Mai 2022


La Bresse depuis la rue du Hohneck

Je n’attends même pas fin mai pour dresser mes états de service du mois tellement c’est futile. Presque insultant pour celui qui n’en a pas les moyens.

  • quatre sorties à pied
  • trois en route
  • huit à VTT
Je ne compte plus ce tour de VTT à deux pas de chez moi

Il faut bien se raccrocher à quelque chose pour se rassurer que, non, je ne régresse pas, je maintiens une routine suffisante pour ne pas sombrer dans un conformisme, une apathie qui confine à une fin de soi-même.

Le statut de retraité, c’en est un, a ceci d’angoissant, c’est qu’il précède une autre fin, une fin définitive. Après la fin professionnelle, vient une fin sociale, marginale, sociétale. Ne pas accepter cette mort sociale pour moi est essentiel dès lors qu’on ne cesse de nous faire ressentir notre charge. Souvenons-nous du Covid, les retraités ont été enfermés dans le rond d’un kilomètre, une prison sans barreaux, mais une cage tout de même. Payé à ne rien faire, c’est insupportable pour ceux qui n’ont rien…et la perspective d’allonger l’âge de départ à la retraite des plus jeunes stigmatise encore plus ceux qui y sont déjà. Dans tous les rayons utilitaristes, les portes sont étroites et l’associatif ne recrute plus autant depuis que le marché s’en occupe. Ne vas pas au Super U le samedi, tu fais chier le monde, ni à la déchet’, ni au Karcher. Les mecs te doublent rageurs: « encore un emmerdeur de retraité! »

A pied, 26km

A vélo, 154km

A VTT, 207km

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :