Jour : 13 août 2020

Sentheim-Lauw à pied

Chapelle Sainte Anne à Sentheim

Je marche à l’ombre.

Quittant la chapelle Saint Anne de Sentheim fraîchement restaurée avec un beau crépi tout neuf, je constate que je me trouve sur ce qui ressemble à un ancien ballast.

La Doller à Lauw

De part et d’autre du sentier, un fossé. C’est donc que la main de l’homme est passée par là.

Effectivement ce secteur était pourvu en voie ferrée jusqu’en 1920. Je ne parle pas du train de la Doller dont la ligne fut déclassée après Sentheim le 26 juillet 1973.

La bibliographie parle d’une voie normale Montreux-Laux et d’un tramway Belfort-Sentheim et une ligne étroite de 0.60m.(source Sentier de la mémoire Gildwiller)

Puis dans la forêt on traverse la Doller à l’aide d’une passerelle dont les piles en pierre témoigne d’un ancien pont ferroviaire.

Pour l’heure nulle mention.

Mais en arrivant à Lauw, on a conservé des bornes en langue allemande…qui doivent correspondre à la ligne de la Doller et ne pas évoquer cette ligne de Montreux construite en 1916 et fermée en 1918 à la fin du conflit.

Concernant la fameuse ligne reliant Montreux à Lauw on peut voir des détails ici…elle n’aurait duré que 2 ans!

Borne à 67.5km de la frontière
Un riverain a racheté le clocher de Lauw
Lauw au temps de l’industrie
boite à livres généreuse à Lauw
château d’eau de Mortzwiller 1968
Je vous salue Marie
6 petits kilomètres en forêt à l’abri de la chaleur

Autres sources concernant les installations ferroviaires…

source

Il en fut ainsi de celles de la gare de Sentheim qui, considérée comme un nœud ferroviaire stratégique pour l’armée française, fut bombardée en 1916 : un chemin de fer à voie de 60 la reliait à Belfort via la forêt de Mortzwiller ; il fut démantelé après la guerre. Une autre ligne, à voie normale celle-ci, établie entre les gares de Lauw et de Montreux-Vieux, assurait le ravitaillement des troupes françaises ; intégrée au réseau civil, elle fut déferrée en 1925 faute de voyageurs.(source)

Quel vélo pour demain?

Un Gravel confortable et robuste?

Quel vélo pour demain?

Vaste sujet! Pourtant il faut bien se poser la question et tenter d’y répondre. D’aucuns pensent que le réseau routier secondaire est appelé à péricliter. Absence de moyens pour entretenir nos routes départementales (380.000 km) du fait de la paupérisation des finances décentralisées, croissance des besoins en infrastructures périurbaines et en voies rapides, phénomène d’appauvrissement des zones rurales, le tout forme un ensemble concourant au délaissement du réseau routier peu emprunté.

Le cycliste de demain se doit donc d’en tenir compte pour choisir son futur vélo.

Un Kona avec garde-boues?

Rouler avec des machines ultra-légères et dotées de pneus fins n’est plus la solution. Plutôt l’oublier. Le VTT? oui mais…le VTT reste lourdingue et peu véloce. C’est donc vers une machine intermédiaire qu’on se tournera, un genre de machine à tout faire, route, chemin, courses en ville et voyages à sacoches.

Ce qu’il nous faut ce sont des machines à la fois solides et roulantes pour affronter des routes mal entretenues, confortables sur le plan des postures et polyvalentes pour exploiter toutes les ressources d’un itinéraire tantôt roulant tantôt mal pavé.

Qu’on les nomme Gravel, Tout Chemin, Trekking, peu importe, ils ont tous en commun d’être adaptés à la polyvalence que nous recherchons.

Un Génésis?

Autant dire que l’équation n’est pas simple.

Ne nous leurrons pas: la France ne sera jamais les Pays-Bas, pas même l’Allemagne et leurs immenses réseaux cyclables dédiés, sécurisés et entretenus. Ce n’est pas dans notre culture politique. Il suffit pour s’en convaincre de constater combien les associations militantes urbaines éprouvent du mal à se faire entendre.

Alors sur route, n’espérons pas être entendus avant longtemps. Pour aller de A à Z, il faudra continuer d’échafauder des plans d’évitement de tous les pièges qui nous menacent en secteur périurbain pour quitter la ville ou y revenir. Savoir que le chemin derrière le Midas nous permet de contourner la rocade et que le grillage le long du Lidl est justement découpé pour éviter la nationale, et que la passe à animaux sous l’autoroute, c’est aussi pour nous, faute de passerelle, le seul moyen pour rejoindre notre zone de quiétude.

Triban

C’est un peu notre anarchie joyeuse chère à Pierre Sansot. Elle va certainement durer cette anarchie joyeuse et elle n’est pas pour me déplaire.

Dans cette démarche de recherche du meilleur compromis, il y a les composants…

  • le cadre: acier ou alu ou carbone ou titane? personnellement j’élimine carbone et titane, j’aurais trop de peine à les martyriser dans ma campagne vosgienne
  • les roues: solides, bien rayonnées et compatibles sans chambre
  • les pneus: pouvoir monter du 38
  • les transmissions: mono-plateau ou pas? je ne me suis pas encore fait une religion. Faut-il gagner en poids, en prix avec du mono-plateau en sachant que l’entretien chaine et cassette en pâtira?
  • les freins: acceptons les disques hydro-méca puisqu’en chemin il est démontré que c’est mieux que le patin sur jante.
  • les réservations du cadre pour fixation de garde-boues et sacoches

Puis viendra l’heure du choix final et la dose « émotionnelle », je veux parler du prix qu’on est prêt à mettre et de la marque. Je l’ai déjà écrit, actuellement Décathlon me surprend car il est capable de nous montrer la voie avec sa gamme…tout en restant abordable. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse!

https://s7d5.scene7.com/is/image/Specialized/?layer=0&wid=1920&hei=640&fmt=jpg&src=is{Specialized/pdp-product-bg-light?wid=1920&hei=640}&layer=1&src=is{Specialized/166350?wid=920&hei=600&$hybris-pdp-hero$}
Spécialized Séquoia

Alors c’est là qu’intervient la qualité des composants et le poids global. Inutile de tergiverser, le poids ne devrait plus être un argument majeur sur une machine qui se veut avant tout polyvalente.

Ce sera donc entre 10 et 12kg sans les pédales. Avec une telle marge voici la liste des vélos en vue sur le marché

Triban 500/520 Décathlon650/850€
KONA Sutra AL/ ROVE1000/1500€
Spécialized SEQUOIA1200€
GENESIS Croix de Fer 201600€
Je ne vous dis pas celui que je préfère. Devinez?

Vous allez en trouver beaucoup d’autres…et parfois plus chers. Tout dépend du prix qu’on est prêt à accorder à notre plaisir.

Méfiance avant d’acheter: penser au SAV et être sûr que vous avez vraiment besoin de ce vélo si celui en votre possession vous donne déjà parfaite satisfaction.