Jour : 16 août 2020

Hirnelestein Cernay à pied

Peterbilt avec une cabine couchette de 110 pouces (2,80 mètres), et une cabine de jour. Puissance 350 CV. Pendant les vacances peut servir de camping-car

On ne peut pas le rater. Il est à l’entrée du chemin du Zuhren à Vieux-Thann. Ce camion hors norme vient d’Amérique. Le chauffeur en est-il content? on l’espère pour lui.

Je grimpe à pied et je me trompe en prenant à droite je file tout droit sur la cote 425. C’est idiot. Je grimpe dans un sentier pourri non balisé et j’arrive enfin sur le circulaire qui mène à Iffis.

L’oratoire est occupé par un couple qui tente de se repérer sur une carte. Je pars cette fois sur Hirnelestein. Peu avant d’arriver, un bruit de machine à laver sur ma droite…

C’est l’agrainoir à sanglier qui se met en marche. Je vais sur la placette…le maïs se répand tout autour de la machine pendue en l’air.

A 20 mètres de là, le mirador.

Imparable!

J’arrive au mégalithe d’Hirnelestein. Le hibou m’accueille.

Cernay devant nous depuis le promontoire

Je redescends par croix bleue, tout simplement

7 km fastoche si on ne se trompe pas.

Entre les deux, mon cœur balance

RC520 GRAVEL LTD2 SRAM APEX 1×11

Il faut laisser mûrir son choix. A force de me convaincre qu’il me faut du neuf, j’aboutis à une formule « mi figue-mi raisin » qui consiste à se tourner vers le Gravel.

Mon raisonnement est très personnel. Il n’est donc pas partageable. Ma situation est la suivante…

1/ j’ai un vélo de route en carbone équipé en dérailleurs électriques (2009) qui me donne entière satisfaction même s’il est un peu démodé et j’ai de moins en moins envie de route à cause de sa dangerosité. Ben oui, en prenant de l’âge, on a la pétoche!

Je ne vais pas épiloguer trop longtemps: le comportement routier et des automobilistes et des cyclistes n’est plus acceptable. Je botte en touche sachant que le trafic en Alsace est de plus en plus accidentogène. C’est fou le nombre de types qui commettent des délits de fuite après vous avoir accroché. Notre vie ne compte plus.

2/ j’ai un VTT tout suspendu (de 2013) entretenu en 650 qui ne se fabrique plus mais qui me convient très bien aussi pour aller partout où le terrain est accidenté. Pour sûr à bientôt 70 ans je n’ai plus la force pour faire de grands trucs

3/ il me manque un polyvalent pour faire à la fois la route et les chemins…quitte à le porter sur mon dos quand ça devient « chaud ». Exemple grimper sur le massif par la route et m’éclipser dès qu’il y a trop de monde et dénicher des coins perdus.

C’est ma stratégie pour les prochaines années et peut-être aussi du bike-packing de temps à autre.

Ce sera donc un Gravel puisqu’on les nomme ainsi. Des vélos plus légers que le VTT, moins confortables aussi puisque non suspendus. Avec des gros pneus jusqu’à 38 et des freins à disques.

J’ai encore du temps pour réfléchir, il faut précommander. Inutile d’investir dans des composants dispendieux trop raffinés vu l’usage qui lui sera réservé et en tenant compte aussi de mon inévitable « décroissance » cycliste due à l’âge.

J’ai donc encore le temps de changer d’avis.

Pour nous permettre d’avancer dans la réflexion…

Quel vélo pour demain?

Gravel, réfléchissons avant!