J’avoue m’sieur l’agent


Les Vosges depuis Freundstein ce matin
Des dégâts considérables dans la montée du col Amic où la route est officiellement ouverte depuis hier
La vieille caravane a souffert des chutes d’arbres dans la montée du col Amic
J’ai mordu un peu sur mon espace dédié

Vous ne me croirez pas, j’ai été contrôlé sur la Route des Crêtes par la Gendarmerie Nationale ce matin.

Si! si! Je me suis dit que le virus traîne peut-être aussi là-haut et que je suis moi-même capable de le colporter.

Bref, passons!

Contact au demeurant fort courtois. Je descendais à bonne allure le Vieil Armand. Au carrefour de Wattwiller (km41.5), trois motards de la Gendarmerie Nationale.

Gendarmerie Nationale, bonjour monsieur! vous avez une autorisation de circuler?..un certificat de domicile?…

Moi qui me balade sans aucun papier, j’avais eu le nez creux*

Sous la forme avoir du nez, également utilisée actuellement, cette expression existait déjà au XVIIe siècle.

Ici, creux correspond à « bien dégagé », condition indispensable pour que le flair fonctionne.

Je sors ma carte d’identité…que je n’ai d’habitude jamais avec moi. C’est un tort.

Tournez-là svp…Bon, nous sommes voisins à ce que je vois (j’habite en effet derrière la gendarmerie) c’est bon vous pouvez y aller

Parcours sympa et classique pour un habitant du lieu. (lien Openrunner)

Bien sûr pour attaquer la montée par Wuenheim, je grignote un peu le rond, pas de beaucoup…mais je rentre ensuite rapidement dans le…rond. Et je grimpe. Pas vite. Quatre cyclos frais comme des gardons m’ont dépassé et m’ont croisé ensuite alors que je n’étais pas encore à Kohlschlag.

La route est ouverte depuis hier. Elle est impeccable et même balayée! Idem pour la route des Crêtes.

Aucune bagnole rencontrée, c’est bizarre. Le confinement fait son œuvre.

trois cols au passage

Le Molkenrain, nuages annonciateurs de pluie

Au col du Herrenfluh, je m’offre au passage le Molkenrain.

J’entends mes rotules qui grincent. Je vais si peu vite que le compteur se met sur pause.

J’arrive enfin après une respiration sur l’esplanade de la prairie. En haut la dame avec son chien est déjà arrivée, nous sommes partis ensemble au parking,

oui mais moi par le sentier c’est plus court, bravo!

Elles est sympa, la dame.

Une réponse sur « J’avoue m’sieur l’agent »

Répondre à Gérard Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s