Étiquette : avion

Avions confinés

6 novembre 2015 11h40

le ciel d’Europe en 2015

11 novembre 2020 11h40

Le ciel d’Europe en 2020

Cinq ans séparent ces deux images

L’effet de la pandémie est manifeste sur le trafic aérien.

Tous ces milliers d’avions, ces pilotes, ces personnels à l’arrêt dans un domaine où les technologies et les capitaux immobilisés sont gigantesques ne présagent rien de bon.

Sauf pour l’environnement de la planète.

Atmosphère électrique

 

Destination capitale, c’est à dire Mulhouse.

Vent portant.

Matthias est toujours dans sa voiture. lire son histoire ici

Il attend son radiateur.

Emballé dans son sac de couchage, il ne me lâche plus.

Je prends le mesureur de champ…la Led est jaune.

C’est votre portable.

Il veut savoir les nouvelles car il n’a pas de radio.

Je lui raconte succinctement, les Gilets jaunes, Macron, l’Olympe…

Il semble très étonné, comme s’il revenait d’un voyage sur la lune.

Il y a vingt cinq ans, j’étais déjà là à Aspach Gare et il y avait une cabane, mais je ne la retrouve pas.

Je vous ai vu sur YouTube filmé par Télé Doller en 2014…

Oui, mais à Bourbach, je n’ai pas pu y rester, trop de champ électrique avec la ligne à 20.000 volts.

Je parviens à m’échapper.

Au rond-point du Kaligone, ….les Gilets jaunes en discussion féroce avec le député Raphaël Schellenberger (LR) qui n’en mène pas large.(vidéo ci-dessus)

img_0219
Sans commentaires

img_0221
l’épicerie générale des GJ

Finalement je prends cette grande piste…

img_0222

…et je vais rejoindre mon avion qui m’attend pour Biarritz.

img_0225

Au retour, les éternels endurcis du vélo que je croise l’un après l’autre., Maurice, Alain et Pierre

 

Accident aérien à Thann

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au cours du ballet aérien, l’un des deux appareils a piqué vers le sol

Il ne reste rien de l’aéronef qui s’est abimé ce matin au sud de Thann dans un champ de maïs.

J’ai tenté avec d’autres sauveteurs de retrouver l’avion.

Devant l’ampleur de la tâche, nous avons renoncé.

Aucune plainte ne parvenait au bord du chemin.

L’avion s’est planté là suite à une panne de profondeur et le choc a du être très brutal.

Au club d’aéromodélisme, c’est la consternation; le pilote pourtant aguerri n’a pas pu lancer de SOS avant le crash.

Il faudra se dépêcher de déployer de nouveaux moyens avant la récolte, faute de quoi les restes de ce bijou de technologie risquent fort de se retrouver hachés dans les rouages de la moissonneuse.

 

Transports, la France en perte de vitesse

Le triste destin des TGV Alst’hommes. Futuriste, le TGV se fait doubler par les Allemands, les Japonais et les Chinois

Trains, avions, bateaux, tous nos constructeurs nationaux sont en difficulté.

Un comble pour notre industrie de transport dont on nous a tant vanté les prouesses par le passé.

Mais il ne faut pas tout mélanger. Poursuivre la lecture de « Transports, la France en perte de vitesse »

L’avion d’Issenheim

Avion de ligne au-dessus d’Issenheim

Étonnant cet avion qui s’invite au-dessus d’Issenheim (Haut-Rhin) alors que je parcours Openrunner, le site de circuits de randonnées.

L’œil des satellites voit tout. Poursuivre la lecture de « L’avion d’Issenheim »

Bouchon aérien

Kloten

Nous les terrestres, on se défie des bouchons avec nos vélos aux entrées de ville ou dans les hyper-centres.

Dans les airs, pas de solution alternative, sauf à être détourné de sa route.

A 8h30 le matin, ça bouchonne dans les airs aussi.

Comme en témoigne cet engorgement de l’aéroport de Zurich Kloten qui fait faire des ronds à ses avions en attente d’approche finale.

De quoi achever de brûler son surplus de pétrole.

voir la carte des avions qui passent…

Je voulais voir les avions

Je voulais voir les avions.

