Étiquette : gravel

Gravel polonais NS Rag+2

NS Rag+2 existe en trois coloris

200, le magazine, vient de paraître.

Je l’ai survolé. La revue de ce trimestre fidèle à sa tradition émoustille notre âme de baroudeur à vélo.

Baroudeur à vélo, oui nous le deviendrons tous avec nos routes rapiécées de toutes parts, fatalement nos vélos vont devoir s’armer de renforts pour affronter les espaces encore vierges de nos contrées.

Alors soit! acceptons l’augure du Gravel dont on nous dit tant de bien et qui semble présager l’avenir.

Un avenir qui ressemble fort à un retour aux sources, celui des vélos d’après-guerre recustomisés à la mode 2021.

C’est un jugement de valeur qui n’engage que moi, la France sur le plan des équipements routiers et urbains est un pays en déclin. J’aimerais être persuadé du contraire.

le Gravel Rag+2 de NS Bikes tient la route au niveau prix (fourche carbone) 10.2kg le tailleS

Notez que celui-là, pour finir en douceur, me conviendrait très bien malgré son allure moche.

Des gros pneus pour passer dans les chemins gras le lendemain de pluie, des disques pour ne pas embourber les patins, un pédalier simpliste facile à nettoyer au jet.

J’ajouterai un garde-boue arrière pour ne pas rentrer les fesses mouillées.

A ce prix là, pourquoi pas!

Aller sur le site NSBikes.fr qui vend le Rag+2

N’oublions pas le Nakamura 30% moins cher et le Triban de D4L

La question qui reste sans réponse est: ces vélos sont-ils disponibles?

Par exemple tous les Triban de Décathlon sont indisponibles en ligne et l’on sait que les magasins sont vides. C’est symptomatique d’une situation de pénurie qui affecte tout le marché du cycle depuis que les Asiatiques ne nous fournissent plus en pièces.

Peut-être faudrait-il envisager de rapatrier nos usines et notre savoir-faire…

L’heure est Gravel

quel armement choisir? (magazine 200 N°28) le numéro 3 fait vraiment militaire en campagne

200 promeut le vélo gravel. Normal, c’est tendance.

250 kilomètres de pistes en Provence.

Il y a le coté face de l’aventure, celui qui permet de concrétiser un rêve et le coté pile, celui de la mise en pratique d’une expérience pas toujours évidente.

Avec des crevaisons multiples, des bivouacs pas spécialement confortables sur le plan de l’hygiène et du sommeil et le coût du matériel.

Transporter son barda en mode compact, pourquoi pas, mais il faut supporter les conséquences d’un relatif inconfort au moment de déplier la tente et de sortir le réchaud.

Avant de se lancer dans ce genre d’aventure, mieux vaut y réfléchir à deux fois et s’assurer qu’on est « raccord » avec ses compagnons de route. A moins d’être seul!…

En revanche un vélo Gravel chargé en bike-packing sur route peut constituer un compromis pour qui veut voyager léger sur vicinales…et ne me déplairait pas

Nakamura made in France

Le Century 250 Gravel Nakamura répond à une mode appelée Gravel, le vélo pour gravier. Bref un vélo de cross country!

La géométrie est discutable avec ses mini-haubans qui font penser que le mécano les a coupés trop courts mais c’est affaire de goût.

Bref, voila un char d’assaut de sport adapté au réseau routier français! Je ne vous en dirai pas davantage. Il est sûr qu’Intersport a frappé au bon moment puisque D4L est incapable de vendre son Triban.

Made in France est un peu usurpé, je devrais dire assemblé en France à Machecoul (banlieue nantaise). C’est comme les vaccins.

Encore une fois, c’est l’occasion qui fait le larron: susciter l’envie d’avoir un vélo polyvalent pour la route et le chemin carrossable est tentant.

Vendu moins de 1000 euros et en plus gagner 10% avec la carte magasin, on ne risque pas grand chose. Bien sûr je vous laisse examiner les composants à la loupe. Les freins hydrauliques sont intéressants et la fourche carbone aussi. Après il faut voir tout le reste: la qualité des jantes, des pneus, des moyeux, la transmission, la direction,…

Pour 1000 euros on ne peut pas s’attendre à des miracles mais l’essentiel n’est-il pas de rouler?

Personnellement je serais adepte du sans chambre, c’est donc une dépense supplémentaire à prévoir.

Poids 10.9kg. Quand même!

Pénurie de vélos

On dit que c’est l’effet de la crise.

La Covid a fait des dégâts dans les approvisionnements. Tous asiatiques pour la plupart pour tout ce qui touche au monde des loisirs et du sport.

