FFVélo, l’assemblée générale


IMG_3396
La tradition des « vieux cyclos » AG FFVélo de Boulazac (image JM Lefèvre)

La FFCT aussi appelée FFVélo a tenu son assemblée générale à Boulazac (Dordogne) les 1&2 décembre 2018.

Boulazac_Lieu-Dieu
Agora Boulazac Isle Manoir où s’est tenue l’AG

Voici les impressions rapportées par mon Confrère Centcoliste Jean-Marc Lefèvre…

 Cette AG était très attendue, eu égard les profonds changements annoncés en avril ! Elle était aussi redoutée, en raison de ces modifications de notre quotidien, de nos traditions, de « vieux Cyclos » fidèles, à notre Fédé, à notre histoire, à nos valeurs, depuis tant d’années…Et bien je peux vous dire que cette AG (organisée de mains de Maître par Claude Hélène Yvard et son équipe de Périgueux) s’est déroulée dans le calme, la sérénité, la convivialité, et surtout la bonne humeur…Nos dirigeants, nous ont présenté, avec brio, leurs projets, et nous ont démontré que nous ne pouvions pas faire autrement, si nous voulions pérenniser notre mouvement…Loin d’être convaincu, je fais confiance à cette équipe qui s’investit pour notre loisir.

Voila qui est dit!

IMG_3399
Dominique Lamouller et Martine Cano (image JM Lefèvre)

Nous n’en saurons pas plus vu que l’intranet du site de la fédération est en travaux depuis de longs mois, il est impossible d’accéder aux contenus des débats et aux questions préparatoires posées par les clubs.

Nous ne saurons rien notamment de l’évolution de la structure fédérale et de ses adhérents.

Selon Claude Robillard, président de la commission nationale VTT,   en 2017 à la FFCT, sur cinq ans, le nombre de licenciés route aurait baissé de 12500 alors que celui des licenciés VTT aurait augmenté de 1000.

 

Publicités

9 réponses sur « FFVélo, l’assemblée générale »

  1. le terme « cyclotourisme  » n’est il pas devenu ringard, tout au moins pour les pratiquants des jeunes générations? Lorsqu’il m’arrive de dire au cours d’une conversation que je pratique le cyclotourisme , il n’est pas rare de voir fleurir des sourires condescendants « ah oui, de la promenade… »
    Quant au VTT, il est devenu (mais pour combien de temps encore?) depuis une vingtaine d’années un nouveau mode d’expression du vélo de loisir et la FFCT s’est décidée un peu tard à s’y raccrocher. Elle n’a toujours pas , en revanche, semblé s’intéresser au Gravel, évolution logique de notre sport favori, dont je suis , vous l’aurez compris, un franc partisan. Cela dit et bien que ne pratiquant jamais en club, je vais renouveler mon adhésion à la FFCT, ne serait ce que par solidarité avec une œuvre en péril.

    1. Oui, c’est vrai que la FFCT a perdu le contrôle du cycle de loisir, elle n’a pas su s’adapter en campant sur une image vieillotte du vélo. Dommage! Le GRAVEL tente de rallier des adeptes, ça à l’air sympa surtout qu’on peut réhabiliter des vieux cadres pour commencer. ça rappelle un peu le cyclo-cross d’antan et puis ça exonère de la route. Pour l’instant, je me contente du VTT. Mes terrains de prédilection ne se prêtent guère au Gravel.
      Bonne journée

    2. Le cyclotourisme, ringard ? On peut en douter quand on voit le franc succès du « voyage à vélo ». Les sourires condescendants existent mais viennent généralement de cyclistes compétiteurs pour lesquels seuls la moyenne compte à vélo.
      Quant au gravel, la FFCT rate le coche alors que la majorité des manifestations baptisées VTT par les clubs sont du gravel (pas de zones techniques, pas de monotraces, pas de nécessaires compétences en pilotage…). Et il n’y a pas que le gravel (très à la mode en ce moment). Il reste que la FFCT a beaucoup de mal à accepter de nouvelles formes de pratiques ou voudrait être celle qui les impulse alors que ces évolutions et ces variations dans les pratiques sont bien plus naturelles (spontanées devrait-on plutôt écrire).
      Et puis, le VTT « pur et dur » est quasiment un sport extrême beaucoup plus proche du free style que du « vélo tout chemin » voire du « vélo tout sentier ».

  2. Durant les années fastes de la FFCT, disons de 1945 à 1970, les cyclos qui empruntaient couramment les sentiers muletiers avec leurs randonneuses en 650B, faisaient du Gravel sans le savoir. Pour ma part, j’ai remisé définitivement le vélo de VTT, voici presque quatre ans, du fait que je ne l’utilisais que pour faire du chemin blanc ou du sentier, étant désormais incapable de descendre des à-pic et encore moins de les grimper, ou encore de me lancer dans des sauts de plusieurs mètres. Et je me demande si la FFCT se rend compte que le vrai VTT est plus une discipline de compétition extrême que de promenade.
    Elle serait bien inspirée, cette bonne Fédération des Cyclotouristes, de s’inspirer d’une excellent article de la revue suisse « cycle!magazine » paru récemment et intitulé « GRAVEL,clés pour l’aventure ».
    Nonobstant le prix élevé de ladite revue, c’est à lire!

      1. Cher Maxou, sur ce dernier point je suis d’accord et je me demande en ce cas pourquoi les utilisateurs de « VTT » soft roulent sur des engins qui s’apparentent davantage à des motos d’enduro qu’à des vélos : Suspension avant de 140mm de débattement, suspension arrière style moto des sables, freins à disque de 180mm, pneus de 210mm etc…

  3. Tous les documents concernant cette AG sont disponibles dans l’espace licencié du site de la FFCT. Pour suivre la mode actuelle, les premiers brevets gravel seront organisés au sein de la FFCT en 2019.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s