Étiquette : 2018

Vélomaxou, retour en images sur 2018

Janvier 2018: Thann et la tempête Eléanor

Je suis peut-être comme vous, je ne sais plus quels ont été les faits marquants de 2018.

Je pars à l’aveuglette consulter mon année 2018.

Et comme vous le voyez, j’expérimente un nouvel outil de mise en page fortement recommandé par WordPress, mon éditeur en ligne.

Il suffit de dérouler l’année, jour après jour et de s’arrêter là où bon nous semble.

Commençons ensemble.

Début janvier 2018, catastrophe! la tempête Eléanor s’abat sur la France.

Thann n’est pas épargné

accéder à l’article… Et l’Alsace voit ses cours d’eau déborder…

Février 2018: Heureux les maigres! C’est ce que se disent tous les grassouillets, ceux qui vont plus vite que vous dans les descentes. On peut toujours essayer de gagner quelques grammes superflus sur nos vélos en y mettant des matériaux allégés, la margarine du cycliste restera prédominante. Surtout dans les côtes.

En février, l’épreuve de la grimpée est un test redoutable. Il faut résoudre l’équation vélo et poids

Mars 2018 a été propice a de belles images de neige grâce au VTT

…des images qu’on peut voir ici

Avril 2018, exil à Argelès-sur-Mer, la mer, la montagne et du VTT (voir les images)

Collioure
Collioure

Mai 2018, un raid routier à Valjoly. Ma deuxième expérience avec sacoches. Je n’ai pas été déçu. voir les images

le voyage avec sacoches, un charme incomparable pour voir du paysage

Juin 2018, fête du vélo à Mulhouse, au rendez-vous de la ferveur cycliste (voir les images)

les gilets jaunes n’ont rien inventé!

Juillet 2018: Thann-Molkenrain à VTT, une valeur sûre

Camp Turenne ou Thomannsplatz sur la route du Molkenrain

Août 2018, canicule en Alsace. On se protège comme on peut en préférant la forêt

la sécheresse s’est installée

Septembre 2018: la montagne, ça vous gagne! ce sera mon premier raid de trois jours à VTT autour du col de Tende avec bagages en compagnie de mes amis des Cent Cols. Une découverte!

Octobre 2018: octobre est toujours propice à de belles images d’automne dans nos Vosges adorées

Les Hauts-Rupts de Gérardmer

Novembre 2018: voila ce que j’écrivais le 17 novembre, acte 1 du mouvement des Gilets jaunes…
Je n’ai pas de complaisance particulière à l’égard du mouvement gilets jaunes. Ce sont des gens comme vous et moi qui manifestent. Ils illustrent notre temps. Mais j’observe qu’ils n’ont dans leur démarche qu’une vision consumériste de la société dans laquelle ils vivent. Quand tout tourne autour de la bagnole, fatalement on en dépend fortement. Pour aller au travail, pour aller faire ses courses, pour mener les enfants à l’école, à la danse, aux sports…et pour aller en vacances s’il reste de l’argent. Ce qui est regrettable c’est de voir que l’affadissement du monde politique a définitivement tué notre conscience politique des choses. La seule solution est donc de refonder, de rebâtir notre contrat social autour d’un autre modèle. Aujourd’hui je ne retirerais rien à ce texte.

17 novembre, Cernay

Décembre 2018, lumières dans la ville

Thann illuminations de Noël

Je suis rassuré

IMG_0352
Parfois je doute, je grimpe en haut de la colline trouver une inspiration. Puis je redescends.

C’est rare que j’expose ma bobine civile.

Rassurez-moi!

Pas besoin.

C’est quand la fin de l’année approche qu’on se penche avec anxiété sur la fréquentation de son blog. Une forme d’introspection où l’on juge de la pertinence de son action, de sa façon d’être et de communiquer.

A quoi bon mettre en ligne des articles, des photos, des points de vue, consacrer des centaines d’heures devant son ordi si c’est pour rien?

Je suis un vieux routier du vélo, mais ça ne suffit pas. Il faut encore trouver les raisons d’intéresser, de trouver à partager un étonnement.

origine-wp
Mes lecteurs 2018 par pays. Ils se reconnaîtront.

J’imagine que mes lecteurs me ressemblent et m’accompagnent, certains depuis longtemps.

Voila, combien?, je ne sais plus…si ça me revient: douze ans depuis 2006 que je raconte des histoires sur le vélo, autour du vélo…et parfois même complètement en dehors du sujet.

Hors sujet, vélomaxou! me crient dans la marge certains lecteurs.

C’est comme si je prenais une mauvaise note.

Comme ils ont raison!

Un jour, j’en ai eu marre des forums de clubs où l’on rabâchait toujours la même chose.

J’ai crevé l’abcès, je suis parti, vivre ma vie sur un blog, parler de tout et de rien et aussi un peu de vélo. Des vélos? j’en mets de moins en moins sur mon blog. J’en ai marre des vélos en photo. Quoi de plus banal qu’un vélo! Je préfère le paysage. J’ai muté.

Un peu de matériel de temps à autre et ça suffit, ça nous suffit.

Après tout, un vélo n’est jamais qu’un cadre avec deux roues et un guidon.

Plus quelques accessoires.

On me l’a même reproché d’être souvent à coté de la plaque.

wp-2018
158.000 vues en 2018, 70.000 visiteurs, le creux de 2017 est effacé . Merci à vous tous qui me lisez. Je vous le dois bien.

Il y aurait parmi mes lecteurs l’incarnation d’un profond apolitisme, ceux qui refusent au nom d’une neutralité de bon aloi de cautionner tel ou tel engagement au risque de rompre les liens ténus d’une confrérie cycliste secrète qui nous unit.

Ils on raison aussi.

Les protestations, je les entends, dirait qui vous savez…

Mollo vélomaxou! me disent-ils, à demi-mot.

Bon, je me calme.

Puis ça me reprend quand je ne résiste plus à cette révolte intérieure qui fait de moi un éternel insatisfait.

Je suis rassuré.

A demain.

Certainement.

FFVélo, l’assemblée générale

IMG_3396
La tradition des « vieux cyclos » AG FFVélo de Boulazac (image JM Lefèvre)

La FFCT aussi appelée FFVélo a tenu son assemblée générale à Boulazac (Dordogne) les 1&2 décembre 2018.

Boulazac_Lieu-Dieu
Agora Boulazac Isle Manoir où s’est tenue l’AG

Voici les impressions rapportées par mon Confrère Centcoliste Jean-Marc Lefèvre…

 Cette AG était très attendue, eu égard les profonds changements annoncés en avril ! Elle était aussi redoutée, en raison de ces modifications de notre quotidien, de nos traditions, de « vieux Cyclos » fidèles, à notre Fédé, à notre histoire, à nos valeurs, depuis tant d’années…Et bien je peux vous dire que cette AG (organisée de mains de Maître par Claude Hélène Yvard et son équipe de Périgueux) s’est déroulée dans le calme, la sérénité, la convivialité, et surtout la bonne humeur…Nos dirigeants, nous ont présenté, avec brio, leurs projets, et nous ont démontré que nous ne pouvions pas faire autrement, si nous voulions pérenniser notre mouvement…Loin d’être convaincu, je fais confiance à cette équipe qui s’investit pour notre loisir.

Voila qui est dit!

IMG_3399
Dominique Lamouller et Martine Cano (image JM Lefèvre)

Nous n’en saurons pas plus vu que l’intranet du site de la fédération est en travaux depuis de longs mois, il est impossible d’accéder aux contenus des débats et aux questions préparatoires posées par les clubs.

Nous ne saurons rien notamment de l’évolution de la structure fédérale et de ses adhérents.

Selon Claude Robillard, président de la commission nationale VTT,   en 2017 à la FFCT, sur cinq ans, le nombre de licenciés route aurait baissé de 12500 alors que celui des licenciés VTT aurait augmenté de 1000.

 

Des maires sifflent le vélo…

p7260030
Les maires et le vélo: je t’aime moi non plus! Envoyer les vélos au casse-pipe, certains élus n’hésitent pas comme ici à Neuve -Eglise (Bas-Rhin)

En congrès, les maires ruraux sifflent le vélo.

C’est Olivier Razemon qui le rapporte sur son blog où l’on pourra lire les détails de cette curieuse réaction des maires de nos communes profondes.

Où est le problème?

Le problème vient de la défiance qui s’est installée entre le monde rural et nos gouvernants sur les questions de mobilité.

Le 80 km/h imposé d’en haut n’y est pas étranger et c’est le vélo qui trinque.

C’est ainsi qu’on pourrait résumer les choses.

Pour un maire de petite commune, la solution vélo c’est de la foutaise face aux grandes questions environnementales auxquelles sont confrontées les collectivités rurales.

Comme le dit un maire « je n’ai aucune envie de prendre un vélo pour rejoindre la gare à 45 km ».

à lire dans L’interconnexion n’est plus assurée

Une place disponible

P9020156

Nous avons une place disponible

Du dimanche 2 septembre au dimanche 9 septembre prochain
nous sommes 20 à aller chercher des cols du côté de Tende (dont 4 venant d’Alsace)
Or un des participants vient de faire défection sur ordre de son cardiologue
nous avons donc une place disponible

au menu :
que de la route ou de la piste forestière, pas de piste de ski, pour les allergiques au poussage, les quelques sentiers (moins de 10 km au total) sont optionnels
porte bagages (ou sac à dos) nécessaire car deux nuits en refuge.
40 à 60 km/jour
1200 à 1600 m de D+ par jour –> allure de gastéropode conseillée
22 à 24 plus de 2000
42 à 50 moins de 2000
pension complète
411 euros tout compris (sauf parcours d’approche personnel)

 

Si vous voulez vous faire une opinion sur les paysages rencontrés, se référer à notre semaine dans le Mercantour en 2015 ici

Ecrire à vélomaxou qui fera suivre à l’organisateur

Gonflés à l’hélium

BRA 2015

Ils sont gonflés à l’hélium ou quoi? ces types qui grimpent à toute vitesse dans un déluge de klaxons et de vociférations sans regarder le paysage.