La pénurie de vélos est là. J’ai la modeste ambition d’acheter un Gravel. J’attendrais qu’un mail salvateur m’annonce que le modèle attendu soit à nouveau dans les rayons. Nos achats sont souvent motivés par un effet de mode ou une simple impulsivité. Combien de fois j’ai acheté un truc sur un coup de tête que j’ai regretté ensuite. Ne pas disposer de son produit en ligne ou en rayon est parfois préférable car on a le temps de réfléchir et de se remettre en question.

Ai-je vraiment besoin d’un x-ième vélo? C’est la question. Plus on spécialise sa bécane par tranche d’utilisation, moins on l’utilise. Le Gravel est l’exemple type. Il faut dans mon coin avoir le routier et le VTT. Mais le Gravel s’impose moins, me dis-je…et pourtant j’aimerais en disposer pour faire des parcours mixtes, de la route et du chemin.

A plus long terme, le Gravel va rester tendance car nos réseaux routiers sont appelés à dépérir de plus en plus, à être remplis de chausse-trappes comme les dos-d’âne, il faudra donc avoir des vélos moins rapides mais plus confortables pour affronter nos routes rapiécées. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que la plupart des itinéraires du Tour de France doivent subir des cures de jouvence quelques mois auparavant.

Si le marasme perdure du fait de la forte demande et de l’offre en berne, il est possible que j’oublie de casser ma tirelire.

Bon, en attendant, je me disais qu’il serait temps de renouveler des trucs qui commencent à battre de l’aile.

  • des gants à doigts longs
  • un nouveau compteur route avec GPS. Je ne sais d’ailleurs pas vers quoi me tourner, il faut que je reprenne le sujet de A à Z
  • un maillot manches longues
  • un casque de qualité je reprendrai un KED entièrement rétroréfléchissant (en rupture aussi) idéal pour être repéré la nuit par les chasseurs!
KED Spiro K-star
  • des pompes de VTT. Je les use vite. Elles ont déjà fait un passage chez le cordonnier. En montagne, je suis « un cyclo-marcheur », il est donc normal qu’elles souffrent dans les cailloux où je passe.
C’est ma deuxième paire de Gran Canion Northwave qui commence à marquer des signes de fatigue. 2016-2020, quatre ans déjà

Tous ces équipements sont en rupture.

L’effet Covid est passé par là. On ne fabrique plus rien chez nous.

Alors un conseil: faisons durer notre matos!

Quel vélo pour demain?

Un Gravel confortable et robuste?

Quel vélo pour demain?

Vaste sujet! Pourtant il faut bien se poser la question et tenter d’y répondre. D’aucuns pensent que le réseau routier secondaire est appelé à péricliter. Absence de moyens pour entretenir nos routes départementales (380.000 km) du fait de la paupérisation des finances décentralisées, croissance des besoins en infrastructures périurbaines et en voies rapides, phénomène d’appauvrissement des zones rurales, le tout forme un ensemble concourant au délaissement du réseau routier peu emprunté.

Le cycliste de demain se doit donc d’en tenir compte pour choisir son futur vélo.

Un Kona avec garde-boues?

Rouler avec des machines ultra-légères et dotées de pneus fins n’est plus la solution. Plutôt l’oublier. Le VTT? oui mais…le VTT reste lourdingue et peu véloce. C’est donc vers une machine intermédiaire qu’on se tournera, un genre de machine à tout faire, route, chemin, courses en ville et voyages à sacoches.

Ce qu’il nous faut ce sont des machines à la fois solides et roulantes pour affronter des routes mal entretenues, confortables sur le plan des postures et polyvalentes pour exploiter toutes les ressources d’un itinéraire tantôt roulant tantôt mal pavé.

Qu’on les nomme Gravel, Tout Chemin, Trekking, peu importe, ils ont tous en commun d’être adaptés à la polyvalence que nous recherchons.

Un Génésis?

Autant dire que l’équation n’est pas simple.

Ne nous leurrons pas: la France ne sera jamais les Pays-Bas, pas même l’Allemagne et leurs immenses réseaux cyclables dédiés, sécurisés et entretenus. Ce n’est pas dans notre culture politique. Il suffit pour s’en convaincre de constater combien les associations militantes urbaines éprouvent du mal à se faire entendre.

Alors sur route, n’espérons pas être entendus avant longtemps. Pour aller de A à Z, il faudra continuer d’échafauder des plans d’évitement de tous les pièges qui nous menacent en secteur périurbain pour quitter la ville ou y revenir. Savoir que le chemin derrière le Midas nous permet de contourner la rocade et que le grillage le long du Lidl est justement découpé pour éviter la nationale, et que la passe à animaux sous l’autoroute, c’est aussi pour nous, faute de passerelle, le seul moyen pour rejoindre notre zone de quiétude.

Triban

C’est un peu notre anarchie joyeuse chère à Pierre Sansot. Elle va certainement durer cette anarchie joyeuse et elle n’est pas pour me déplaire.