J’ai donc rejoint la Hardt en direction de l’Euroairport de Basel-Mulhouse.

D’abord les sentiers forestiers boueux, de quoi repeindre l’ensemble en kaki, puis un gros chien qui me poursuit. Poursuivre la lecture de « Je voulais voir les avions »

Et tout devient possible…

Lip, Malville, Larzac, Longwy, Radio Verte Fessenheim, que de souvenirs pour les vieux militants !

N’y voyez pas malice, le nouvel aéroport de Nantes prénommé Notre-Dame des Landes pourrait être aussi prénommé Notre-Monsieur de Nantes tellement il est lié à Jean-Marc Ayrault, notre premier ministre et ex maire de Nantes.

Bien que le susnommé s’en défende! Poursuivre la lecture de « Et tout devient possible… »

Rêverie du promeneur solitaire

« …je gagnai les hauteurs de Menil-montant, et de là prenant les sentiers à travers les vignes et les prairies, je traversai jusqu’à Charonne le riant paysage qui sépare ces deux villages, puis je fis un détour pour revenir par les mêmes prairies en prenant un autre chemin. » (Jean-Jacques Rousseau)

A vélo, à cheval, en voiture, en train, en avion, en bateau, il semble que la formule se généralise: on trouve tous le temps long.

Cette maladie de la vitesse et du juste à temps fait que notre civilisation ne sait plus contempler le temps qui passe.

Alors pour joindre l’utile à l’agréable, toutes sortes de formules plus ou moins distrayantes sont à notre portée. Pour tromper l’ennui. Poursuivre la lecture de « Rêverie du promeneur solitaire »

Il ne fait pas que du vélo…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Il ne fait pas que du vélo...

Nos politiques aiment les avions.

Après Alliot-Marie qui voyage dans un avion privé tunisien pour
ses vacances, Sarko va à Bruxelles avec pas moins de deux avions
longs courriers.

Selon le site du quotidien belge Le Soir, ces deux avions, aux
couleurs nationales étaient parqués vendredi matin près du terminal
d’aviation générale de l’aéroport de Zaventem, a constaté l’agence
BELGA.

Bruxelles étant distant de 300 km de Paris, on se demande bien
pourquoi engager de telles dépenses dans le contexte économique
actuel.

Et après, on viendra nous donner des leçons de « démocratie irréprochable »!

 

Transports, la déconvenue…

Il faut l’admettre, nos moyens de transports ne sont pas exempts
d’aléas de plus en plus sensibles.

En dépit de notre modernisme abouti, il suffit de 15 cm de neige
pour que le Pays soit paralysé.

Pas seulement sur nos routes!

Si les avions peuvent voler par moins quarante degrés, ils
restent étonnamment fragiles dans les aéroports, là où il faut
« dispatcher » les avions et…les voyageurs et leurs
bagages.

Mais c’est un moyen de transport centenaire qui vient aussi de
montrer ses limites: le train!

Dans cet incroyable périple que viennent de vivre en direct 600
voyageurs se rendant de nuit de Strasbourg à Port-Bou, il y a lieu de
s’interroger…26 heures pour faire un voyage qui dure normalement
13 heures!

Les « professionnels de la profession »,
comme on dit à ce sujet, analysent cette contre-performance de la
SNCF avec pragmatisme.

Avec un verbiage propre à toute grande entreprise, voici un
exemple de ce que ça donne:

Il faut trouver :
– une machine apte chauffage train (pas de 27000 par
exemple….)
– un conducteur habilité « voyageur » disponible ou en réserve
– avoir un sillon pour porter le secours, sachant que la machine
viendra sois de Dijon soit de Lyon (100 km de chaque coté environ:
Dijon PK 312, Tounus PK 407, Lyon PK 512)

Entre la TT0035 (aptitude lignes parcourues
et type de trains pour les conducteurs), la quasi suppression des
réserves…. pas très facile… Il faut en plus que le condcuetur
de réserve soit positionné au même endroit que la loc qu’il
acheminera pour porter le secours….