Nous, avec Jean, on a pris notre temps…et on en a presque manqué!

Le quadruple vainqueur britannique de la Grande Boucle a été pris à partie et poussé par un spectateur dans les derniers kilomètres de la montée de l’Alpe d’Huez.(Ouest-France)

S’en prendre physiquement aux coureurs cyclistes, ça ne se fait pas.

Combien Quand bien même ils seraient dopés! (J’assume mes fautes, comme dirait Philippe)

De même que les sbires de Macron n’ont pas à boxer les manifestants le 1er mai.

Je les ai vus les types de la Sky hier grimper les lacets de Montvernier, la Croix de Fer et l’Alpe d’Huez.

Deux heures de canapé à transpirer avec les commentaires insipides et chevrotants de speakers.

Je me suis dit que parmi les adorateurs montés là-haut avec leur vélo, il y avait un certain nombre d’abrutis. Des mecs complètement dingues, comme dirait l’autre, venus là pour courir à coté du peloton, culs nus ou drapeau sur la tête. C’est étonnant, on ne voit pas beaucoup de chutes, juste quelques mouvements d’énervements des compétiteurs importunés dans leur ascension.

C’est la rançon du succès du Tour de France.

J’ai donc ma dose de TDF jusqu’à l’année prochaine.

Deux heures par an me suffisent à me faire une opinion.

Ça ne mérite pas plus.

Dommage pour la montagne, elle doit subir tous ces outrages du peuple en liesse au moins une fois l’an.

Maintenant si la montagne vous gagne, prenez votre vélo et montez ces pentes à votre allure; vous allez vous régaler.

 

Les potins du lundi

sc09516_taz

Cochonou en tête, Carrefour Market en difficulté (TDF2009) cliché Vélomaxou Firstplan

Tour de France (1re étape) : un fuyard repris, les deux autres résistent

La métaphore s’est emparée du jargon journalistique pour exprimer ce qui recommence chaque année dans la torpeur estivale: le grand cirque du Tour de France.

La caravane du Tour passe, les chiens aboient.

Moi aussi je sais user de la métaphore.

Comme vous l’imaginez, je ne vais pas me priver de baver sur le Tour. Sinon je ne serais pas fidèle à mes principes là où d’autres s’assoient dessus.

Exit les grèves SNCF, la hausse de la CSG, exit les nuages annonciateurs de la fin de la réversion des pensions, tout le monde s’en fout, l’essentiel c’est d’avoir le Tour de France.

Le Pays peut sombrer en arrière-plan des nations puisque le Tour dessine ses contours sur toute la planète. Comme en Russie où Poutine force l’admiration avec son Mondial du football pendant que son peuple périclite.

Allez ne soyons pas bégueule, le Tour de France est populaire comme jamais!

Alors va pour le Tour de France et ses flonflons qui font chavirer le Pays et la France profonde en congés payés.

Tout est dit et je l’ai déjà dit maintes fois.

Puisqu’il faut l’ivresse, buvons le nectar empoisonné jusqu’à la lie!

Au diable, l’affaire Festina! Les pisse-froids n’ont qu’à se taire.

Les Français ont la mémoire courte. Ils n’ont même plus de mémoire du tout lorsqu’il s’agit de communier en cœur à la gloire du Tour ou encore du foot.

Alors?

Alors pourquoi raviver cette plaie du dopage dans le Tour et empêcher la ferveur de s’exprimer devant les efforts surhumains de types à vélo qui chaque jour forcent l’admiration?

Pensez-donc, disait cette femme à la TV, mon petit-fils de 23 ans est sur le Tour et j’en suis fière…

Et Laurent Bodin dans l’Alsace de préciser: « Tout est clair » a […] tranché l’Agence mondiale antidopage. Un bataillon d’experts scientifiques et d’avocats a peut-être sauvé la réputation, voire la carrière, de l’asthmatique Christopher Froome, mais il ne l’a pas réhabilité, ni parmi ses pairs, ni dans le grand public. 

Ni dans le grand public? j’en doute.

Réhabiliter Froome, le grand public s’en fout. Ce qu’il veut le grand public, c’est des jeux comme dans les arènes romaines où il fallait du sang. Contaminé ou non, le sang.

On est loin, très loin de la Petite Reine et des avantages qu’elle pourrait procurer à la planète si au lendemain du Tour, tous ceux qui s’aventurent en tong le long des routes décidaient au retour d’abandonner leurs bagnoles et leurs camping-cars au profit du vélo.

sc09496_itm
Même le diable prend ses vacances en tong

Il n’y a même pas dans le Tour l’ombre d’une morale capable de l’absoudre de tous ses péchés.

Mais le Tour est une religion et son pèlerinage immuable doit s’accomplir.