Agressé dans son vélomobile

Mésaventure pour un jeune boulanger de 21 ans agressé en pleine nuit alors qu’il se rendait à son travail.

Sur la piste cyclable de Dannemarie non loin de Saint Bernard, jeudi vers 2h30, deux jeunes à scooter l’ont attaqué, frappé, puis ont jeté son vélomobile au canal.

extrait du journal DNA

le témoignage du cycliste agressé Bastien Burget sur Facebook

C’est quoi un vélomobile?

Justicier de la route

gex
La D5G où le cycliste a été agressé

 

Nous sommes mardi 9 octobre; il fait beau, la température est agréable; cette sortie à vélo va me permettre de rouler 120 km. Je suis sur la départementale D15G sur la route de Collex (CH) et Gex (F), à la hauteur de Versonnex. Pas de trafic. Tout est calme. Puis, soudain, un motocycliste, tout de noir vêtu, s’approche de moi. Je me demande bien pourquoi. Et à travers son casque intégral dont je ne peux même pas voir le visage, il me parle de piste cyclable. Je reste impassible; je ne comprends pas. Veut-il faire la police? Cela dure une dizaine de secondes; il est tout près de moi. Je roule à ce moment à 30 km/h environ. Puis je lui dis: «Va, passe ton chemin!» Et là, il m’assène un violent coup de poing qui m’expédie à terre. Je chute lourdement. Puis gros coup de gaz et le voilà parti. Un véritable assassin en puissance. Évidemment, impossible de relever l’immatriculation de son véhicule.

Derrière moi, une voiture avec un couple de Genevois a vu toute la scène. Monsieur se précipite près de moi, m’aide à me relever. Mais leur vue était focalisée sur ma personne et le motard avait depuis longtemps disparu. Donc aucune identification possible.

L’automobiliste m’a proposé de me ramener à la maison. Diagnostic: fracture de la clavicule et côtes cassées plus diverses plaies. J’ai été opéré vendredi 12 et ai pu regagner mon domicile.

Voilà la triste fin de ce mardi 9 octobre. A vélo, un accident peut certes arriver, mais se faire expédier au sol volontairement par un fou de la route, c’est ignoble. Et qui dit qu’il ne répétera pas son geste. Je comprends mieux pourquoi un grand nombre de cyclistes ont opté pour le VTT.

(témoignage rapporté par un confrère Centcoliste)

Point Godwin

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Point Godwin

Xavier Gorce

Un lecteur faisait remarquer l’autre jour que les débats
extrêmes s’arrêtent souvent au point Godwin: c’est à dire quand
l’un ou l’autre des débatteurs, à court d’argument, clot le débat
par une phrase assassine du genre « vous êtes un nazi!… » qui le
disqualifie définitivement dans le débat.

On oublie trop que les empoignades verbales (fréquentes) entre automobilistes et cyclistes
se soldent souvent par un « bande de vieux cons! » (vieux vélomaxou?) aussitôt suivies par un
« jeune con! » venant de la partie adverse.

Après ces qualificatifs estimables, les choses en restent là;
c’est un demi-mal.

C’est ce qui est arrivé cet après-midi où un quidam en voiture
estimait que nous ne lui laissions pas assez de place pour nous
dépasser.

Coups de klaxon, bras d’honneur, noms d’oiseaux s’ensuivent…et
le tout se termine à la sortie du village par des explications
envenimées.

Chacun se demandant qui allait décocher le premier un uppercut à
l’autre.

Evidemment, c’est la chose à ne pas faire…

Rappelons les peines en cas de coups et blessures:

Violences volontaires
(coups, violences, voies de
fait) :

- pas d’ITTP (Incapacité
Totale de Travail Personnel) : tribunal de Police, contravention et
amende.
- ITTP inférieure ou égale à 8
jours : tribunal correctionnel, contravention, amende, 3 ans
de prison.
- ITTP supérieure à 8
jours : tribunal correctionnel, contravention, délit, amende,
5 ans de prison
- Le tribunal compétent pour
juger l’affaire est saisi

L’un estimant qu’on doit se ranger pour laisser la place aux
autos et recommandant même qu’on « naka » aller sur
les pistes cyclables…et les autres (les cyclos) revendiquant le
droit de rouler là où ils ont en envie…

Le débat n’est pas nouveau; c’est même ce qui
fait depuis 20 ans qu’un nombre considérable de
cyclistes
préfèrent rouler sur
les  chemins de champs au moyen de VTT
.
En ce qui nous concene, nous « cyclistes
routiers », revendiquons le droit de rouler sur les
routes.

Et nous défendons ce principe malgré
l’emprise envahissante de l’automobile.

Si les cyclos avaient l’avantage du nombre aujourd’hui, en
revanche, ils n’avaient pas avec eux l’arme par destination capable
de transformer l’auto en fusil d’assaut.

Ils n’avaient que de frêles bicyclettes en carbone ou en
alu.

Un argument massue qui n’incitent guère les hommes au volant à
partager la route avec les cyclistes, en dehors de toute notion de
courtoisie, de tolérance et de fair play.

Cela va de soi!

Quelques remarques intéressantes sur le code
la route et les vélos ici

%d blogueurs aiment cette page :