La fin du monde pour demain ?


le feu s’empare des Vosges (Mortagne SDIS88)

Trop tard!

Si vous avez prévu de grimper le Hilsen à vélo demain samedi, c’est devenu impossible car la fin du monde est pour demain.

J’ai déjà dit au revoir à mes vélos, incrédules.

Nous sommes très peu à le savoir. Dont moi. Pas d’ésotérisme là-dedans, non, une simple déduction au vu des dérives climatiques qui s’affichent en live devant notre porte. Je ne vais pas vous rejouer le film de l’été: vous connaissez tous les atermoiements de nos gouvernants face à cette mini-canicule qui met en émoi tous les corps constitués comme si couper le wifi était à la hauteur de l’enjeu. Franchement, reconnaissons-le, on est loin de disposer des forces nécessaires pour affronter le désordre planétaire, à commencer par notre incapacité culturelle et politique pour renoncer au modèle de consommation qui arrive à son aboutissement, c’est à dire à la fin du monde.

Pourquoi ne pas anticiper la fin du monde avec Barjavel?

En novembre 2020, je passais en revue les écrits sérieux en lien avec Mes lectures contagieuses

Camus et La Peste, Giono et le Hussard sur le toit, Déon Meyer et son Année du Lion.

Mais le coronavirus n’est pas encore venu à bout de l’humanité.

Il patine un peu notre Corona. Les Chinois ont encore la pétoche en enfermant tout le monde dès qu’on croise un crachat douteux sur le trottoir. Je ne devrais pas plaisanter: hier matin encore, une queue devant la pharmacie de Flore à Vieux-Thann.

Je vous aide, commencez avec Malevil (ça me rappelle Creys-Maleville, la centrale qu’on déconstruit toujours)

Mais avec la fin du monde, voila un nouveau cataclysme qui pourrait cette fois faire mouche et détruire la planète entière. Mieux qu’une bombinette nucléaire à la Poutine, la destruction par le feu et la disparition de l’eau pourraient constituer un cocktail miracle pour dézinguer la planète.

Dès lors, il nous reste deux attitudes d’ici demain

Notre Déluge est là. Il s’expose devant nous. Celui-là n’est pas sous forme de pluies torrentielles, il est un déluge de feu.

Pluies ou feux pour finir le monde? C’est vous qui voyez!

Une réflexion sur « La fin du monde pour demain ? »

  1. L’être humain est ainsi fait que lorsqu’à l’automne il pleuvra sans discontinuer durant des jours et des jours la sécheresse estivale aura disparu des mémoires…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :