La cité interdite


Maison du XXIeme siécle. Ah bon!

Mon GPS fait des siennes.

Alors je le laisse à la maison.

D’abord je prends Sahel Vert…

Cette vieille voie-ferrée qui traverse la forêt est en travaux.

On peut donc s’attendre à y (re)voir passer des trains…

A Staff, je m’attarde à Rossalmend et ses vieux ouvrages miniers.

Une maison bourgeoise des mines

Staffelfelden vestige de la mine

Monument aux morts Staffelfelden avec des roues de chevalement de puits de mine

Monument aux morts Staffelfelden avec des roues de chevalement de puits de mine

Staffelfelden, le château d'eau gracile sur ses longues jambes de béton

Staffelfelden, le château d’eau gracile du haut de ses longues jambes de béton

Puis je prends Feldkirch…

Manque de chance, le chemin est barré.

Les forestiers veillent au grain; depuis que des promeneurs ont pris sans le vouloir un arbre sur la tronche, les précautions sont au maximum.

Je contourne et je me retrouve…en plein dans la zone d’abattage!

Je file sans demander mon reste.

Je vous dois un secret: on a retrouvé l’avion du Petit Prince.

On a retrouvé l'avion du Petit Prince, mais pas le Petit Prince

On a retrouvé l’avion du Petit Prince, mais pas le Petit Prince

Il est planqué dans la forêt.

Des hommes en jaune s’affairent autour; ils installent des rampes de lancement…peut-être dans l’espoir de le renvoyer vers les étoiles!…

Dans un petit hectare de forêt marécageuse, je me perds.

J’arpente en zig-zag, j’enjambe des branches mortes, je contourne des flaques spongieuses et j’arrive à une cité interdite.

Des vestiges funéraires, des huttes du paléolithique!

vestiges funéraires

vestiges funéraires

Des ânes curieux de voir un visiteur poussant un vélocipède…

Puis une très grande hutte à étages, déserte.

Une hutte digne d'Obélix

Une hutte digne d’Obélix. L’authenticité des panneaux solaires n’est pas garantie

Ni ancêtres gaulois, ni Sarkozy

Ni ancêtres gaulois, ni Sarkozy

Des ânes…

La civilisation du XXIeme siècle semble venue jusque là: une plaque de rue indique rue du Repos.

Nulle âme qui vive; serait-ce une cité abandonnée?

Bon, revenons à la réalité.

J’ai réussi à pénétrer dans l’Ecomusée sans le vouloir.

Demi-tour.

Publicités

4 réflexions sur “La cité interdite

  1. Hello Maxou,
    belle sortie avec de belles trouvailles.
    Tu l’as fait exprès le :
    « Ni ancêtres gaulois, ni Sarkozy
    Des ânes… »

    Parce que en ce moment, nos politiques sont plus bas de niveau que les ânes.

    Stef

  2. S’il s’agit de la voie ferrée entre la gare de Richwiller et le carreau de mine Théodore, elle est encore utilisée occasionellement pour desservir « KS Kali Wittenheim » (tous les jours selon leur site!?!) une entreprise qui occupe le carreau.
    J’ai dailleurs pu voir un de ces trains lors d’une ballade cet automne…
    Quand a la nature des travaux, un debut de réponse peut peut-être se trouver dans les « emplacements réservés » du PLU de Wittenheim.

    • Exact.Merci pour la précision.
      Je me balade souvent dans cette forêt à partir de Schoenensteinbach jusqu’au Sahel Vert et je n’y ai jamais vu de train.Pourtant c’est vrai que c’est la seule ligne qui dessert KS Kali et le passage à niveau avant d’arriver à Cora est entretenu.
      En revanche le passage de la piste cyclable sur la voie près de la RD 430 vient d’être refait à neuf ainsi que celui de la route de Sahel Vert.
      Ce n’était pas du luxe!
      Reste à refaire la route de Sahel à Rossalmend car elle est complètement défoncée.

  3. « Route défoncée »: ça donne envie d’y aller rouler.
    Ce secteur me rappelle des souvenirs d’un temps où j’y allais fréquemment pour raisons commerciales (Cora) ; j’emportais mon vélo de course dans ma voiture de représentant pour rouler pendant midi à défaut d’un vrai entraînement. Je laissais la voiture sur le parking de Cora et au retour de ma sortie, j’allais me rafraîchir aux toilettes du magasin.
    On va aller tester ça, dès que possible, avec nos « gravel bikes » , autrement dit VTC.
    Je lis vos textes et commentaires (avec plaisir) en écoutant Bill Evans et Scott La Faro,du jazz de 1961.
    Ça ne vieillit pas , le vélo non plus, et nous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s