de 2019 .

Et tel qu’il est résumé par notre Président vertical.

PS à Emmanuel: moi non plus je ne sais pas quel est le numéro à appeler pour le crédit fenêtre à 100 euros

Les écologistes se désespèrent de ne pas voir fermer les centrales nucléaires plus vite que vite.

Alors ils vont avoir une raison d’espérer puisque d’ici 2035, on aura fermé quatre ou cinq centrales d’anciennes générations.

Mais revers de la médaille, on aura à la place des EPR.

Sur les giratoires, on s’en fout de 2035. Ce qu’on veut c’est du gasoil pas cher.

Pas seulement.

On veut aussi moins de taxes, plus de salaires et bouter Macron dehors.

Ceux qui se marrent, ce sont les Italiens. Et les Grecs aussi.

Ne parlons pas des inactifs.

Ceux-là n’ont qu’à se taire, ils en ont eu assez, voire trop selon nos économistes qui cherchent à piquer des sous partout.

Le constat est terrible: entre eux qui voient la fin du monde arriver avec de grandes jumelles et ceux qui sont à sec le dix du mois, il n’y a aucune raison de s’entendre.

Les écologistes voudraient bien nous faire la morale mais les gilets jaunes sont des ânes têtus.

Avant d’arrêter les centrales, il faut arrêter les diesels.

Comment faire?

Ceux qui paient leurs bagnoles à grands frais ne sont pas prêts à se laisser spolier ni par Macron ni par les écolos.

Il fallait le prévoir avant.

L’État est donc condamné pour sa crasse imprévoyance à racheter les diesels qui font tache dans le Plan Climat.

Je classe en humoir nour, je veux dire en fumoir sourd, en mouroir lourd.

Bref, vous m’avez compris.

 

Six EPR en projet

Centrale de Fessenheim

Vu depuis l’Allemagne, le nucléaire en France c’est d’abord Fessenheim.

Deux gros faitouts en béton qui bouillonnent de l’autre coté du Rhin.

Fermer Fessenheim, c’est déjà toute une histoire.

Mais abandonner 25% ou 30% du nucléaire français, c’est tout autre chose.

C’est notre culture nucléocrate héritée de De Gaulle qui subitement se révolte et proteste.

Ce qui fait dire à Benjamin Grivaux, le porte-parole du Gouvernement, qu’on n’efface pas cinquante ans de politique nucléaire en cinq ans. « Les gouvernements précédents ont inscrits des objectifs qui n’étaient pas tenables »

Mieux: EDF réclame 6 nouveau EPR pour conforter sa place mondiale d’énergéticiens expert du domaine…et concourir à moins de CO2 sur la planète.

Les Voisins allemands peuvent s’empresser de réimprimer des autocollants « Nuclear, nein danke » pour venir protester sur les bords du Rhin.

Hulot s’est barré à temps.

Il n’y a finalement que les anti-nucléaires pour croire qu’on démantèle des réacteurs d’un coup de baguette magique et qu’on prive le Pays d’un quart de ses besoins électriques sans difficultés.

Les Allemands ont essayé, ils s’en mordent les doigts.

Nicolas Hulot, briseur de rêve

Fessenheim n’est pas encore morte

Il a brisé le rêve.

Mais il va rester encore un peu car il est l’idiot utile du macronisme. Poursuivre la lecture de « Nicolas Hulot, briseur de rêve »

Fessenheim, pas si sûre que ça…

« Si la centrale de Fessenheim était en Allemagne, elle serait déjà arrêtée… »

A force de nous répéter que Fessenheim est une centrale sûre et qu’il n’y a pas lieu de l’arrêter, on serait tenté de croire que la décision de la fermer est purement politique…

Mais voila qu’une enquête allemande apporte des conclusions contraires à celles de l’Autorité de Sureté française (ASN).

Pour les observateurs allemands, avoir construit la centrale en contrebas du grand canal d’Alsace (à 8,56 m en-dessous de son niveau) apparaît comme une faute grave.

Rien de moins!

Fessenheim serait « en-dessous de l’état de sûreté des installations allemandes – et même, en partie, de celles que nous avons fermées pour des raisons de sûreté après la catastrophe de Fukushima »

C’est la conclusion de l’étude menée l’Öko-Institut (institut de recherche indépendant en environnement) pour le compte du Ministère de l’Environnement du Land de Bade-Würtemberg.

