Étiquette : québec

Faire du vélo l’hiver

image.jpg
Cycliste au Québec l’hiver

Nos sociétés modernes sont devenues si douillettes que faire du vélo l’hiver est devenu un non sens pour de nombreux citadins.

Certains, comme au Québec, vont même jusqu’à demander l’interdiction des vélos en ville du 15 novembre au 15 avril.

C’est à lire dans Le Devoir

Lire aussi les commentaires très tranchés entre les automobilistes et les cyclistes.

 

Cycliste, une proie facile pour les camions

Un vélo fantôme en mémoire de Justine Charland St-Amour

N’accusons pas les camionneurs.

Ils font souvent leur boulot dans des conditions difficiles au sein d’environnements urbains compliqués.

Nos amis du Québec ne sont pas exempts de drames mettant en cause les camions et les vélos. Poursuivre la lecture de « Cycliste, une proie facile pour les camions »

Les SPRITZBREDELE de Valdotain

Après l’effort, le réconfort.

Il est sympa Valdotain; il nous concocte des recettes de cuisine depuis son Québec lointain comme ces Spritzbredele.

Il a même écrit un livre de cuisine Recettes Gourmandes des Boulangers d’Alsace.

Aller sur son blog la cuisine de Valdotain

Québec, la police renverse un cycliste pour l’arrêter

La scène semble incroyable.

La police de Québec est accusée d’avoir renversé un cycliste pour l’arrêter parce qu’il roulait à contresens.

Le cycliste est entre la vie et la mort.

A voir dans Radio-Canada

Quebec, les accidents de vélo

Photo Bernard Brault, La Presse

Le partage de la route est encore en question au Québec à la suite du dernier accident où un cycliste est mort sous les roues d’un camion
lire l’article dans La Presse.CA

Article en relation…

les accidents de cyclistes à Freiburg

Y va mouiller

Quand le vent soufflait de l’ouest, nos parents, en s’assisant su’a galerie en début de soirée, disaient: La dompe [dépotoir] à pue à soir, y va mouiller.

Pas de mauvaise blague, y va mouiller, c’est du Québecois.

Chez nos cousins d’Amérique, les roues de vélos racontent des histouaires marrantes. Ou donnent la météo.

J’aimerais ben moi aussi qu’ma bécane, elle parle comme çoi

J’ai pen tout encore compris.

C’est‘lire dains Lien Multimédia

Immatriculer les vélos

FlikR

Immatriculer les vélos.

C’est l’idée dans l’air au Québec.

Le mouvement qui vise à immatriculer les vélos est largement entretenu par les automobilistes qui se plaignent de l’indiscipline des cyclistes (lire l’article). Poursuivre la lecture de « Immatriculer les vélos »

Au nom du gros bon sens…

Pas de pitié pour les cyclistes portant des écouteurs.

On verbalise au motif que le port de ces accessoires sur les oreilles vous empêchent d’entendre les voitures arriver.

Précisons que c’est au Québec.

En France, l’affaire est plus compliquée puisque l’usage du téléphone au volant des voitures et des camions semble se généraliser et n’arrive pas à être enrayé par les pouvoirs publics malgré l’interdiction.

Or téléphoner au volant est autrement plus dangereux que le port des oreillettes par un cycliste qui ne fait courir un risque qu’à lui-même..

lire l’article dans Métro…

Montréal, l’autre image du vélo

Le vélo en hiver a toujours existé ici. Même sous la neige, la vie continue.

Ah bon!

J’aime mieux entendre ça que la chronique de Mario Dumont.

C’est dans le gratuit Métro qu’on lira un excellent article consacré au vélo en hiver au Québec.

Comment mettre bébé dans la coquille?

Encore une chronique anti-vélos dénichée sur une chaine québecoise!

