Guevenatten me fait de l’écho

Ils sont sympas à Guevenatten; ils parlent de moi dans le journal local.

J’avais deux aquarelles du village. Le maire, monsieur Schittly, me les a achetées et en a fait paraître une dans le bulletin du village qui s’appelle « l’écho du hérisson ».

Le puits fontaine de Guevenatten(illustration du bulletin municipal ci-dessous) a longtemps servi aux villageois et au bétail. C’est une source qui affleure le sol et protégée par une arche ressemblant à un fournil de boulanger
Prosper qui connait les lieux a dit: C’est à Guevenatten que l’on découvre aussi une curiosité sans doute unique dans le Sundgau : un puits couvert. D’une profondeur de 19 mètres, le puits est surmonté d’un abri à quatre pans couvert de Biberschwantz. L’ouvrage renferme un mécanisme de remontée d’eau. A voir, à la sortie du village vers Bretten.

mon autre aquarelle est ici…

VTT Instinct

C’est beau. Je travaille mon cadrage et ma prise de lumière (Etangs de Cernay)

C’est le tour basique, celui qui va vous réconcilier avec une journée mal engagée.

Dire que la journée est mal engagée est excessif. Des obligations domestiques entament mon temps de vélo disponible actuellement, mais je réussis à caser dans mon emploi du temps une heure trente de vélo.

Pas le temps de pinailler sur le parcours. Je file droit. Je sais qu’actuellement les chemins secondaires sont gorgés d’eau après le dernier déluge. J’évite. Mais le long du sentier sauvage de la Thur, j’aurais tout de même à franchir les deux ruisseaux. Le premier je l’examine…puis je prends mon élan et je passe sur le fond de galets bien visibles. Le second non; je le connais, il est profond et je ne tiens pas à noyer ma cassette de pédalier. Je contourne à pied et je traverse sur un tronc judicieusement disposé par un prédécesseur bienveillant.

Je ne cesse de m’interroger. Comment est-ce possible que la municipalité de Cernay ait investi dans cette formidable piste cyclable avenue du Général de Gaulle, une piste qui ne mène nulle part ailleurs qu’au ball-trap. En plus j’ai manqué renverser un type qui traversait à pied le téléphone collé à l’oreille.

La cavalière s’approche, je me gare. J’ai toujours la hantise d’effrayer un cheval et de faire tomber le cavalier. « Bonne journée à vous » me dit la dame. C’est ma façon d’être un gentleman vététiste.

clac, clac, clac, elles ne sont pas contentes

C’est mon instant VTT instinct.

%d blogueurs aiment cette page :