Jour : 21 octobre 2018

7 ans et 93 heures

9782414284900

Marc Jacquemond est un voisin.

Il vient parfois sur mon blog partager ses expériences, discuter vélo.

Il habite Sélestat.

Il nous convie à une belle histoire dans le livre qu’il vient d’écrire 7 ans et 93 heures (Ed Edilivre).

Celle de sa passion pour le vélo, une passion récente qu’il découvrira à l’aube de ses quarante ans.

Tabagisme, malbouffe et absence d’activité sportive ont eu raison de son état de santé. Du jour au lendemain, il décide donc de se ressaisir en se mettant au vélo, faisant preuve d’un impressionnant courage. Après plusieurs années d’entraînement progressif, il peut participer à la fameuse randonnée au long cours du Paris-Brest-Paris, soit plus de 1230 kilomètres en moins de quatre jours.

Je l’ai tout lu.

D’un coup tant c’est bien écrit.

J’y ai retrouvé tous mes apprentissages du vélo, ceux où l’on ne peut se mentir…et aussi ceux de nos premières fiertés, franchir 50 km, grimper un col,…

Je pars à 9h00 un dimanche matin, le plan de route
imprimé en main. Vers 11h00, j’arrive à Strasbourg, tout
transpirant. C’est possible, seul à vélo, je peux rouler de
Sélestat à Strasbourg. Une découverte pour moi !

Marc franchira une à une toutes les étapes du cyclotourisme et se lance chaque année de nouveaux défis.

Le Ventoux pour lui sera un nouveau cap.

Pendant cette ascension du Ventoux, j’aiguise mon
corps et surtout mon mental. Résister, être persévérant,
opiniâtre et fier de cet accomplissement. Je consolide mon
estime de moi, ma capacité à me faire confiance.

Son analyse est juste et lucide.

Viennent ensuite les gammes d’Audax qu’il exécute l’une après l’autre…100, 200, 300 km,…600!

Étonnement lorsqu’il constate aux pauses méridiennes des habitudes peu recommandables dans le monde du vélo…

Les cyclistes les plus calés en physiologie du sport
prennent une bière en apéritif, parce que bien sûr, ça
hydrate ! Pour ma part, je suis fidèle à la source de
Ribeauvillé : une Carola verte.

Viendra naturellement en 2015 son Paris-Brest-Paris.

Paris-Brest-Paris, c’est comme une entrée en religion.

Je vous laisse découvrir ce beau témoignage de Marc Jacquemond dans 7 ans et 93 heures édité chez Edilivre ici

 

VTT, l’erratique en viatique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La campagne dépouillée de ses végétaux n’est plus très belle à voir. Mieux vaut préférer la forêt.

On pourrait tenter ce jeu de mots pour la route.

Mais la route vous canalise dans un espace contraint.

En sortir réserve des déconvenues pour nos pneus fins.

erratique
A VTT, une fraction de seconde suffit à changer son itinéraire.

En revanche, avec le VTT je m’éclate comme dit la jeunesse.

Ou mieux, elle dirait c’est génial!

Une fraction de seconde suffit à changer son itinéraire.

Ce matin encore, alors que j’entamais une montée dans le bois de Michelbach, j’ai obliqué brutalement.

Pourquoi?

Une sente discrète qui se dissimulait derrière le feuillage.

Avec le VTT, tout est prétexte à exploiter les ressources d’un itinéraire improbable.

C’est d’une logique folle à ravir ceux qui se déguisent le matin en aventurier d’un monde si proche et pourtant encore inconnu.