Janvier 2022

2022, on attend encore la neige…

Un mois incertain, on pourrait même dire une année incertaine tant les données épidémiques continuent de contrarier les uns et les autres.

Surtout les autres en proie à la défiance catégorique. Le vaccin? une arnaque, le pass? une atteinte intolérable aux libertés publiques et individuelles. Continuons donc comme ça!

De mon coté, je fais le dos rond, pourvu que je passe entre les gouttes, je veux dire le goutte à goutte! Mon année 2022 commence donc en douceur sans trop d’encombre puisque mon mode de vie, mon statut d’inactif me permettent de ne pas être confronté aux grandes problématiques de la vie en société. Je ne vais donc pas aller m’exposer par forfanterie à je ne sais quelle expérience capable de me mettre en difficulté.

Alors en ce début 2022, je l’ai déjà dit aucun programme de rencontres. Il faut apprendre à vivre dans l’expectative, l’attente prudente. Je ne sais d’ailleurs pas si je reverrai un jour se desserrer cette chape de restrictions diverses car les pandémies sont à vie longue si l’on se réfère à l’histoire.

Peinture:

J’ai carrément franchi le pas en allant vers l’acrylique plutôt que vers l’aquarelle. L’aquarelle, c’est plus tendre, il y faut une fragilité, une dévotion pour y entrer. Je n’ai rien à présenter. Mes derniers travaux sont ceux 2021 lorsqu’on aborde la neige. La neige nous fait encore défaut; il faut monter sur le massif mais je deviens douillet et les sports de glisse ne me séduisent pas. Les raquettes sont trop en investissment. Alors j’attends que la neige descende jusqu’à nous dans la vallée…

L’acrylique est plus dans mon tempérament du moment. J’en profite pour revisiter la mer que j’aime tant depuis les rivages.

la mer qui frappe les falaises

Le vélo

Y’a pas photo: le VTT est en pole position en ce début d’année. Par temps froids, c’est encore ce que je préfère avec ces semaines où le thermomètre peine à décoller au-dessus de zéro. La sensation de froid à vélo est plus marquée qu’à pied et le vent, sa force, son orientation sont des facteurs de poids.

Huit sorties VTT

Garmin Connect fait le boulot, il ne me reste plus qu’à extraire le bilan sur tableur. J’ai essayé LibreOffice en remplacement de ma suite bureautique Microsoft qui commence à dater. Sur le plan cardio-vasculaire, le VTT est sans doute plus impactant et c’est pour ça qu’il faut se modérer. Je saute plus facilement de la selle dès que les pentes deviennent critiques. Il n’y a pas de honte à marcher.

Type d’activitéDateTitreDistanceDuréeFréquence cardiaque moyenneFréquence cardiaque maximaleAscension totale
VTT2022-01-30 08:52:01Roderen -Cernay27,402:41:14105151267
VTT2022-01-25 13:35:03Heimsbrunn41,4804:23:50106136199
VTT2022-01-20 14:13:03Roderen-Michelbach20,9901:57:02115160257
VTT2022-01-16 08:39:03Cernay-Aspach14,701:23:179914535
VTT2022-01-12 13:47:21Roche Albert15,6502:08:57129157494
VTT2022-01-10 13:42:27Bitschwiller17,5302:13:50123153437
VTT2022-01-05 13:49:33Etangs Cernay20,6301:27:1110714157
VTT2022-01-01 13:53:18Michelbach-Bourbach22,9201:47:24118154222
181,31968
Mon VTT de janvier

Deux sorties routières

Evidemment, l’âge venant, on est moins véloce sur un vélo de route. J’admire ceux qui bouclent 60 km en deux heures. Il me faut bien davantage. S’exposer sur la route lorsqu’il fait froid ne me séduit plus d’autant que les opportunités de s’arrêter en route pour un p’tit café sont rares.

Type d’activitéDateTitreDistanceCaloriesDuréeFréquence cardiaque moyenneFréquence cardiaque maximaleVitesse moyenneAscension totale
Cyclisme sur route2022-01-22 13:36:59Dannemarie-Lauw67,2684502:48:4912315823,9408
Cyclisme sur route2022-01-08 13:28:16Richwiller42,956701:58:5011514721,7138
110,16546
mon vélo de route

Le jogging

Quel vilain terme! Je m’y suis donc mis sur le tard à la faveur des restrictions sanitaires qui ont marqué durablement notre mémoire.

Le fameux rond de un kilomètre a été un enfermement pour les cyclistes que nous ne sommes pas prêts d’oublier. J’ai donc couru à la place. J’en ai pris de l’estime même si je sais que je ne rejoindrai aucun des caciques vétérans de la discipline. Tourner mes cinq bornes à pinces, je m’en contente. Je fais gaffe car ce genre d’exercice est cardiovore.

6 sorties, 33 km

Type d’activitéDateTitreDistanceCaloriesDuréeFréquence cardiaque moyenneFréquence cardiaque maximale
Course à pied2022-01-29 10:07:23Thann Course à pied7,0161500:51:36168195
Course à pied2022-01-24 16:11:55Thann Course à pied6,0144700:42:10140161
Course à pied2022-01-21 15:57:00Thann Course à pied5,0738400:36:14142182
Course à pied2022-01-17 16:45:29Thann Course à pied5,243300:39:30144156
Course à pied2022-01-07 15:05:46Thann Course à pied5,5750900:41:47153169
Course à pied2022-01-02 10:16:00Aspach-Michelbach Course à pied1,9515100:13:59137146
Course à pied2022-01-02 09:55:25Thann Course à pied2,4317500:17:45128141
33,24
ma course à pied, attention au cardio!

What else? comme dit l’autre

C’est fou comme ces anglicismes nous pénètrent presque malgré nous.

Sinon, fatalement dirais-je, je revisite un peu tout de la vie passée. Parfois l’envie me prend d’en écrire un fascicule, mais j’hésite. Il faut découper des tranches de vie et les formater. et y consacrer des heures et de heures pour un résultat purement autobiographique sans grand intérêt.

Il me reste la lecture des autres, les auteurs, les vrais. Je vais arrêter avec Elena Ferrante et son « amie prodigieuse ». Vous savez qu’à force de la traquer, un journaliste l’aurait démasquée? Elle s’appellerait en fait Anita Raja…Le lectorat est partagé entre curiosité12 et indignation en réaction à ce qu’il considère comme une investigation intrusive (Wiki). Des écrivains qui préfèrent changer de nom, il en existe. Le plus célèbre est Romain Gary qui a signé plusieurs romans Émile Ajar (La Vie devant soi, Gros câlin,…).

Mes lectures sont éclectiques. Je note des titres pour m’en souvenir. Puis j’achète quand j’en ai envie…Acheté, c’est barré.

Un dernier mot

Je suis présent sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Instagram, Tiktok.

Comment ne pas y être! je suis à l’affût de tout et pourtant c’est souvent affligeant de médiocrités et de mauvais goût. Les réseaux sociaux nous renvoient une image d’une société en pleine déliquescence qui me pose question. Je me demande chaque jour quand aura t-on touché le fond de la vulgarité, de la bassesse, des compromissions intolérables comme celle de l’acceptation d’une inculture crasse, d’un illettrisme outrageant.

Mais il faut y être pour comprendre ce populisme, ces rancœurs, ces aigreurs, ces propos trashs, cette fachosphère réac qui s’emparent des réseaux qu’on dit sociaux.

VTT décontracté avec Etoile 78

télécharger le parcours
%d blogueurs aiment cette page :