Envie de mer?

acrylique sur carton toilé24×30

Je me souviens de ma croisière anglo-normande sur un « onze mètres » en alu dans les années 80. J’étais seul à l’avant dans ma couchette dont l’accès était constitué d’une trappe. Les premières 24 heures, j’ai été malade sans discontinuer. Penché au-dessus du bastingage, j’ai cru vomir mon estomac.

Le skipper riait bien.

Arrivé à Bréhat, on a ramassé du bois pour faire du feu et attendre marée haute.

Je renaissais tout en redoutant le prochain appareillage.

A Serck, j’ai croisé le seigneur sur sa calèche. A Guernesey, la maison de Victor Hugo qui domine le port de St Peter. Un souvenir inoubliable…

Mer du lundi

Acrylique 25×25 sur carton de pizza

Comment redémarrer la semaine?

Pour un retraité naturellement marginalisé de la vie active d’antan, il faut s’inventer des rythmes. On a la marche, le vélo, la cuisine, la lecture, la musique…et aussi la peinture. Ce matin, j’ai saisi l’occasion au dos d’un carton de pizza et j’ai peint cette côte rocheuse, histoire de tenter l’écume. Elle est un peu trop pâteuse, mon écume. Il fallait que je tartine pour masquer les inscriptions du carton à pizza. Je ne laisse rien perdre, soucieux de préserver la planète.

J’ai ensuite filé chez mon ophtalmo. L’ophtalomologie hospitalière est un poème. Un chef d’œuvre de bureaucratie. Je n’en dirai pas plus. En ces temps de pandémie, mieux vaut se taire.

Reprenant mon vélo, je suis passé devant la file d’attente du labo. Des candidats au test PCR.

Mer!

aquarelle 24×32

Je vais au bout de la terre.

Et j’attends que la marée monte.

Rien à faire, juste attendre. Monter quand même sur les rochers!

Envie de mer?

C’est au couteau que je me suis entraîné. Je n’ai tué que le temps.

Acrylique sur toile 40×50. Le travail au couteau demande un tour de main particulier. On met de la pâte à droite ou à gauche et run!

Ce qui est sympa c’est d’obtenir un modelé, un relief qui donne l’impression du 3D là où il faut. Amusant, le doigt n’est pas interdit pour fondre les teintes l’une dans l’autre.

Rapporter des blancs pour faire l’écume de mer, c’est aussi assez…grisant.

Avoir voila, j’ai maintenant une petit mer intérieure sans besoin de faire des kilomètres.

Le niveau zéro de la complexité

Col des Fourches (2261m)

Figurez-vous que j’assiste ébahi actuellement à une passe d’armes  européenne et pacifique du coté de mon cher Club des Cents Cols pour savoir comment est mesurée la hauteur de nos cols d’Europe.

La question est primordiale puisque nous devons identifier les cols franchis à vélo supérieurs ou inférieurs à 2000 mètres….

J’ai toujours pensé, en bon béotien, qu’il suffisait de se référer au niveau de la mer…

Oui, mais quelle mer? Continuer à lire … « Le niveau zéro de la complexité »

%d blogueurs aiment cette page :