Dans cette démarche de recherche du meilleur compromis, il y a les composants…

  • le cadre: acier ou alu ou carbone ou titane? personnellement j’élimine carbone et titane, j’aurais trop de peine à les martyriser dans ma campagne vosgienne
  • les roues: solides, bien rayonnées et compatibles sans chambre
  • les pneus: pouvoir monter du 38
  • les transmissions: mono-plateau ou pas? je ne me suis pas encore fait une religion. Faut-il gagner en poids, en prix avec du mono-plateau en sachant que l’entretien chaine et cassette en pâtira?
  • les freins: acceptons les disques hydro-méca puisqu’en chemin il est démontré que c’est mieux que le patin sur jante.
  • les réservations du cadre pour fixation de garde-boues et sacoches

Puis viendra l’heure du choix final et la dose « émotionnelle », je veux parler du prix qu’on est prêt à mettre et de la marque. Je l’ai déjà écrit, actuellement Décathlon me surprend car il est capable de nous montrer la voie avec sa gamme…tout en restant abordable. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse!

https://s7d5.scene7.com/is/image/Specialized/?layer=0&wid=1920&hei=640&fmt=jpg&src=is{Specialized/pdp-product-bg-light?wid=1920&hei=640}&layer=1&src=is{Specialized/166350?wid=920&hei=600&$hybris-pdp-hero$}
Spécialized Séquoia

Alors c’est là qu’intervient la qualité des composants et le poids global. Inutile de tergiverser, le poids ne devrait plus être un argument majeur sur une machine qui se veut avant tout polyvalente.

Ce sera donc entre 10 et 12kg sans les pédales. Avec une telle marge voici la liste des vélos en vue sur le marché

Triban 500/520 Décathlon650/850€
KONA Sutra AL/ ROVE1000/1500€
Spécialized SEQUOIA1200€
GENESIS Croix de Fer 201600€
Je ne vous dis pas celui que je préfère. Devinez?

Vous allez en trouver beaucoup d’autres…et parfois plus chers. Tout dépend du prix qu’on est prêt à accorder à notre plaisir.

Méfiance avant d’acheter: penser au SAV et être sûr que vous avez vraiment besoin de ce vélo si celui en votre possession vous donne déjà parfaite satisfaction.

Gravel, réfléchissons avant!

Ces terrains que j’ai parcourus à VTT sont-ils propices au Gravel. Thierry Crouzet donne son avis

Faut-il s’équiper Gravel? C’est en forme de question que j’intitulais mon précédent billet concernant cette formule de vélo qu’on appelle Gravel, un cycle réunissant à la fois des qualités routières et tout chemin. On peut le relire ici

Mais voici que sur la toile s’annonce l’expérience de Thierry Crouzet, un Languedocien féru de vélo comme nous. Intitulé Où se situe la limite entre gravel et VTT ? il se pose la question que nous nous posons tous avant de franchir le pas et d’ajouter une bécane de plus dans notre garage.

Il se lance dans un circuit local du coté de Montpellier et de Sète qui mesure 77km spécialement conçu par le Gravel Bike Montpellier.

En 2013, j’ai parcouru le massif de la Guardiole à VTT. Le terrain peut-il se prêter au gravel?

Ses impressions sont parfaitement explicites…on peut les lire ici sur son blog de belle facture

Thierry Crouzet est aussi ingénieur en robotique, philosophe et auteur de nombreux ouvrages. Thierry Crouzet défend le revenu de base inconditionnel comme voie de sortie de la crise économique (wiki)

extraits: Pour moi, le gravel n’est pas un vélo d’aventure. C’est un vélo pour les itinéraires pensés pour lui, un peu comme le vélo de route d’ailleurs, à cela prêt que son terrain de jeu est plus vaste. Sur les itinéraires « homologués » pour lui, le gravel procure un immense plaisir, mais il suffit de quelques sections difficiles pour tout gâcher.

ce chemin de calcaire rougeâtre est typique du Languedoc, les chemins de barrière anti-feux sont nombreux dans la pinède.

Thierry Crouzet s’interroge Maintenant, quand je roule à VTT, je ne cesse de me dire « Là, c’est gravel, là, non. » On va sûrement tous se poser la question avant d’opter pour un Gravel…d’autant que je ne suis prêt à sacrifier mon confort de VTT tout suspendu à n’importe quel prix.

VTT à St Privat, une journée cuisante dont j’ai encore le souvenir. Le Gravel ne m’aurait pas facilité les choses

Si vous êtes un défricheur de cols en terres inconnues, prenez le VTT!

En conclusion, méfions-nous des terrains abordés! Par exemple si vous envisagez la Traversée des Vosges, mieux vaut un VTT

Mon triangle des Bermudes à St Privat

Faut-il s’équiper Gravel?