En cause la sismicité, la protection contre les inondations, les risques liés aux piscines de combustible, l’alimentation électrique et les systèmes de refroidissement (lire les détails dans l’article de Sortir du Nucléaire)

(lire les conclusions en allemand)

Je ne suis pas spécialiste, mais il y a lieu de s’interroger…Comment peut-on rassurer de ce coté ci du Rhin et dire le contraire de l’autre coté?

Le onze maléfique

Tous les journaux en parlent.

Il s’agit du 11 mars 2011 et de Fukushima.

Avant, il y avait eu un autre onze, celui du onze septembre 2001 avec l’attentat contre les tours du Trade World Center.

Centrale de Fessenheim (vélomaxou)

Y a t-il une gradation dans l’échelle des horreurs? Poursuivre la lecture de « Le onze maléfique »

Fessenheim, touche pas à ma centrale!

Avec le manifestation d’employés de Fesseheim hier devant les locaux du PS mulhousien, la fracture entre les tenants et les opposants au nucléaire s’est ouverte à gauche au grand jour. Poursuivre la lecture de « Fessenheim, touche pas à ma centrale! »

Polaire

aquarelle vélomaxou

On écarquille les yeux en se levant.

Se trompe t-on de virgule?

Non!

C’est moins douze que le thermomètre affiche.

L’anémomètre n’affiche plus rien, ni la girouette. Poursuivre la lecture de « Polaire »

Nucléaire contre éolien

Au premier plan la centrale nucléaire de Fessenheim, sous les feux de l’actualité, et en arrière plan deux éoliennes non loin de Freiburg dans le Bade-Wurtemberg.


On le sait, les Allemands ont résolument décidé d’abandonner le nucléaire. Progressivement. Contrairement à la France très partagée sur l’orientation à prendre…
Et le land en face de l’Alsace est le premier à être dirigé par les Verts allemands depuis les dernières élections régionales. Poursuivre la lecture de « Nucléaire contre éolien »

Fessenheim, Nein Danke!

Bon, le débat fait rage.

Depuis que François Hollande expérimente son nouveau costume de présidentiable, il doit chaque jour réajuster sa cravate tellement les écologistes lui sautent au cou.

Pour ne pas se fâcher définitivement avec ses amis, il leur concède l’abandon de Fessenheim.

S’il est élu!

Passons aux chiffres pour avoir une idée des choses… Poursuivre la lecture de « Fessenheim, Nein Danke! »

Très Bas-Rhin

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Très Bas-Rhin

Le Rhin à
Fessenheim-vélomaxou

C’est grâce à l’ami Nicolas qui continue à « Regarder le ciel » dans l’attente des pluies
salvatrices qu’on en saura un peu plus sur l’état actuel du
Rhin.

Avec 1230 km de long, « Il s’agit du plus long
fleuve se déversant dans la mer du Nord et de l’une des voies
navigables les plus fréquentées du monde »
(Wikipedia).

Il apparaît qu’en cette période de l’année, le Rhin atteint son
étiage, c’est à dire son point le plus bas connu avec 700 m3/s.

EDF sera vraisemblablement confronté ces jours prochains à des
choix difficiles pour assurer à la fois le fonctionnement de ses
centrales et la navigation des bateaux…sans pour autant
mécontenter la faune aquatique du Rhin historique qui s’écoule
parallèlement au grand canal le long de notre frontière.

En remontant hier à Niederweiler, le Klemmbach décharné
(qui s’écoule du Sirnitz vers le Rhin)
faisait pitié avec tous ses cailloux hors de l’eau, témoin de
l’extrême fragilité des affluents issus de la Forêt Noire.

Cela dit, les communes et les particuliers semblent peu affectés
et sensibilisés par cette sécheresse (lire les bons conseils dans la
Croix.com).

Les espaces verts et les imposantes décorations florales
alsaciennes ne manquent pas d’eau, de même que les
potagers.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Très Bas-Rhin

jardin d’automne
Mulhouse-vélomaxou

Du coté des cultures céréalières, ceux qui se frottent les mains
sont les vendeurs d’arroseurs, ces énormes machines qui sont toutes
en action dans la plaine d’Alsace et qui ne cessent de prospèrer
tandis que du coté allemand, le phénomène est
inexistant…comprenne qui pourra!Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Très Bas-Rhin

cliché vélomaxou

A ce sujet, Riedisheim en prend pour son grade
avec ses arrosages de giratoires dans Mon Mulhouse
le blog 100% Bio

Des potagers qu’il faut bien arroser avec l’eau du réseau, à
présent que les réserves pluviales des particuliers sont vides.

Sans trop le dire, les écologistes ne seraient pas déçus que la
centrale nucléaire de Fessenheim vienne à manquer d’eau pour
refroidir ses deux réacteurs…une occasion rêvée d’apporter de
l’eau à leur moulin et de les aider à achever de détruire le mythe
de l’infaillibilité du nucléaire civil français.

Jusqu’au risque de perturber un peu plus notre économie
moribonde en la privant d’énergie?

Il est vrai que des mesures de délestages électriques en cette
saison mettraient gravement en question l’électricien national…de
quoi encore un peu plus écorner un des fleurons de nos derniers
services publics et précipiter sa privatisation.

A ce petit jeu cynique du chat et de la souris, on ne sait pas
qui gagnera la bataille de l’opinion entre les tenants du tout
nucléaire et ceux qui sont contre…

Comptage macabre

Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Comptage macabre

vélomaxou

Demain, tous les ponts franco-allemands du Rhin vont donc être
le siège de manifestations anti-nucléaires où Français , Allemands
et Suisses vont se retrouver. A propos des Suisses, cet article
très intéressant du journal « le Soir » qui démontre que malgré
Fukushima, la consommation d’électricité croit allègrement à
Lausanne…

Pour la fermeture de Fessenheim.

Abattons les vieilles, d’abord!

En attendant mieux…

Cet argument de vétusté est on ne peut plus fragile puisqu’il
n’atteste en rien auprès de l’opinion de la plus grande
vulnérabilité de cette centrale par rapport à d’autres plus
jeunes.

Admettons!

Si le nucléaire civil (et aussi le nucléaire
militaire dont on parle peu)
est incontestablement
dangereux, il reste à se mettre d’accord au niveau de la planète
sur les critères de dangerosité.

Fukushima, la commémoration de la catastrophe de Tchernobyl, il
y a 25 ans, sont effectivement des périodes propices pour les anti
nucléaires.

Il reste une inconnue, une inconnue macabre: les morts
effectivement causés par le nucléaire, en général, et les morts
causés par tous les usages de nos énergies fossiles, pétrole,
charbon et gaz…

Si les experts peinent à chiffrer les morts de Tchernobyl,
certains parlent de 75 morts dont 9 enfants, alors que d’autres
parlent de milliers, on n’entend pas dresser la liste de tous ceux
qui meurent de nos pollutions urbaines et industrielles depuis plus
d’un siècle.

Finalement, le danger de mort du nucléaire civil reste
incertain…

En revanche, l’hypothèque des déchets sur les futures
générations est beaucoup plus patent.

On sait bien que derrière le discours écologiste français,
auquel se rallie le vidéaste-pilote d’ULM Hulot qui vient demain à
Strasbourg, il y a des arrière-pensées électoralistes et aussi, à
plus long terme, une nécessaire volonté de décroissance qui ne dit
pas son nom.

Alors, soit! décroissons!…Prenons nos vélos!

 

 

Les anti-nucléaires aiment le vélo

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Les anti-nucléaires aiment le vélo

image B.D.

Ils sont venus en force les cyclistes. A la manifestation de
dimanche dernier pour la fermeture de la centrale nucléaire de
Fessenheim.

Surtout des allemands, pour tout dire.

C’est vrai que ces grosses marmites là, à 100 mètres à la brasse
de chez eux, ça fout facilement la trouille.

 

Nucléaire, adieu merci!

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Nucléaire, adieu merci!

Maintenant qu’il est avéré que le nucléaire civil est en état de
mort cérébrale, les polytechniciens font chauffer les
calculettes.

En effet, le monde entier découvre, tétanisé, que la catastrophe
de Fukushima semble échapper à tout contrôle; la radioactivité
normalement contenue dans des carcasses hermétiques se répand jour
après jour à l’air libre et dans l’océan alors même que les
autorités japonaises se perdent en conjectures et semblent
complètement dépassées.

Loin des discussions de comptoirs, encore plus loin des volte
face politiques, il va bien falloir proposer des méthodes et
avancer des chiffres à l’opinion pour organiser la transition de
l’ère nucléaire.

En 1973, souvenons-nous, c’est le général Messmer, ancien
administrateur colonial, qui était alors Premier Ministre. Il
avait  carte blanche de Pompidou pour se lancer dans
l’aventure du nucléaire civil français en réponse au premier choc
pétrolier.

On allait voir ce qu’on allait voir!

A peine sortie de sa période coloniale, la France voyait d’un
très mauvais oeil les prétentions arabes en matière de pétrole.

Fessenheim était déjà dans les cartons et les opposants d’alors
se faisaient entendre sur Radio Verte Fessenheim, la
première radio pirate française. Nucléaire, non
merci!

Aujourd’hui, le nouvel enjeu, c’est Nucléaire, adieu
merci
. Mais comment sortir du nucléaire? si possible par
le haut?…

C’est à dire sans remettre en cause notre modèle de consommation
énergétique, condition sine qua non, sauf à conduire à une
révolution.

Une équation compliquée.Car si le nucléaire présente des
défauts, il permet de produire de l’électricité 6000 heures par an
à pleine puissance sans attendre le vent ou qu’il fasse soleil.

On commence à entrevoir quelques pistes de réflexions.

Le modèle allemand souvent cité par les écologistes va
rapidement marquer le pas. Avec une démographie négative,
l’Allemagne ne se fait pas trop de souci sur le plan énergétique:
elle en aura besoin de moins en moins. Elle peut donc s’adonner à
mettre en avant des énergies qui ne sont des alternatives
parteilles et limitées comme le photovoltaïque ou l’éolien.

Mais elle n’a pas encore trouvé comment remplacer ses centrales
polluantes au charbon et au lignite qui constituent l’essentiel de
son parc.

Dans la lettre ouverte à Eric Besson ministre de l’industrie
(ex ministre de l’identité)
, « Objectif Terre des
Hommes »
nous apprend qu’il semble possible à un coût très
acceptable de porter à 50% la part renouvelable de l’électricité
produite en France en 2050 tout en limitant à 5 ou 10%
l’utilisation de gaz et charbon. Ceci nécessite un stockage modéré
par pompage, possible essentiellement en mer. Le surcoût en 2050
par rapport à une solution à 80% nucléaire serait de l’ordre de 100
euros par personne et par an (François Lempérière, polytechnicien,
expert énergie).

2050!

Avec les polytechniciens, on revient vite les pieds sur
terre.

Il faudra donc 40 ans pour organiser la mutation de nos
centrales nucléaires et porter à 50% (seulement) la part des
énergies renouvelables…

On peut donc s’attendre dans les prochaines décennies à de
grands chantiers.

A la condition que nos politiques s’y attellent dès
maintenant!…

De quoi agacer tous les militants du changement qui ne
comprennent pas que les outils énergétiques soient si lents à
remplacer.

Jour, nuit, jour, nuit,…

Ils étaient 10.000 cet après-midi sur le pont de Chalampé à
manifester pour la fermeture de la centrale nucléaire de
Fessenheim.

J’entends bien que devant les craintes engendrées par Fukushima,
les écologistes, et pas seulement eux, aient la trouille.

J’entends bien aussi que la plupart des manifestants étaient
suisses et allemands.

D’ailleurs, les Suisses se posent la question…De l’imprécation
à la fermeture de leurs centrales nucléaires, il y a une sérieuse
inconnue: qu’est ce qu’on fait en attendant que le courant revienne
si on arrête brutalement les centrales nucléaires?

Les Suisses n’ont que 40% de nucléaire dans leur bilan
énergétique; mais en France, c’est combien?

75 à 80%.

Autrement dit, si on disait « chiche! » aux anti-nucléaires, il
resterait du courant en France un jour sur quatre ou sur cinq.

Assez pour faire la semaine de…8 heures!

Alors, modérons nos ardeurs!

Il est manifeste qu’avant même de devoir se passer de véhicules
électriques, il faudra aussi songer à un autre mode de consommation
et de croissance.

Avec des révisions déchirantes sur les prix du kWh pour
commencer.

En attendant, l’hiver, on pourra toujours mettre des pulls.

Toujours les bagnoles mal garées

Une commission parlementaire de l’Assemblée Nationale où
Nathalie Kosciusko- Morizet, la ministre, parle du Japon.

Le député Gremetz n’est pas décidé à l’entendre tant que les
voitures gêneuses devant l’Assemblée ne seront pas déplacées…

Surréaliste!

L’angoisse sourde de Tchernobyl

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, L'angoisse sourde de Tchernobyl

« Tu es un physicien compétent. Dis-nous dans
quel état est le réacteur. Dis-nous la vérité, s’il te plaît. Monte
sur le toit du bloc V et jette un coup d’oeil sur le hall
central….Et Sitnikov s’en va au-devant de la mort. Il entre dans
le hall central. Il comprend alors que le réacteur est
détruit… »
La vérité sur Tchernobyl-Grigori
Medvedev (Albin Michel) page 143

Je relis des passages de « la vérité sur Tchernobyl » et les
effroyables conséquences humaines de cette explosion nucléaire
russe de 1986.

Que peut-on faire d’autre face à cette nouvelle catastrophe
japonaise?

A part attendre les communiqués de Presse alarmants ?

« La mort des passagers de Challenger et
l’accident de Tchernobyl ont ravivé maintes angoisses, rappelant
cruellement à l’humanité qu’elle ne maîtrise pas encore les forces
fantastiques auxquelles elle a donné vie… » (Mikhaïl Gorbatchev 18
août 1986)

25 ans après Tchernobyl, qu’avons nous appris?

On se le demande…

Comment nos ingénieurs ont-il pu concevoir des machines
échappant à tous contrôles en refusant de prévoir le prévisible?
c’est à dire un temblement de terre et un raz de marée associé?

Un quart de siècle après Tchernobyl, le scénario de la fonte du
coeur des réacteurs nucléaires semble se redessiner au Japon.

Avec pour tout moyen de fortune, en ultime recours, des
hélicoptères et des canons à eau.

Et des hommes sacrifiés en grand nombre pour tenter de sauver ce
qui peut encore être sauvé.

Fukushima, pas si loin

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Fukushima, pas si loin

Oui, si Fukushima est loin, on peut compter néanmoins sur les
vents pour nous propager les particules radioactives qui
s’échappent de la centrale. Et ensuite sur le mouvement des océans
qui vont véhiculer l’eau de mer contaminée.

Mais les modélistes vont s’arracher leurs derniers cheveux car
la circulation des vents sur le globe obéit à des mouvements
complexes en fonction des situations cycloniques.

Ici, sur cette photo, voici un schéma des
circulations des vents dominants sur le globe terrestre en
janvier.

Quelles sont les mesures à prendre?

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Quelles sont les mesures à prendre?

En France, pour l’heure, pas de mesure à prendre vis à vis de la
radioactivité.

Tout le monde peut vaquer à ses occupations.

C’est du moins ce qui ressort des communiqués de Presse qui se
contentent de décrire une situation catastrophique au Japon
sans  évoquer de mesures de protection pour les populations
d’Europe.

On est bien partis pour un traitement analogue à Tchernobyl.

Pourtant, nous somme sur le même hémisphère que le Japon et sur
des latitudes voisines. Les masses d’air en circulation autour du
globe vont donc nous atteindre.

Inévitablement, nous pouvons nous attendre à recevoir les
particules radioactives…surtout s’il se met à pleuvoir comme
c’est prévu jeudi.

Actuellement le réseau
national de mesure de la radioactivité
est injoignable. La
preuve qu’il est encombré.

Cet après-midi, un bol de radionucléides à plein poumons

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cet après-midi, un bol de radionucléides à plein poumons

En France, on va donc faire du vélo cet après-midi.

Même si Météo Mulhouse n’est pas rassuré…

Comme d’autres iront jouer à la pétanque ou à la pêche.

Comme d’habitude. Comme pour Tchernobyl.

Sur le site de la Sécurité Civile: RAS

L’explosion de la centrale nucléaire japonaise est donc bénin et
le largage d’hydrogène chargé de radionucléides est sans
danger!

Au diable tritium, strontium, béryllium!

Français, dormez en paix!

Notre Président nous protège.

BMW, la rigolade bourrine

J’emprunte ce titre à mon confrère « velofun » car il
illustre à merveille ce délire du marketing automobile qui
s’attache à vendre des véhicules 4×4 à des consommateurs béats
d’admiration devant tant d’ingéniosité commerciale.

C’est dans Carfree qu’on découvre comment les
constructeurs automobiles s’emparent du vélo et se parent d’une
image faussement écolo pour mieux vendre leurs bolides.

Car ne perdons pas de vue que le marché automobile, s’il fait
des efforts louables pour réduire la pollution de ses modèles,
continue de produire des modèles de plus en plus lourds et de plus
en plus gros comme en témoigne le marché du 4×4 qui ne cesse de
progresser.

Or, on le sait, le 4×4 est une véritable aberration
technologique pour l’usage qu’on en fait et véhicule un mythe
d’invulnérabilité et de puissance idiot.

C’est curieux comme le vélo fait
vendre…tout et n’importe quoi…jusqu’aux sacs Balenciaga.

En fait, il semble que notre société paresseuse et frivole se
contente d’une stimulation sensorielle basée sur l’image du vélo
pour se donner l’illusion d’une bonne conscience écologique avant
de passer à l’acte d’achat.

Comme si les cyclistes étaient là en témoins de moralité d’une
cause vertueuse, alibi suffisant et rassurant: ils pédalent,
donc continuons à polluer!

Précisons un peu les processus psychiques qui animent les
« marketeurs » pour valoriser l’image de leurs produits au cours de
la dernière période.

Après avoir exploré tous les ressources intrinsèques supposées
de l’automobile, confort, vitesse, solidité, est venue l’ère dans
les années 1990 du véhicule « cocoon » ou le concept de
« la voiture à vivre » selon Renault (vidéo
ci-dessus)
.

Puis est venue l’heure en 2000 de « la voiture
propre »
sous l’effet conjugué de la crise énergétique et de
l’effet de serre engendré par la pollution.

Voir cette vidéo de l’INA…

2010 sera la décennie où, enfin, l’on verra la découverte du
mouvement perpétuel avec la voiture électrique et son prophète de
Ministre, Jean-Louis Borloo.

 

Au diable les vélos!

Nous roulons aussi propre que vous…et sans pédaler!

Même si c’est au prix de quelques centrales nucléaires de
plus…

Et si elle pète…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Et si elle pète...

vélomaxou-Fessenheim

Repos!

Aujourd’hui, route plate jusqu’à Staufen (Allemagne), 88 km
aller et retour.

Histoire de se remettre de cette frénésie de côtes en tous
genres des semaines passées.

…En attendant les rassemblement des « centcolistes » à Bitche la semaine
prochaine.

Avec une trentaine de cols vosgiens au programme.

Oui, alors si elle pète…

Qui? Quoi? la centrale? (photo
ci-dessus)

Les amis ne sont pas toujours assurés que cette centrale
nucléaire ne va pas « pèter » juste à leur passage…et les envoyer
« ad patres » avec leur bécane.

C’est vrai que c’est la plus vieille (1977) du parc français et
que les écologistes aiment bien titiller l’Etat et EDF à son
sujet.

En zone sismique, en plus de sa vieillesse, c’est un argument de
plus!

C’est que deux tranches de 900 Mégawatts, ça fait un sacré
paquet d’éoliennes et de panneaux solaires…ou alors, peut-être
voulons-nous acheter du courant allemand produits avec de la
lignite?

Nos verts se gardent bien d’aller manifester chez les Suisses
qui ont des réacteurs aussi vieux autour de Bâle (Leibstadt (1984),
Besnau (1969), Goesgen (1979)); Bâle qui a subi le plus grave
tremblement de terre d’Europe en 1356.

Il est vrai que les Suisses ont la votation, une sorte de
referendum pour s’exprimer et, à chaque fois, ils s’expriment
contre l’abandon du nucléaire ( en 1990 et en 2003).

En revanche, le gel de nouvelles constructions a été voté pour
10 ans en 1990…et n’a donc plus de valeur aujourd’hui.

 

Encore un truc qui tourne mal!…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Encore un truc qui tourne mal!...

éolienne horizontale

Beaucoup s’agitent actuellement autour de l’éolien.

Avec pour certains des arrières-pensées.

