Je ne suis plus Zoë


b_1_q_0_p_0.jpg

Zoë Renault, de l’électrique pas si propre qu’on croit

J’avais écrit en novembre 2016 un article « Etes-vous Zoë? » dans lequel j’identifiais les données du problème ainsi que les freins auxquels étaient confrontés les utilisateurs. On peut toujours s’y référer…

C’est ici

Je poursuis ma réflexion face à l’engouement dont se pare le véhicule électrique sous la pression des gouvernements.Le vélo à assistance électrique est présenté comme un outil capable de ramener les irréductibles de la voiture en ville à des solutions plus acceptables sur le plan de la pollution et de la place prise par les véhicules.

Nous sommes d’accord.

Mais dès qu’on parle de la voiture électrique, les avis divergent.

La voiture électrique qu’on s’apprête à développer massivement et que les gouvernements appellent de tous leurs vœux n’est pas aussi propre qu’il y parait.

Pourtant notre ministre écolo Hulot annonce la fin de la vente des voitures diesel et essence d’ici 2040

La voiture électrique est en effet une grosse consommatrice d’énergie.

Pour vous donner un exemple, Jérôme Fraisse, professeur de sciences de l’ingénieur à Limoges s’est livré à un calcul comparatif entre une Clio Renault et une Zoë la voiture électrique produite par la firme au losange.

Si le moteur électrique est effectivement de meilleur rendement que le moteur à essence, en revanche, il fait appel à des ressources primaires bien plus élevées avant d’être transformées en électricité.

Dans l’exemple choisi par Jérôme Fraisse,

  • une Zoë consomme en cycle urbain 146 Wh/km mais il faut 498 Wh/km d’énergie primaire à l’origine sous forme de nucléaire, de thermique à flamme (fioul et gaz) et renouvelable
  • une Clio consomme en ville 338 Wh/km produits par seulement 360 Wh/km d’énergie fossile (pétrole)

Le problème reste donc entier puisqu’il faudra alors mobiliser tout le parc électrique et nucléaire de l’hexagone, voire plus, pour rouler électrique.

Synthèse rendement voiture électrique produit par Jérôme Fraisse

Il reste en outre à examiner les énergies grises qui ne sont pas comptabilisées dans l’étude, celles de la fabrication et du retraitement en fin de vie du véhicule

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Je ne suis plus Zoë

  1. Et le transport de l’essence ? Les constructions et démantèlement des lieux d’exploration, production, raffinage et de stockage de l’essence, ils faut tout prendre en compte, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s