Jour : 14 mai 2018

Je ne ferai pas ça tous les jours

IMG_6464.jpg

Pas tous les jours, non.

Mais 1030 km en neuf jours ininterrompus, c’est le mieux que j’ai pu faire pour rejoindre mes Amis du Randonneur à Val Joly (59) près d’Eppe Sauvage.

Je murissais ce projet depuis plusieurs semaines; un projet un peu fou pour qui n’a pas d’expérience du vélo à sacoches.

Je sais que d’autres sont capables de faire cela en deux ou trois jours, mais ils sont d’un niveau supérieur au mien.

Je voulais faire de l’itinérant et dormir confortablement.

Faire du vélo et du tourisme à parts plus ou moins égales.

Mon carnet de bord trône misérablement sur le bureau.

Acheté royalement 86 centimes d’euro à Leclerc la semaine dernière, il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Avachi, ratatiné, élimé, arrondi, rabougri, endurci, ramolli,…vandalisé.

Il a pris une douche écossaise dans la poche de mon paletot hier sur l’étape Saint-Dizier Epinal. Mais il a tenu. Même sous la pluie j’ai pris quelques notes.

Et pourtant, il rapporte mes souvenirs en concentré de neuf jours de voyage non stop à vélo.

Je tenterai demain d’en extraire la moelle.

IMG_6465.jpg
N’oubliez jamais: on prend ses notes au crayon de papier. Avec de l’encre, le désastre est assuré
Publicités

Epinal-Thann

IMG_6436.jpg
Les gorges de la Moselle à Archettes, très jolies. Je quitte Epinal et l’humidité d’hier m’a entamé le moral et le physique, mes vêtements sont encore humides. Vaude va me donner combien pour la pub?

Je suis rentré.

Mon dernier parcours s’est effectué sans pluie.

Tant mieux!

Mais le temps n’était pas agréable avec seulement 13°C et cette humidité persistante de la veille qui ajoutait à l’impression de froid.

IMG_6435.jpg
Le paysage est bucolique dès la sortie d’Epinal

A la sortie d’Epinal, j’ai sagement pris la route d’Arches et de Pouxeux qui longe la Moselle.

IMG_6439.jpg
Cette D42 est vraiment sympa et peu empruntée à cette heure matinale

Une route dégagée du trafic routier puisque la 4 voies parallèle la libère des encombrements.

IMG_6440.jpg
Au lavoir d’Archettes, je prends quelques notes

J’avais parfois des boulevards pour moi tout seul.

IMG_6441.jpg
Est-ce la loco qui montait à Bussang? je ne sais pas

A Remiremont, je tenais à prendre la Voie Verte de la Moselle (ancienne voie ferrée) sans me tromper, sans prendre celle de la Moselotte qui m’aurait fait rentrer par Ventron.

Je ne voulais pas.

Je voulais rentrer au plus vite.

IMG_6442.jpg
ça y est je suis sur la voie verte et ses innombrables chicanes, très roulante pourtant sur le plan revêtement. Pente de 1% moyenne jusqu’à Bussang

Au giratoire cyclable de Dommartin, je n’ai plus qu’a remonter les trente kilomètres de voie cyclable jusqu’à Bussang.

IMG_6447.jpg
La Moselle à Rupt sur M….Photo piégeuse, pour la prendre, j’ai parcouru une passerelle glissante

 

IMG_6448.jpg
Je me demande si j’aurai de la pluie à Bussang

 

IMG_6449.jpg
Belle signalétique. La voie Charlemagne, celle que j’ai parcourue de Metz à Thionville. On peut voir le détail ici
IMG_6450.jpg
Je ne sais pas si les habitants de Saint-Maurice s’entendent bien avec leurs voisins de Bussang. lire la suite ici

A Bussang, la rue des Sources.

IMG_6452.jpg
La source Marie à Bussang

Avec le petit raidillon à 9% qui me propulsera au col.

IMG_6456.jpg
Retour en Alsace, je prends l’itinéraire cyclable à Urbès. Quel contraste avec la Voie Verte vosgienne! On est secoués mon bagage et moi jusqu’à Thann. Drôle d’accueil pour les cyclistes de passage! Franchement de ce coté çi de l’Alsace on est en retard d’un wagon ou d’un métro si vous préférez

Je me laisse couler jusqu’à Thann.

Mon vélo est couvert de boue depuis hier.

Il sera le premier à passer au shampooing.

89 km / 580 m

Repos!

 

 

 

Les potins du lundi

image F.Glé

Que dire!

Mon périple se termine en principe ce soir.

Je rentre avec un concentré de souvenirs, d’images, d’impressions et je peux aussi le dire avec la satisfaction d’un accomplissement, celui d’un voyage à vélo réussi.

Mais cette expérience, c’en était aussi une pour moi, peu commune avec un vélo « de course » équipé de sacoches démontre que l’équation est bonne pour parcourir beaucoup de kilomètres en quelques jours sans trop sacrifier à son confort.

L’autre enseignement personnel, c’est qu’il faut adopter un style de pédalage sans brutalité pour les muscles. En toute circonstance la pédale doit fuir sous le pied. C’est pourquoi il faut user sans modération de toute sa gamme de pignons lorsqu’on n’a pas l’allure d’un athlète.

Heureusement mon dérailleur électrique Di2 Shimano n’a pas lâché en route.

Reste mon organisation logistique sur laquelle je reviendrai.

Plus tard.

Le temps de redevenir sédentaire.