Pour les tenants des énergies renouvelables, l’éolien est idéal,
avec le solaire et la géothermie, pour contrer les énergies
fossiles (charbon, fioul, gaz) et…le nucléaire, potentiellement
dangereux pour l’humanité.

Pour d’autres, l’éolien, c’est un peu un cautère sur une jambe
de bois: c’est moche et inutile dans le bilan énergétique d’un pays
qui se veut moderne.

Et derrière ces partisans, il y a les lobbies.

Ceux du nucléaire et ceux de l’éolien qui n’ont pas hésité à
mettre leurs ouvriers comme paravents (!) dans les rues de Paris,
hier avec l’argument de l’emploi en tête.

Tout ce bruit médiatique évite de parler « chiffres » et de dire
la vérité.

Quelle est-elle, la vérité?

La France consomme, bon an, mal an, 518 TWh d’énergie
électrique, industries et ménages et Collectivités et Services (518
milliards de kWh).

Le nucléaire produit à lui seul 390 TWh avec une disponibilité
de 73% soit 6400 heures par an (sur 8760h contenus dans une
année).

Et le vent…peut-on faire du vent à volonté?

Pas encore!

Si bien que la disponibilité de l’éolien ne sera jamais capable
de dépasser ce qu’elle est actuellement de quelques pour- cents,
c’est à dire être disponible plus de 20% du temps, toutes régions
confondues.

En 2009, l’éolien a produit 7.8 TWh avec 4500 MW installés
(chiffres RTE).

Autrement dit une éolienne tourne 1733 heures par an soit 73
jours.

Pour le reste du temps, il faudra donc bien compter sur d’autres
énergies…ou attendre que le vent se lève!

Fessenheim à prix coûtant

vélomaxou

Le problème d’EDF, c’est ses prix bas!

Comment une entreprise issue de la Libération en 46, qui paie
grassement ses employés peut-elle aussi bien réussir et afficher
des tarifs tellement attractifs que la concurrence voulue par
Bruxelles n’arrive pas à s’installer?

On va donc employer les grands moyens.

La Nouvelle organisation du marché électrique (Nome) impose à
l’électricien EDF de vendre 25% de sa production
nucléaire à prix coûtant à…ses concurrents.

C’est dire si le nucléaire est attractif!

Une façon comme une autre d’attaquer un monopole, qui agace
l’Europe libérale, au pic de la pioche!…

C’est un peu comme si on obligeait Renault à vendre le quart de
ses voitures à Peugeot au coût de production!

Il va être dorénavant plus difficile pour EDF de procéder à la
fermeture d’un outil comme Fessenheim qui va attirer la convoitise
des concurrents plus attachés à « faire de l’argent » à bon compte
qu’à se préoccuper d’environnement.

Les écologistes ont encore perdu une guerre contre le lobby
nucléaire face à l’Europe libérale.

Comme l’écrit Patrick Fluckiger, l’éditorialiste de
l’Alsace, « une telle politique énergétique ultralibérale ne
permet que de garantir les salaires des dirigeants et leurs
parachutes dorés »
.

Encore un effort, et Patrick Fluckiger va prendre sa carte à la
CGT!…

Evidemment cette démarche vise à enfoncer la tête d’EDF sous
l’eau pour enfin légitimer le dogme de la concurrence libérale de
Bruxelles.

Il est vrai qu’en matière énergétique, ce dogme du libéralisme
peine à convaincre quand on voit le peu de succès des offres
concurrentes d’EDF sur le marché.

 

Voiture électrique- vélo électrique: même combat

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Voiture électrique- vélo électrique: même combat

Photo PomPom

Oui, c’est vrai, ce titre est polémique.

Mais il faudra tout de même bien l’aborder. Un jour.

En quoi un vélo électrique serait-il plus vertueux qu’une
voiture électrique?

Bon, alors là tous les électriciens, tous les écologistes vont
me tomber dessus.

C’est pas les mêmes puissances en jeu!

Et pourtant, ce sera de l’énergie nucléaire dans les deux cas.
Non!

De l’électricité qui ne participera pas à l’effet de serre. En
France, en tous cas!

Oui, mais le nucléaire, c’est mal aussi!

Ah bon!

Alors, quelle est la solution?

Pédaler et pousser les voitures!