La pauvritude du cycliste


Cyclistes, débrouillez-vous! Imagine t-on un automobiliste à qui l’on dirait « coupez le moteur et poussez votre voiture? »(Thann)

La pauvritude du cycliste. Voila une formule que Ségolène Royal pourrait revendiquer. Mais Ségolène ne fait pas de vélo.

Cela dit, alors qu’à la veille des Municipales tous les activistes de la cause du vélo s’agitent dans les villes pour demander des améliorations susceptibles d’encourager le vélo, il faut se résoudre à constater que rien n’avance là où il est urgent d’agir.

L’irresponsabilité des corps publics en matière d’infrastructures cyclables s’affiche chaque jour (Vieux-Thann) Ce type d’ouvrage est susceptible de poursuites devant les tribunaux en cas d’accident. La municipalité en est-elle consciente?

Les points névralgiques, ceux qui rendent le vélo dangereux, ceux qui dissuadent les gens de changer de mobilités, sont toujours là, immuables et personne ne semble s’en préoccuper.

Un vrai cycliste, au fait des chausse-trapes qu’il rencontre dans sa ville, pourrait en dresser des catalogues entiers. Des catalogues à la Prèvert.

Des bordures par centaines qu’aucun corps public ne se résout à faire disparaître, des balises de priorité sans cesse à l’avantage de la voiture, des trottoirs partagés hors normes, des itinéraires morcelés, …et en 2020? en 2020, il y a fort à parier que rien ne changera.

La cause, je la connais: elle est d’abord culturelle. La France n’est pas un pays de cyclistes. Seulement le dimanche…et les jours de grèves des transports publics! Ensuite, et c’est plus problématique, les corps publics ne comprennent pas les exigences basiques du vélo: des itinéraires directs, protégés où l’on peut rouler sans devoir s’arrêter à chaque intersection. Comprendre cela, c’est accepter d’inverser des priorités qui privilégient systématiquement la voiture.

Dès lors, militants de la cause cycliste, contentons-nous de notre anarchie joyeuse. En attendant mieux.

4 réponses sur « La pauvritude du cycliste »

  1. Bonjour Cher Vélomaxou. Je partage entièrement. Les aménagements sont parfois très aléatoires et on voit vite les villes qui n’ont pas la compréhension de la sécurité cycliste. Enfin qui s’en fichent. Et pourtant « on » nous parle tous les jours de ce fameux développement durable…

    1. « Les Villes » ?
      C’est partout en France, absolument partout. Car même à Strasbourg, autoproclamée « capitale française du vélo », c’est n’importe quoi.

      1. Évidemment on peut toujours critiquer ! Strasbourg (j’y habite…) a fait des efforts conséquents. Tout n’est pas parfait et l’imperfection vient souvent des usagers (voitures et autres Uber eat…). Par contre bien des villes moyennes type Selestat manque cruellement d’infrastructures cyclables alors que la ville est à taille de vélo…

  2. Il est vrai qu’ à Vieux Thann , c’est particulièrement dangereux et mal conçu !!! moi je connais la piste qui longe la Thur et on arrive au pont et là plus rien , si ce n’est un grand rebord de trottoir !!!! on fait comment ??? toutes ces édiles qui conçoivent ce genre de concept ne sont surement jamais montés sur un vélo !!!!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s