Dévier la RN 66 vers la piste cyclable…


DSC00074.jpg

Selon François Tacquard, la Voie Verte de la Thur pourrait servir de déviation lors des bouchons consécutifs aux accidents…

Dévier la RN66 vers la piste cyclable le long de la Thur en cas d’accident, c’est la proposition de François Tacquard, président de la communauté de communes de la vallée de Saint-Amarin.

Une fois encore, les habitants de la vallée ont été bloqués par un camion qui s’est renversé mercredi à la sortie de Moosch.

Certains usagers ont parait-il mis trois heures pour faire le trajet de Vieux-Thann à la haute vallée.

Alors la dernière solution toute trouvée par notre édile est lumineuse: réquisitionner la piste cyclable (VV31 et VV331) qui chemine le long de la vallée lorsque des accidents bloquent la circulation.

« Il ne faut plus qu’une telle situation se reproduise. Des solutions existent, puisqu’il y a, le long de la vallée, des voies annexes, rues communales, chemins ruraux ou pistes cyclables, qui pourraient être ouverts en cas de bouchons importants » déclare François Tacquard dans le journal local (10/11/17)

Et les cyclistes?

Les cyclistes?…ils n’auront plus qu’à prendre le TER.

On pourrait rire de ces solutions à la noix tellement les élus se ridiculisent depuis des années avec cette route nationale qui, rappelons-le, est un axe incontournable qui conduit de Bâle à Bar-le-Duc depuis 1866 en passant par le col de Bussang.

Résumons!

Les riverains se plaignent du trafic routier et de celui des camions, ils font donc tout pour empêcher la fluidité du trafic en s’ingéniant à créer des rétrécissements et chicanes dans la traversée des villages.

DSC02425.jpg

Ranspach. On a rétrécit la route nationale pour ralentir la vitesse avec deux immenses bandes cyclables sur trottoirs alors qu’il existe la Voie Verte 331 parallèle et bien plus agréable.

Ranspach en est la plus belle illustration: les camions peinent à se faufiler dans les zig et les zag.

Résultat, les riverains sont pris à leur propre piège, ils circulent eux-aussi moins facilement.

Faut-il privatiser la nationale?…l’interrompre à Urbès?…

La solution consisterait en une route longeant les pentes de la vallée comme savent le faire les Suisses, voire en disposant de tunnels routiers là où c’est trop étroit.

Mais chacun se rend compte que nous n’avons pas les moyens de la Suisse.

Alors on improvise au jour le jour en proposant des ersatz de solutions.

Pendant ce temps là, l’immobilier souffre; on dit que 400 maisons sont en vente dans la vallée sans trouver de preneurs.

Chaque jour les va-et-vient pendulaires vers la plaine d’Alsace donnent lieu à des bouchons causés par le riverains eux-mêmes. Pas seulement par les camions en transit.

article en relation….

https://velomaxou.com/2012/03/13/lalsace-des-camions/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s