« C’est le vélo, c’est bon! On ne se pose pas de questions! »

« Faut-il l’utiliser quat’saisons? »

« Ca m’soulève de grosses questions… »

« Je m’inquiète toujours des revendications quand ça vient du monde du vélo, parce qu’on n’a plus de sens critique, parce que c’est vert, parce que c’est environnemental… » Poursuivre la lecture de « Comment mettre bébé dans la coquille? »

Ethnologue de cyclistes

«Je ne m’attendais pas du tout à ça dans mes recherches. Normalement, dans des entrevues, les gens présentent leur bon côté, et n’avouent pas nécessairement leurs comportements répréhensibles»,

Il s’appelle Israël Dumont.

Sa thèse sur les cyclos canadiens nous révèlent des choses qu’on connait ici aussi.

Selon lui, on croise en ville trois types de cyclistes: Poursuivre la lecture de « Ethnologue de cyclistes »

Recrudescence de scooters

scooter Dyad

C’est au Québec que les cyclistes s’inquiètent de la recrudescence des scooters électriques sur les pistes cyclables. Poursuivre la lecture de « Recrudescence de scooters »

Féria du vélo: absolument excitant!

« On va être trop serrés dans les pestes céclables. »

Est-il utile de préciser que c’est au Québec que ça se passe!

Mes autres articles sur le Québec…

mangez-vous des  nids de poules?

cyclotourisme urbain

où en est le vélo urbain?

le tour du Saint-Laurent

un vélo pour affronter les ours

vous reprendrez bien un peu de caribou…

pédaler pour Noël

Vous reprendrez bien un peu de Caribou

Péambule:

J’ai hésité sur mon titre.

Au début, c’était « Vous reprendrez bien un
peu de Césium 137…
 » et puis mes amis m’ont dit que j’allais
affoler les foules; alors, pris de remord, j’ai préféré un titre
qui rassure et qui évoque le Grand Nord canadien et ses espaces
vierges de toute pollution.
Mon titre sera donc, « vous
reprendrez bien un peu de Caribou… »

Na, na , naire…………eeeeuh!

Il manque encore la musique. Gilles Vigneault va m’arranger ça, ce sera
épatant!

Ouf, nos amis québécois ne seront pas privés de viande de
caribou!

Pauvre caribou! sans x  (x ray) au pluriel
comme hibou, chou, caillou, joujou et aussi genou.

C’est au moins un bon signe que nous envoie le ciel.

Il parait que c’est politiquement incorrect d’en parler.

Les foules sont trop bêtes, elles ne comprennent déjà rien à
l’immigration choisie, alors le Césium 137, c’est du latin pour
elles!

Donc, vélomaxou n’en parlera pas.

De quoi?

Des premières bouffées radioactives qui vont arriver demain sur
les terres d’Europe.

En provenance du Japon.

D’habitude, le Japon nous envoie des petites voitures
décarbonées emballées dans des containers maritimes.

Demain, c’est par la voie des airs que les particules atomiques
vont arriver.

Sans emballages.

On s’en fout: on ne roule pas à vélo le mercredi.

D’ailleurs, elles sont tellement infimes ces particules que même
les détecteurs officiels ne les détecteront
pas. C’est dire!

Donc, n’en parlons pas!

Ceux qui se méfient encore peuvent toujours s’acheter un
détecteur portatif. La CRIIRAD en vend un icile Radex coûte 200 euros, vous pouvez toujours vous le
faire offrir à Noël…Précision: il n’ya pas encore
le téléphone et le GPS intégrés. Ni les radars de
vitesse!

Ne vous précipitez pas pour l’acheter tout de suite, il y a
rupture de stock.

Ce qui témoigne de notre grande confiance dans les autorités de
sureté.

Un coup à droite, un coup à gauche. Après
toutes mes méchancetés sur mes amis écologistes, je vais remonter au moins
de 15 places au classement
wikio
.Voila au
moins de quoi tenir le cap d’une ligne éditoriale dont seuls mes
proches connaissent le secret.

 

Un vélo pour affronter les ours

Allons-nous vers un hiver québecois?

Les conditions hivernales, là-bas, amènent à adapter la pratique
du vélo à l’aide de moyens radicaux.

