Jour : 9 novembre 2021

Le conflit d’usage se porte bien

La montée des intégrismes modaux ne cesse de faire des émules.

Actuellement le lobby voiture se paie les piétons. Les piétons seraient trop peu prudents lorsqu’ils traversent la rue le nez sur leur smartphone. Alors fatalement, les automobilistes qui paient plein pot s’ils renversent un piéton sont légitimement fondés à se plaindre du laxisme de la maréchaussée.

Cette rébellion anti-piétons des automobilistes, les cyclistes la connaissent, eux qui sont souvent la cible d’attaques en tous genres.

Mais voila qu’on s’attaque aussi à la réglementation. Selon les automobilistes, la vie devient impossible en ville avec les zones 20 ou zone de rencontre qui donnent trop de droits aux piétons.

Il est vrai que les maires édictent souvent des arrêtés favorables aux mobilités douces avec des zones 30 généralisées et des dos d’ânes scélérats partout.

Longtemps les piétons se sont plaints d’être en insécurité sur les trottoirs, un domaine qu’ils pensaient détenir pour déambuler en toute quiétude. Non! les deux roues en ont pris possession pour s’exonérer des bouchons et des feux ainsi que des sens interdits.

Quelle pagaille!

Concrètement, moi qui habite la campagne, je ne suis pas mieux loti.

Rien qu’aujourd’hui sur la Voie Verte V33 (vallée de la Thur en Alsace):

  • deux dames qui dissertent au milieu de la voie, je sonne trois fois…j’avais une bande étroite pour passer à droite. Que fait la dame de droite? elle s’écarte brusquement à droite et je passe sur l’accotement.
  • une minute plus tard, une cycliste arrive en face de moi. Je serre ma droite alors qu’elle dévie sur sa gauche. Au dernier moment je sens la collision arriver, je crie. La jeune fille regardait son smartphone et semble tout étonnée de me voir là.
  • ce couple se promène avec son chien en liberté. Je sonne…les personnes s’écartent, le chien traverse devant ma roue. Je m’arrête en urgence, le chien passe à 20 cm de ma roue, puis je repars. Le chien m’accompagne en tentant de me mordre tandis que le couple appelle son chien.

C’est désespérant.

Kruth, le lac

Le lac est toujours à sec

Je suis monté au lac. Il était vide. Des types en bas tentent de boucher les fuites depuis des mois.

Heureusement, le trottoir est accessible au public sur le barrage. On peut donc traverser.

le petit lac est rempli en attendant la remise en service du grand

A Fellering, un groupe de libéristes atterrissent sous le contrôle de leur moniteur avec liaison radio

atterrissage impeccable

GCO Strasbourg, les cyclistes en otage

Inauguration d’une autoroute par les cyclistes, est-ce une récupération du lobby pro-routier? (image Charles H.)

C’est devenu une tradition. Pour inaugurer une autoroute, on l’ouvre d’abord aux cyclistes. Comme sur cette image ci-dessus avec l’autoroute Transjurane (Suisse)

Mais à Strasbourg, l’idée passe mal pour le GCO, le Grand Contournement Ouest, qui doit bientôt s’ouvrir à un nouveau flot de véhicules censé soulager le trafic interurbain de l’agglomération.

Deux associations, Strasbourg Vélo Club et Les Randonneurs de Strasbourg, ont accepté de parrainer l’ouverture du Grand Contournement le dimanche 21 novembre en appelant leurs membres à parcourir 25 kilomètres sur un tapis lisse et sans rond-point dépourvu de bagnoles et de camions.

Aussitôt le collectif « GCO, non merci » crie au greenwashing accusant Vinci de se servir des cyclistes afin de verdir son contournement.

Les deux associations n’ont pas du se faire prier longtemps avant d’accepter l’offre de Vinci tout simplement parce que les cyclistes du dimanche dans leur ensemble n’ont pas forcément la fibre écolo et sont pour la plupart des automobilistes le reste de la semaine. Elles n’auront donc aucunement conscience d’être les pantins d’une farce à la gloire du bétonneur autoroutier.

Parmi les écolos très peu font du vélo, sauf les jours où la Presse est là; en revanche ils sont les premiers à vouloir nous donner des leçons de bons comportements.

C’est comme SOS Massif Vosges qui prétend s’opposer au bruit des motos un jour (voir l’article) et qui le lendemain dézingue les vététistes. Je saurai m’en souvenir.