SlowUp de Bâle, le roi vélo


Il a tout compris le petit chéri: faute d’horizon, il suit la ligne blanche

8h20, Huningue place Abbatucci

« C’est bien ici le SlowUp?… »

les employés montent un barnum

« Oh vous allez prendre un café en attendant, ça n’ouvre qu’à 10 heures… »

Je commence mal ma journée, plus d’une plombe à attendre!

Je pars vers la passerelle de Huningue et je traverse le Rhin, un peu dépité.

Bâle tribord

A tribord, Bâle capte un peu de soleil…à bâbord la fumée des cheminées peine à s’élever dans le crachin.

Bâle bâbord

J’aborde une grande avenue bâloise déserte, sans âme qui vive.

J’aborde une grande avenue sans âme qui vive

Que faire?…

J’avance sans trop savoir où mettre mes roues dans cet océan de voies de tram.

C’est sûr, je ressemble à un émigré venu de France pour la première fois à Bâle. Sans guide.

Et sans plan.

Je cherche le Rhin.

Oetlingerstrasse.

Je m’engouffre dans la ruelle.

Le Rhin est là, devant les usines qui crachent leurs volutes de fumée.

Ce joli quartier à l’approche de l’autre coté me tente…

…je grimpe sur le pont Greifengasse et je traverse le fleuve à nouveau.

Rheinsprung…

Maison dans Rheinsprung

Je me hisse sur les hauteurs de ce quartier historique et paisible dont certaines maisons datent du XVième siècle…puis j’aborde la place Martinkirche… et enfin la Münsterplatz. (à lire à ce sujet)

Münsterplatz, anciennes demeures des chanoines aux façades baroques

La cathédrale de Münsterplatz

Voici qu’émerge de la brume la fameuse tour des laboratoires Roche de 38 étages inaugurée cette semaine…

Je franchis à nouveau le Rhin et je m’en approche…

A Birskopfweglein, je file le train à deux cyclos qui se faufilent dans un chemin de verdure…

Rheinfelden: 4h indique le panneau, ça doit être à pied?…

Un joli ru dévale la pente caillouteuse et vient se jeter dans le fleuve.

Me voici dans une zone d’entrepôts, un cyclo à remorque file devant moi, il est déjà 9h20…

Serait-ce un SlowUper matinal?

Etrange, quatre trailers sur une voie rapide déserte de bagnoles…ça sent le SlowUp à plein nez!

Bizarre, ici les cyclos roulent à gauche comme pour se venger d’un code la route devenu obsolète…

L’emprise foncière consacrée à la route apparait ici sidérante

Déjà le portique d’arrivée Migros, le Carrefour suisse!

Je serai sans doute le premier à le passer.

Voici le barrage d’Augst en amont de Bâle.

Barrage d’Augst, les premiers cyclistes

Ce barrage de 212m est doté d’une écluse de 110 mètres de long et d’une passe à poisson. C’est la dernière écluse du Rhin lorsqu’on remonte son cours.

A coté de l’écluse une centrale hydroélectrique dotée de turbines Francis et Kaplan.

Puis me voici dans la troisième boucle du SlowUp coté allemand en direction de Rheinfelden…

Le ciel gris est chargé dans le dos de la petite marchande.

Rheinfelden

Revenons coté suisse.

Rheinfelden aussi!

Deux communes qui portent le même nom de part et d’autre du Rhin avec la douane au milieu.

Le service d’ordre est impeccable: il n’est pas une intersection sur le cheminement du SlowUp qui ne soit pourvue de barrières et d’un(e) gardien(ne).

On sent parfois de l’ennui de la part de ces jeunes gens qui murmurent « morgen » toute la matinée en surfant sur leur iphone pour tuer le temps.

Je traverse l’autoroute A861 par le passage supérieur…

Tailler une bavette à deux

Suva-City. C’est le village d’accueil de la Schweizerische Unfallversicherungsanstalt(!!!) autrement dit la caisse d’assurance accident suisse. Évidemment on y trouve un assortiment de casques.

Impossible de traverser incognito le stand Rivella, alors je patiente…

C’est un peu le Coca suisse, impossible d’y couper!

J’ai droit à ma Rivella

Wiki dit: Rivella est une boisson à base de lactosérum. Le fabricant de ces boissons naturelles est implanté à Rothrist, dans le canton d’Argovie, en Suisse. En 2007, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 140,8 millions de francs suisses pour des ventes de 103,5 millions de litres1.

C’est curieux, j’aurais juré boire du jus de pomme pétillant.

Tiens, encore la centrale d’Augst!…

Je veille à ne pas refaire un tour vers Rheinfelden.

Centrale d’Augst, il y a nettement plus de monde qu’une heure auparavant

Je double le side-car cycle Rivella à la Rhubarbe…

Ces bernois ont conservé leurs plaques de vélo.Tut-tut…

Alors là, je sèche…au secours!

Comment ça marche ces machins là?

Bâle est en vue…

Après la douane, j’entame la dernière boucle qui va me mener à Lörrach avant de revenir à Huningue.

douane germano-suisse de Weil am Rhein

Mais avant cela le spendentopf, un ravito infranchissable autrement qu’à pied…j’entends dans les rangs des Français qui commencent à rouscailler, ils ne vont pas être à l’apéro pour midi.

Les embouteillages à vélo, une déconvenue inhabituelle

Attention à ne pas se tromper de file! à droite: Rheinfelden, à gauche: Lörrach, Huningue

Curieux équipage…

Après l’embouteillage, les bouchons

Le bouchon Migros. Incontournable!

Un peu de retour à la nature, ça fait du bien…

Le Friedensbrücke de Weil am Rhein

Huningue n’est plus très loin, après la passerelle, je suis arrivé.

Avec mon vélo de route, j’étais un peu hors jeu et j’ai remonté des dizaines de cyclistes avec un maximum de fairplay en dépassant au plus large les familles et les touts p’tits.

Une expérience qui mérite le voyage.

Au moins une fois pour voir d’autres facettes du vélo.

Publicités

2 réflexions sur “SlowUp de Bâle, le roi vélo

  1. Merci Max pour ce savoureux compte-rendu du Slowup bâlois…. c’est du vécu !
    Mais tu as relevé sans le savoir une des plaies de ces Slowup : les « cyclos » bernois avec des plaques jaunes sont en fait des vélos électriques de la catégorie supérieure, qui peuvent rouler à 45 kmh. Immatriculation et casque obligatoire :De vulgaires mobilettes électriques, qui n’auraient rien à faire dans une telle manifestation. Malheureusement personne ne pense à sévir …
    A part cela , nous avons aussi un tel SlowUp à Delémont, fin juin. Personnellement ce grand bazar ne m’inspire guère, mais nous y allons quand même en famille ; les petits-enfants adorent ça et en parlent déjà des semaines à l’avance…
    Quant à la signification écologique, mieux vaut ne pas en parler ! Ces milliers de grosses bagnoles qui arrivent parfois de très loin avec leurs porte-vélos, tout ça pour faire 40 bornes de plat… Enfin ça fait plaisir à beaucoup de monde !

  2. Les machins qui te font sécher, Maxou…Je crois avoir trouvé (j’ai dit « je crois »…)
    Cela doit être un élément qui se fixe à un fauteuil roulant et permet à la personne qui se trouve dessus de « pédaler » avec les mains.
    Quelqu’un peut confirmer ?
    Charles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s