Comme la guidoline chauffante et les « Bar
Mitts »
, ces mitaines adaptables sur les poignées de
guidon…

Admirons le charme exotique et estival de l’interview, au
passage!…

Le tour du Saint-Laurent, au Québec en 1965

Ce film de 16 minutes est un chef-d’oeuvre à la gloire du
cyclisme de compétition.

Pas celui friqué et corrompu qu’on connait aujourd’hui, non!

Celui d’un cyclisme dépouillé de tout artifice dans la campagne
du Québec et où les maillots sont encore vierges de publicité.

Tourné par Jean-Claude Labrecque, ce cinéma là n’est pas sans
rappeler celui de Jacques Tati: le scénario se suffit à lui-même,
pas de textes, des sons, de la musique « ben d’adon ».

Déniché sur le site « pédale blais pédale », ce site mérite le
détour…

Action!

minute 4’35: le ravito, tout va bien, on entre dans le
périple

minute 6’01: la chute

minute 8′: le balisage de chantier routier avec un fanion
rouge

minute 8’20: une pluie battante comme on n’en connait pas en
France; le speaker: « on ne voit plus les coureurs!… »

minute 9′: admirons le scooter porteur de roue de
secours!…

minute 9’20: les retardataires sont à la peine…

minute 10’20: la route caillouteuse

minute 11’35: une échappée…

minute 12’22: le circuit fermé au Parc Paul Delafontaine

minute 14’13: une chute collective…la souffrance…

 

 

Cyclotourisme urbain…à Montréal

Le cyclotourisme urbain consiste à découvrir ou redécouvrir la
ville à vélo.

Cette pratique du vélo peut encore paraître incongrue aux
inconditionnels du vélo à la campagne.

« Le cyclotourisme urbain vient avec
un niveau de stress plus élevé dû au côtoiement du trafic
véhiculaire qui doit être compensé par la valeur des villes ou des
espaces que nous explorons…. » (velocia Quebec)

Pourtant au Quebec, le cyclotourisme urbain existe.

Le guide Louis Wiriot à Montréal, fier
résident de Rosemont
, vous fait visiter
Montréal
. (lire l’article sur
Urbanista)

En France, le concept est encore inconnu, même si certaines
associations de cyclistes urbains organisent des balades
ponctuelles pour visiter les centres historiques à l’abri de la
circulation automobile (comme ici à Mulhouse avec
l’historienne Marie-Claire Vitoux)
.

En revanche, cette pratique n’a rien de conventionnel dans les
clubs de cyclotourisme qui préfèrent encore s’évader à la
campagne.

Flâner à vélo en ville offre un réel plaisir dès lors qu’il
existe des circuits abrités favorables à la bicyclette.

On peut voir et admirer les monuments, s’arrêter le long des
parcs et bassins d’agrément, passer d’un quartier à un autre en
s’affranchissant des circuits de circulation automobile.

Avec le renouveau du vélo en ville, nul doute que le
cyclo-tourisme urbain est appelé à un bel avenir.

Mangez-vous les nids de poule?

Cliché vélomaxou

Les nids de poule sont un met recherché au
sortir de l’hiver.

Certains n’hésitent pas à en « manger », à leur corps
défendant.

J’ai toujours eu des doutes avec cette assertion selon laquelle
des poules viendraient, à notre insu, le long de nos
départementales et même de nos nationales gratter nos macadams pour
y déposer leurs oeufs.

Le long des vicinales, à la rigueur!

Nos amis québécois sont invités à dénoncer non pas les
poules qui confondent routes avec trottoirs, mais les nids d’amours
improbables restés là au petit matin sur les bords de nos
chemins.

Les responsables, on les connait: les poids lourds en
priorité.

L’effet des barrières de dégel ne suffit pas à transformer
certaines routes en terrain de cross.

Les coûts?

Chut! on ne le dit pas.

Dans la jungle des autorités appelées à réparer le dégâts, même
une commission parlementaire serait incapable d’approcher la vérité
des coûts occasionnés par les véhicules.

Sans parler des dégâts aux véhicules eux-mêmes et accessoirement
des conséquences des accidents causés par les nids de poule!..