Pour les sillons, c’est idem: c’est sans
doute sous couvert d’un SDM (Sillon de Dernière Minute) que la
machine de secours sera acheminée, sillon tracé comme son nom
l’indique, au dernier moment…. Et dans le cas présent, avec
l’acord de deux PC: Dijon et Lyon, ce qui doit donner un accord de
circulation au pire en 4 heures (si si….) Quand on rajoute les
opérations liées au secours (ordre de contrevoie éventuel, attelage
plus essai de frein « VFF »), çà a donné trois heures
d’attente….

Les locs dispo: sur cet axe, en principe, pas
de locs à Chalon sur Saone ni Macon, à moins de la prendre sur une
rame réversible (25200 ou 22200R + corail ou 25500 + RRR) en
stationnement, mais ce qui conduira à devoir acheminer un autre EM
pour reprendre la rame….

On aurait tort de leur faire le reproche de rester
« zen »: on sait d’où viennent les dégâts.

La SNCF confrontée à d’impossibles défis financiers et
technologiques sacrifie depuis des décennies des pans entiers de
son coeur de métier; écartelée entre les exigences des politiques
qui veulent toujours « plus avec moins », on voit les conséquences de
cette nouvelle culture du résultat:

– des trains qui n’arrivent plus à l’heure faute
de…machinistes,

– des aiguillages qui restent grippés par le gel

– …et au centre des clients devenus de simples usagers
victimes de « l’incompétence de gestion humaine de la SNCF »
(lire à ce sujet le coup de gueule d’un
passager)


 

Y’a un hic dans le glycol…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Y'a un hic dans le glycol...

 vin
chaud

Le dernier épisode de ratage d’avions ne manque pas de sel.

C’est la faute au glycol si les avions sont restés cloués au
sol.

La solution au manque de glycol aurait pourtant pu trouver une
issue heureuse en cette veille de fêtes: il suffisait d’asperger
les carlingues avec la bonne vieille piquette invendable dont
regorgent nos chais.

Une façon comme une autre de sauver notre réputation d’avionneur
ingénieux et de remonter le moral de la filière viticole

Le chikungunya islandais

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Le chikungunya islandais

vélomaxou

Ils piquent la tôle et les moteurs des avions.

Mais notre ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo ne se laisse
pas intimider par ce moustique de nuage islandais puisqu’il va
aménager des corridors pour les avions.

Youpi!

Finies les vavances à rallonge à la Réunion et autres contrées
exotiques, les métropolitains vont pouvoir rentrer au bercail.

Droit d’aller

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Droit d'aller

C’est un principe de nos libertés individuelles.

Le droit d’aller et de venir. Un droit de plus en plus compromis
dans nos sociétés modernes.

Avec mon vélo, pas de problèmes!

Je vais et je (re)viens la plupart du temps sans difficulté.

Notre vélo est le plus petit dénominateur commun de nos moyens
de transport. Avec la marche, à la rigueur.

Mais ça se complique dès qu’on entreprend de monter en
gamme.

Voitures: prisonnier des bouchons, des non-parkings, emprisonné
entre les grillages autoroutiers, votre droit d’aller est déjà
salement écorné. Vous n’avez même pas le droit de changer d’avis et
de faire demi-tour. Pas de joker!

Là où ça se gâte, c’est avec le train.

C’est avec le train et ses défaillances de toutes sortes que
vous allez connaître vos plus belles déconvenues. Comme ces
« TGVtistes » enfermés dans un tube immobile en rase campagne, sans
eau, sans toilettes et sans le droit de sortir. Même pas le droit
de choisir l’exode vers la première départementale après avoir
découpé le grillage!

L’hôte de la SNCF devient vite un otage!

Que reste-il?

Le bateau? oui, c’est encore ce qui semble le plus sûr vu les
contre-performances du Channel.

Et l’avion?

Ah, non, pas l’avion!

Se faire filmer, palper, suspecter, déshabiller, déchausser,
ausculter, renifler, questionner, humilier, dépouiller, dévisager,
incarcérer, infantiliser, repasser, je préfère rester chez moi.

Et reprendre mon vélo!

Il n’y a que le mauvais temps capable de m’en dissuader.

Les voyageurs modernes sont ainsi privés de leur libre arbitre.
Sans droit de retrait ni droit d’ingérence sur la
technostructure.