Bziiiiii-bziiiiii


L’inévitable port de plaisance

J’ai franchi l’autoroute par la passerelle et j’ai longé ces friches en attente de la voracité foncière.

La ville surdouée n’a pas dit son dernier mot

Montpellier fait partie de cette mégalopole que seule la mer pourra arrêter.

Un cycliste des lieux me conduit jusqu’à Villeneuve suivant son itinéraire habituel. Son bon vieux Gitane est aguerri, il a des pneus increvables. C’est mieux pour aborder les scories de la périphérie.

A la cathédrale on se quittera.

Aux abords de la cathédrale

J’ai été intrigué par le bziiiiii-bziiiiii que je n’attendais pas si tôt. Je savais que depuis plusieurs jours ce bruit caractéristique était celui de la mort des plaquettes de freins.

Un bziiiiii-bziiiiii caractéristique venant du frein arrière
Mer calme

J’ai opéré sur le champ grâce à des plaquettes encore bonnes dans mon sac

Hélas j’ai trop attendu, j’ai commencé à mordre la ferraille avec le disque
Palavas
Retour à la capitale
Publicité

Une réflexion sur « Bziiiiii-bziiiiii »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :