Etretat


Grimper sur les falaises, je sais le faire. J’y étais en octobre dernier. Mais les peindre, c’est une autre affaire.

C’est une pochade à l’huile. Je fais des essais au dos d’un carton de pizza de la Cabane à pizzas de mon ami Jeremy  » à Vieux-Thann. Je vous recommande sa « Collioure ».

Blanc titane, terre d’ombre brûlée, bleu, jaune. J’essaie de me tenir sur le tiers du cercle chromatique de bleu à jaune et j’y ajoute une complémentaire en face du cercle, la terre d’ombre.

Sans passer par les préceptes de la peinture, je n’obtiens rien de concluant (on s’en douterait). Mis à part des horreurs criardes.

Cela dit manier de la peinture de l’huile demande de prendre de nouvelles habitudes.

Rincer les pinceaux, avoir du chiffon, du medium diluant, c’est toute une éducation.

J’ai compris qu’il ne fallait pas chercher à imiter une photo si l’on veut réussir.

photo ayant servi de modèle

Si vous voulez voir comment José Salvaggio peint Etretat, allez ici…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :