Tour de patelins

En l’absence de neige, le bonhomme de neige est resté de glace (Berrwiller)
Un tour de patelins

Je n’ai pas cherché longtemps pour trouver mon titre. Qu’on m’en excuse.

J’aime beaucoup cette vue (Hartmannswiller)

Cette fois en traversant Issenheim, j’ai surveillé mon GPS…et il s’est éteint comme les fois précédentes pour la troisième fois et c’était en face du numéro 59 de la rue de Guebwiller. Le mystère demeure. (voir mon billet du 25 novembre 22)

Ce tunnel est intéressant, il traverse la D83 à Issenheim. Anciennement on longeait le ruisseau qui a été busé
J’aime bien aussi le charme de ces constructions (sans les voitures) Raedersheim
Maisons de mine à Ungersheim
600 logements en construction me dit la dame avec son chien. Le chien acquiesce. Ensisheim au bord de la gravière derrière Super U
Les abords sont déjà viabilisés
1.5km de piste en construction Staff-Wittelsheim
Le fond de forme est prêt

Vélo fait main ou pas ?

Mon vélociste, Serge Mannheim, est toujours fier de me présenter ses cycles « fait main ».

Contrairement à la plupart de nos vélos « assemblés en France », plus rien n’est fabriqué chez nous.

Serge Mannheim a encore des commandes pour des vélos sur mesure et c’est lui qui fabrique le cadre…puis ajoute les composants au goût de l’acheteur.

Ce vélo pour dame va partir bientôt.

Le fait main est devenu rare. Concurrencé par le vélo d’usine, les artisans peinent à se faire une place car le fait main est forcément plus cher. C’est donc le coup de cœur qui parle avant le porte-monnaie de l’acheteur. Mais ne nous trompons-pas, le cadreur sait aussi faire du vélo électrique et Serge Mannheim a été un précurseur depuis plusieurs années.

Electrique, il est muni d’une batterie de 530 Wh et pèse 15kg.

Prix à partir de 4900 euros!

L’électrique assure le quotidien du vélociste

S’agissant des vélos électriques, ils représentent à présent 40% en chiffre d’affaires. Il ne faut donc pas négliger cette clientèle nouvelle qui veut « du lourd ».

STROMER ST3 45km/h pour la ville, la route et le turbin

les utilisateurs rognent les trois premiers pignons

Pour les amateurs de VTT, le choix est grand. Je suis désormais quasiment seul en semaine avec mon VTT muscu à sillonner le massif.

Serge Mannheim se frotte les mains: l’entretien des VTTAE assure son quotidien. Des chaînes, des transmissions…et des pannes liées à l’électronique fragile.

En outre, souvent les utilisateurs rognent les trois premiers pignons plus vite que la cassette, car ils oublient parfois, me dit-il, de pédaler, préférant passer l’électrique en mode pleine puissance la plupart du temps.

Je n’y connais rien en VTTAE, mais je comprends. Un peu.

Trottinettes, ils viennent me voir pour changer les pneus.

Serge ne veut pas s’occuper de trottinettes. De nombreux engins sont achetés sur le net et après ils viennent me voir pour changer les pneus. Je ne suis pas d’accord pour prendre en charge ces engins, d’autant que l’électronique à bord souffre des vibrations et est sujette à des pannes

Le Gravel se porte bien

Le gravel se porte bien. Muni de pneus crantés, de freins à disques, un beau Look tout carbone revient à 3000 euros. 9,700 kg

LOOK 765 GRAVEL BLACK GLOSSY MAT 3200 euros

%d blogueurs aiment cette page :