Cinq kilomètres


Je me suis habitué à courir cinq kilomètres. Au-delà je sens la fatigue. Aujourd’hui j’ai testé l’aller-retour jusqu’à la ferme d’Aspach. J’ai juste la distance recherchée. Le tronçon de Vieux-Thann à Leimbach est dangereux car nous n’avons pas de place sur l’accotement. Je progresse face aux voitures pour les voir arriver et me ranger sur le bas-côté.

Je module mon rythme pour régler le cardio. Je croise des cyclos, d’autres me dépassent. Et aussi deux voitures qui n’ont rien à faire là alors qu’on croit pouvoir être en paix sur ce chemin de Leimbach

au bout de 15 minutes de course mon cardio se stabilise autour de 140

Le capteur de ma Forunner 235 pédale au démarrage. C’est pénible car il affiche des cardios délirants jusqu’à 270 et parfois ne revient pas à la normale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :