Étiquette : nucléaire

Avant d’arrêter les centrales, arrêtons les diesels!

Fessenheim va être désarmé à l’été 2020. Dans les cuves, il est prévu (après nettoyage) d’y stocker du maïs transgénique …ou bien du gasoil…

Je vous entends.

C’est pas pour ça qu’on va changer.

Normal, depuis que la France est entre les mains de technocrates, les Français ne sont plus des veaux, ils ont été transformés en ânes.

Bâtés les ânes, bien entendu!

C’est un peu ce que j’ai compris du monde dans lequel nous vivons à l’aube de 2019 .

Et tel qu’il est résumé par notre Président vertical.

PS à Emmanuel: moi non plus je ne sais pas quel est le numéro à appeler pour le crédit fenêtre à 100 euros

Les écologistes se désespèrent de ne pas voir fermer les centrales nucléaires plus vite que vite.

Alors ils vont avoir une raison d’espérer puisque d’ici 2035, on aura fermé quatre ou cinq centrales d’anciennes générations.

Mais revers de la médaille, on aura à la place des EPR.

Sur les giratoires, on s’en fout de 2035. Ce qu’on veut c’est du gasoil pas cher.

Pas seulement.

On veut aussi moins de taxes, plus de salaires et bouter Macron dehors.

Ceux qui se marrent, ce sont les Italiens. Et les Grecs aussi.

Ne parlons pas des inactifs.

Ceux-là n’ont qu’à se taire, ils en ont eu assez, voire trop selon nos économistes qui cherchent à piquer des sous partout.

Le constat est terrible: entre eux qui voient la fin du monde arriver avec de grandes jumelles et ceux qui sont à sec le dix du mois, il n’y a aucune raison de s’entendre.

Les écologistes voudraient bien nous faire la morale mais les gilets jaunes sont des ânes têtus.

Avant d’arrêter les centrales, il faut arrêter les diesels.

Comment faire?

Ceux qui paient leurs bagnoles à grands frais ne sont pas prêts à se laisser spolier ni par Macron ni par les écolos.

Il fallait le prévoir avant.

L’État est donc condamné pour sa crasse imprévoyance à racheter les diesels qui font tache dans le Plan Climat.

Je classe en humoir nour, je veux dire en fumoir sourd, en mouroir lourd.

Bref, vous m’avez compris.

 

Publicités

Six EPR en projet

Centrale de Fessenheim

Vu depuis l’Allemagne, le nucléaire en France c’est d’abord Fessenheim.

Deux gros faitouts en béton qui bouillonnent de l’autre coté du Rhin.

Fermer Fessenheim, c’est déjà toute une histoire.

Mais abandonner 25% ou 30% du nucléaire français, c’est tout autre chose.

C’est notre culture nucléocrate héritée de De Gaulle qui subitement se révolte et proteste.

Ce qui fait dire à Benjamin Grivaux, le porte-parole du Gouvernement, qu’on n’efface pas cinquante ans de politique nucléaire en cinq ans. « Les gouvernements précédents ont inscrits des objectifs qui n’étaient pas tenables »

Mieux: EDF réclame 6 nouveau EPR pour conforter sa place mondiale d’énergéticiens expert du domaine…et concourir à moins de CO2 sur la planète.

Les Voisins allemands peuvent s’empresser de réimprimer des autocollants « Nuclear, nein danke » pour venir protester sur les bords du Rhin.

Hulot s’est barré à temps.

Il n’y a finalement que les anti-nucléaires pour croire qu’on démantèle des réacteurs d’un coup de baguette magique et qu’on prive le Pays d’un quart de ses besoins électriques sans difficultés.

Les Allemands ont essayé, ils s’en mordent les doigts.

Nicolas Hulot, briseur de rêve

Fessenheim n’est pas encore morte

Il a brisé le rêve.

Mais il va rester encore un peu car il est l’idiot utile du macronisme. Poursuivre la lecture de « Nicolas Hulot, briseur de rêve »

Fessenheim, pas si sûre que ça…

« Si la centrale de Fessenheim était en Allemagne, elle serait déjà arrêtée… »

A force de nous répéter que Fessenheim est une centrale sûre et qu’il n’y a pas lieu de l’arrêter, on serait tenté de croire que la décision de la fermer est purement politique…

Mais voila qu’une enquête allemande apporte des conclusions contraires à celles de l’Autorité de Sureté française (ASN).

Pour les observateurs allemands, avoir construit la centrale en contrebas du grand canal d’Alsace (à 8,56 m en-dessous de son niveau) apparaît comme une faute grave.

Rien de moins!

Fessenheim serait « en-dessous de l’état de sûreté des installations allemandes – et même, en partie, de celles que nous avons fermées pour des raisons de sûreté après la catastrophe de Fukushima »

C’est la conclusion de l’étude menée l’Öko-Institut (institut de recherche indépendant en environnement) pour le compte du Ministère de l’Environnement du Land de Bade-Würtemberg.

En cause la sismicité, la protection contre les inondations, les risques liés aux piscines de combustible, l’alimentation électrique et les systèmes de refroidissement (lire les détails dans l’article de Sortir du Nucléaire)

(lire les conclusions en allemand)

Je ne suis pas spécialiste, mais il y a lieu de s’interroger…Comment peut-on rassurer de ce coté ci du Rhin et dire le contraire de l’autre coté?

Le onze maléfique

Tous les journaux en parlent.

Il s’agit du 11 mars 2011 et de Fukushima.

Avant, il y avait eu un autre onze, celui du onze septembre 2001 avec l’attentat contre les tours du Trade World Center.

Centrale de Fessenheim (vélomaxou)

Y a t-il une gradation dans l’échelle des horreurs? Poursuivre la lecture de « Le onze maléfique »

Fessenheim, touche pas à ma centrale!

Avec le manifestation d’employés de Fesseheim hier devant les locaux du PS mulhousien, la fracture entre les tenants et les opposants au nucléaire s’est ouverte à gauche au grand jour. Poursuivre la lecture de « Fessenheim, touche pas à ma centrale! »