Faut-il prendre de la hauteur?


cabine 13

Habiter la planète terre

Ceux qui ont un peu voyagé connaissent la façon dont les peuples résolvent leurs questions d’habitat.

Qu’ils soient nomades ou sédentaires.

Le sud de l’Italie est frappé par ces constructions hideuses et sauvages souvent abandonnées en cours de travaux faute de coercition étatique, l’Espagne s’est lancée à corps perdu dans des opérations immobilières désastreuses et pharaoniques le long de son littoral avec les conséquences que l’on sait: des villes champignons désertifiées avant même d’avoir été occupées et des faillites retentissantes…sans parler du chômage endémique qui s’ensuit.

J’ai le souvenir de ces immeubles collectifs du Caire où la terrasse abritaient des logements familiaux clandestins, sommaires et même des chèvres!

La campagne 30% de Sarkozy

Nicolas Sarkozy envisage s’il est réélu d’augmenter le coefficient d’occupation des sols de 30%. Pourquoi pas 28 ou 32? On ne sait pas, mais vu la précipitation de la décision, on imagine que ce chiffre ne repose pas sur une grande analyse…

Mais cette mesure dévoilée à la sauvette est intéressante à plusieurs titres.

D’abord parce qu’elle met en lumière le manque cruel de logements en France et la pression financière qui y est liée et alors même que le président sortant affirmait dans sa profession de foi de 2007 « je ferai en sorte que vous puissiez tous être propriétaires de votre logement ».

Ensuite parce qu’elle sous-tend une question de fond…

Voulons-nous vivre entassés verticalement ou horizontalement?

humour.fr

Notre empilement en ville dans des immeubles de grande hauteur est ainsi suggéré.

Pas seulement pour les Parisiens, mais aussi pour tous les citadins de grands centres urbains.

Techniquement, la mesure qui consisterait à rajouter trois étages à un immeuble existant de 10 étages mérite que les architectes se penchent sur la faisabilité mécanique…et aussi sur la gène occasionnée pour les occupants pendant des mois de travaux!

Les écologistes sont globalement pour la promotion de cette façon de vivre en ville, dans la mesure où elle conduirait à diminuer 1/les transports banlieue-centre-ville, 2/la préemption de terres agricoles pour y construire des lotissements.

A ce sujet, les écologistes ont raison, le journal La Tribune (qui vient de disparaître hier) note dans cet excellent article que chaque seconde en France 26m2 de terres agricoles disparaissent…alors que nos besoins alimentaires augmentent!

La ville à la campagne

Carfree

Voulons-nous une vraie campagne avec ses odeurs, ses cultures, ses contraintes ou alors une campagne artificielle peuplée de rurbains exigeant des services aux normes urbaines?

Déjà, les paysans se plaignent de voir ces nouveaux habitants venus de la ville revendiquer trottoirs, absence de bouses de vache sur la voirie et chemin macadamisés pour ne pas salir les vélos et croître les impositions!

Selon les tenants de l’écologie , « le modèle pavillonnaire est écologiquement insoutenable et financièrement ingérable »…

Le Commissariat Général au Développement Durable note pour sa part que ce sont les régions déjà très urbanisées comme l’Alsace, l’Île-de-France et le Nord – Pas-de-Calais, qui ont connu le mouvement de disparition des terres agricoles le plus élevé.

(Pour en savoir plus sur l’artificialisation des sols, je vous recommande cette note).

Marcel Robert enfonce le clou dans Carfree notant que « le lotissement périurbain n’a pas offert ce qu’il avait promis, ce n’est vraiment pas de la vraie vie à la campagne », tout en ajoutant: « quel sens cela aura-t-il de payer 1000 ou 2000 euros par mois en carburant pour aller travailler tous les jours en centre-ville? »

Seulement, il y a un problème: les ménages ne veulent plus vivre en habitat collectif, ils veulent de l’individuel quitte à payer de l’énergie toujours plus chère et à continuer à développer l’étalement urbain à la périphérie des villes.

Le retour à la ville ne va donc pas être facile à amorcer.

Même en rajoutant des étages aux immeubles.

Certes, il y aurait une solution en se servant des surfaces affectées aux parkings (publics, privés et commerciaux) en ville…mais quel maire est prêt à engager le bras de fer en faisant parquer les bagnoles à la sortie de la ville ou dans des souterrains de façon systématique?

N’exagérons rien!

Il n’y a pas péril en la demeure.

Nos voisins allemands si souvent montrés en exemple actuellement présentent une densité de 230 habitants par km2, les Pays-Bas….400 hab/km2!

Et la France?

– 97 hab/km2

Oui, j’entends ceux qui disent que notre démographie galope quand celle du voisin régresse, mais de grâce, acceptons de reconnaître qu’on a encore de la place chez nous et de jolies contrées pour faire du vélo tranquillement.

La question fiscale

L’autre question elle est fiscale et beaucoup moins évidente.

Le candidat socialiste veut affecter des terrains de l’Etat ou des Collectivités pour y construire des logements en ville.

Pourquoi pas?

La crainte, c’est effectivement que des aigrefins s’instillent dans les transactions immobilières pour y faire de l’argent à bon compte.

Du coté des Collectivités Locales, la modification des règles d’occupation des sols et notamment des SHON (La surface hors œuvre nette utilisée en droit de l’urbanisme) qui conditionne la surface constructible en fonction de la surface du terrain va promettre de belles empoignades dans les conseils municipaux.

Augmenter sa surface construite de 30% ne fera pas nécessairement plaisir au voisin!

On n’ose pas imaginer tous les tripatouillages qui vont naître de cette règle de 30% supplémentaires dans l’habitat existant et dans la valeur patrimoniale des terrains libres à la construction….

Encore un réforme bâclée?

C’est à craindre.

Vélomaxou

Une réponse sur « Faut-il prendre de la hauteur? »

  1. Demandez à Hervé Gaymard, licencié en droit (et du gouvernement en 2005) les différentes possibilités d’aménagement d’appartements à Paris. De nombreux locaux d’habitation ou commerciaux de taille démesurée pourraient être modifiés pour accueillir plus de familles dans le besoin telle tati LILI en passant de 1000 m2 à 100 m2, voire moins.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s