Jour : 19 juillet 2021

DH à la Bresse

Bizarre comme titre DH à la Bresse.

Il faut s’y faire, le DH, c’est le VTT Downhill ou de descente si vous préférez.

Par analogie avec le ski, les stations de montagne ont trouvé une nouvelle corde à leur arc lorsqu’il n’y pas de neige: faire les descentes à vélo.

C’est très ludique et sportif à la fois. La discipline s’adresse plutôt à un public jeune. Comme pour le ski on trouve des pistes de difficultés croissantes.

Si vous êtes tenté, commencer par la piste verte.

Une dernière précision: ce n’est pas gratuit. Compter 25 euros pour la journée…sans l’équipement

aller sur le site labellemontagne de la Bresse

Les potins du lundi

L’électrique vaincra! En est-on sûr?

passer sa voiture à l’électrique, c’est possible mais compter 15000 euros!

Les Etats, la Communauté européenne s’y engagent: en 2035, on ne construira plus de moteurs thermiques pour les voitures trop polluantes pour la planète. Autrement dit c’est l’électrique qui est appelé à la rescousse.

Dit comme ça, pourquoi pas.

Les fabricants vont donc prendre le problème de la transition à bras le corps et se lancer dans le tout électrique. Pour le reste, passons, on n’en parlera pas.

Le reste? oui la mise à feu de la planète et son dérèglement climatique, les conséquences du tout électrique qui vont entraîner de nouvelles contraintes sans résoudre l’ensemble de la question.

Par exemple l’exploitation des terres rares pour fabriquer les batteries. On ne dit rien , on ne sait rien. Pour fabriquer les batteries il va falloir encore piller la planète de ses matériaux les plus rares et polluants comme le lithium, le cobalt et le nickel et surtout le recycler.

Ensuite l’origine de l’électricité…

Comment va t-on produire l’énergie électrique nécessaire à la recharge des voitures? En France, naturellement c’est le nucléaire qu va l’emporter au grand dam des écologistes. Le nucléaire s’impose puisque c’est le seul moyen de ne pas produire le CO2 néfaste au réchauffement. On va donc construire des centrales nouvelles…au charbon chez les Chinois, chez les Allemands et dans la plupart des pays anti-nucléaires.

Le poids. Une voiture électrique, c’est 300 kg de plus qu’une voiture à traction thermique…et donc de l’énergie supplémentaire pour se mouvoir mais aussi pour la construire.

La recharge. Recharger un véhicule prend du temps et les stations sont encore rares. Un nouveau marché va s’ouvrir. Bien évidemment les pétroliers vont trouver là une aubaine naturelle face à l’extinction de leur métier.

En 2012, il y a près de dix ans, Jean-Marc Jancovici mettait déjà en garde contre la supercherie des voitures électriques

Pour le vélo, c’est fait. On ne trouvera bientôt plus de vélo sans assistance dans les commerces. Sans parler des trottinettes électriques…

A l’heure de la fainéantise née, nos jeunes préfèrent se faire traîner sur une plateforme électrique à roulettes.

D’après ce que je vois dans ma ville, les recommandations en matière de sécurité sont loin d’être appliquées. Pas de casque et pas de vêtement réfléchissant…et on voyage souvent à deux sur l’engin

La voiture électrique va donc cette fois retrouver droit de cité puisque les villes mettent en avant les bienfaits de l’électricité. Les embouteillages vont donc pouvoir reprendre de plus belle…et la pollution aux particules continuera de plus belle.

C’est un noir dessein. Mais je n’y peux rien en ma qualité de simple individu. Nos états veules ont d’ores et déjà perdu la main, ce sont les démocratures qui sont appelées à leur succéder.

Pascal Coquis dans son éditorial des DNA de samedi (17/07) résume la situation en ces termes…

Ce qui oblige l’humanité à réfléchir aux conditions de sa survie…conclut P.Coquis

Beaucoup de nos contemporains refusent cette perspective, réfléchir aux conditions de sa survie. Je dirais plus: il est temps de sauver les femmes et les enfants et nos meubles.

C’est ce que tentent de faire les sinistrés allemands et belges.

Et nous, Français, on ergote pour se faire vacciner.