Le Génésis Vagabond a tout pour me plaire avec ses vitesses en bout de cintre et son cadre slooping 1230 euros.Un cadre slooping permet d’enfourcher plus facilement la machine dans un single étroit en surplomb. Je sais de quoi je parle…car de nombreuses fois je dois m’adosser à un arbre pour redémarrer

En posant la question, vous imaginez déjà ma réponse.

Friand de vélo route et VTT, vous êtes sûrement comme moi: ne peut-on pas trouver un juste milieu entre l’un et l’autre?

C’est à dire avoir un cheval roulant capable de faire le bourrin dans les sentiers vosgiens?

J’examine le marché et les avis des pratiquants sur la toile. On serait tenté de dire que le Gravel, puisqu’on le nomme ainsi, n’est rien d’autre qu’une mode de plus. Pourtant le Gravel n’invente rien, il n’est que le successeur du vélo de cross. Avec des aménagements de confort comme les freins à disques…plus quelques tours de main qui permettent la monte de différents pneus, de gardes-boues et de sacoches pour le cas où l’idée d’un raid vous viendrait à l’idée…

Actuellement les tenants du haut de pavé sont Koga et Génésis. Je suis sûr que vous allez en trouver d’autres vu que Décathlon et Go-Sport se lancent aussi avec des machines d’entrée de gamme.

Après avoir écrit ce billet, il reste à passer à l’action…c’est à dire imaginer des parcours mixtes « route+chemin ».

J’en bave d’impatience.

Articles en relation avec le Gravel…

https://velomaxou.com/2015/01/09/comment-se-preparer-au-voyage-a-velo/

https://velomaxou.com/2019/06/23/le-gravel-fait-son-chemin/

Le Gravel fait son chemin

L’exemple type du Gravel avec son barda genre baroudeur. C’est ce qui plait aujourd’hui

Ce n’est pas moi qui vais dire du mal du Gravel, ce vélo pour gravier, venu tout droit des US en 2016.

Au diable le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse dit le dicton! Derrière le Gravel ne se cache rien d’autre qu’un coup de com qui exploite le marché du vélo et qui tente d’installer une niche entre la route et le chemin.

Soit!

Image glanée sur le net; le Gravel vous autorise le sur-mesure en fonction de vos goûts

Le Gravel Bike France sur Facebook avec ses 9000 membres assure le SAV du bouche à oreille; il n’en faut pas plus pour un engouement pour ces nouvelles machines souvent haut de gamme et dont chacun cherche encore la justification pour se lancer à l’aventure.

Lorsqu’on est « routier » et « vététiste », a t-on besoin d’un Gravel? le vélo tout chemin VTC ne suffit-il pas à faire l’affaire? Ce sont les questions à se poser. Ne tournons pas autour du pot: il y a d’abord beaucoup de geeks parmi les inconditionnels du Gravel, des cyclistes venus de la route qui voudraient faire du chemin tout en conservant l’aristocratie, l’académisme de la route.

Un Gravel de base pour commencer

Je me souviens que les compétiteurs ont inventé le cyclo-cross; avec le Gravel, nous n’en sommes pas loin. Les Graveleux, appelons les ainsi, ne manquent pas d’humour entre eux. Lorsqu’ils se posent la question de savoir quelle est la différence entre Gravel et cyclo-cross, ils répondent « ça s’écrit pas pareil! ».

D’autres le définissent ainsi : le Gravel c’est la version cyclotourisme du cyclo-cross. Comme quoi on peut s’autoriser la définition qui plait sans trop se prendre la tête.

Le Gravel made in Orbéa

Mais pour le dire autrement, je dois reconnaitre que le Gravel est capable de séduire aussi ceux qui peu à peu souhaitent se « défaire » du routier sophistiqué incapable de quitter l’asphalte. Alors oui, c’est un Gravel qui conviendra dès qu’on abordera les chemins forestiers vosgiens sans ornières. Alors vous pourrez construire des itinéraires mixtes: des départs par la route et des sections forestières bucoliques et poétiques à l’abri des pots d’échappement.

Mais finalement, vous l’aurez compris, le Gravel c’est d’abord un état d’esprit qui vous éloignera des records tout en vous rapprochant du vélo-nature.

Alors chiche, essayez le Gravel!

Tendance vélo

Cycle Vagabonde. Ce nouveau concept de vélo va t-il séduire?

Je vais certainement décevoir beaucoup de mes lecteurs.

Je m’en excuse à l’avance auprès d’eux.

Depuis bientôt quarante ans que je monte sur un vélo, sans compter mon adolescence, j’ai vu tous les styles de vélo prospérer, puis décliner, puis renaître. Poursuivre la lecture de « Tendance vélo »