Étiquette : Thannerhubel

Du plat et des bosses à VTT

Ferme Labussière Staffelfelden
Première partie du voyage, le circuit de Pierre Brunner

J’ai commencé par le circuit de mon ami marcheur Pierre Brunner. J’ai pris son tracé Openrunner en sens inverse dans l’espoir de le rencontrer.

Banco! Pierre terminait son parcours pédestre de 16 km sur la piste de la Thur non loin de Cernay.

Puis j’ai poursuivi.

A Staffelfelden, le ciel sur le Vieil Armand est menaçant

A Staffelfelden, un sentier sympa dont Pierre a le secret dans la forêt de Furstenwald qui est remplie de blockhaus.

Un sentier rond rouge sympa pour rejoindre la ferme Labussière

A l’approche de la ferme Labussière, je prends une photo. Ne pas hésiter quand la perspective est plaisante!

Un angle de vue inhabituel sur la ferme Labussière

Ensuite retour sur Cernay en longeant la D83. Un peu fastidieux.

Deuxième partie, une montée dans le vallon minier du Silberthal

Uffholtz, Cernay. Je prends Saint-Morand alors que le temps se dégrade sur le massif derrière moi.

Je grimpe à Saint-Morand sans trop savoir comment poursuivre

Je vais à la mine du Schletzenburg, mine de plomb du Moyen-Age, plus exactement de la pyromorphite.Il faut grimper un escalier de rondins, puis redescendre. En bas un autre puits de mine moyenâgeux dont les travaux exploratoires sont arrêtés.

Je tente le sentier minier derrière Steinbach
Une fois dans la galerie, au bout d’une quinzaine de mètres, je fais demi-tour car ma lampe de casque ne suffit pas
Les mineurs devaient bien dormir le soir.On a l’impression que les masses sont équipées de manche en caoutchouc. Notez les suspensoirs sur les culottes…
Les trolls ont abandonné le chantier

Je prends mon courage à deux pieds et je commence à grimper le long de l’Erzenbach, puis je tourne en direction de l’Amselkopf. Un vététiste devant moi qui grimpe ferme et que je ne tenterai pas de rattraper.

Photo souvenir

A Waldkapelle, la photo souvenir, puis je descends à Thann par la Croix du Rangen. Personne dans le single, je ne dérangerai donc aucun promeneur.

Me voila presque à destination

Dans la descente du Kattenbach, un arbre en travers.

Je le franchis à pied en portant la bécane…et me voila à terre. Je manque d’adresse dans ces cas là car je suis fatigué. Entre les branches, le vélo et mes genoux, j’ai du mal à faire le tri. J’essaie de procéder dans l’ordre mais c’est pénible car l’arthrose du genou m’empêche de me relever facilement. Tout ça est une affaire de vieillerie avec laquelle je dois apprendre à faire « mon vélo ». Ce n’est plus vélomaxou, c’est vélovieuxmaxou .

La trace GPS

C’est un parcours qui fait 34km et 450m

Marche au Thanner-Hubel

Le tour du Thanner-Hubel mesure 8km

Le Thanner-Hubel, c’est la montagne des Thannois comme son nom l’indique avec son sommet à 1104m. Je vois la neige tombée pendant la nuit depuis chez moi. Alors j’y grimpe, rien que pour voir la neige. Aujourd’hui, c’est dans la brume que je progresserai. Dommage.

400mètres de dénivelée, plutôt 500 selon moi
Nous étions trois au départ du Hundsruck. Les deux grands gaillards devant moi me montrent la voie. Je ne les reverrai plus ensuite.
30% de pente au départ, ça calme!
le sentier de droite devant l’auberge est condamné par les bûcherons
J’avais prévu le froid en haut car il ne faisait que deux degrés au col
A la ferme-auberge j’attaque la pente qui mène à la table d’orientation
le refuge du ski-club au pied des remontées, nulle âme
J’ai vaincu mon Annapurna
Vieux-Thann? c’est par là
Seuls les pas de mes deux marcheurs indiquent le passage
Après la fontaine, je distingue le ski-club du Rossberg dans la brume
aucun randonneur rencontré
J’ai posé les bâtons et le sac à la manière de Pierre Brunner
puis je suis redescendu sur le plancher des vaches
quand j’ai commencé à faire tinter mes bâtons, le petit veau est vite rentré chez lui de l’autre coté de la clôture
Là-bas Bourbach-le-Haut

Avant de partir

Cette rando là est celle d’un marcheur amateur qui marche seul. Donc vous devez compter sur vous. On peut se perdre dans les Vosges. Ce qui veut dire qu’il faut partir en sécurité en moyenne montagne quand le temps est dégradé. Sur la crête je me suis fait « rafalé » et c’est parfois inquiétant d’entendre le vent siffler et de se sentir bousculé. Il faut donc être correctement habillé, porter de bonnes chaussures, pas des baskets, des gants étanches, une capuche et une casquette ou un bonnet. Avoir au moins une carte et sa boussole, mieux un GPS qui dans le brouillard vous indique où vous êtes et un téléphone si vous tombez et si vous ne pouvez plus marcher. Avoir un en-cas même si votre rando n’excède pas trois heures et de l’eau.

Je vais te le planter le bâton, moi

C’est la première fois que j’utilisais mes bâtons. Un modèle d’entrée de gamme de chez Décathlon. Est-ce utile? Je n’en avais aucune expérience.

Alors oui, c’est utile, je peux le dire…mais cela demande de l’apprentissage.

D’abord régler la longueur. Plus court en montée (105cm) et plus long en descente (115cm), ça dépend de votre taille. Les bâtons vous aident à aborder la pente et les sols rocheux surtout lorsqu’ils sont glissants. Vous pouvez prendre appui dessus et éviter de déraper ou glisser et en plus vous répartissez l’effort musculaire entre les cuisses et les épaules.

Quand vous êtes sur le plat, naturellement, les bâtons vous accompagnent, pic droit, jambe gauche et pic gauche, jambe droite. Mettez les dragonnes autour du poignet comme pour un bâton de ski.

Dans les descentes prononcées, vous contrôlez votre vitesse en plantant d’avance devant vous tout en limitant la fatigue musculaire de la jambe.

Si vous marchez moyennement vite comme moi, vous ferez les 8km en deux heures.

Télécharger le parcours GPS

Objectif photos

DSCN0224
Aspach-le-Haut-Michelbach

Aujourd’hui, je me suis fixé un objectif.

Photos avec mon bridge.

Un peu de soleil au départ mais la froidure a eu tôt fait de se rappeler à l’ordre.

Alors j’ai mis les pouces sous la paume pour les protéger.

Les chemins sont très boueux et glissants.

Mieux vaut rouler sur du dur.

J’ai croisé trois routiers en tout.

Des inconditionnels certainement, comme moi.

Il faut quand même une dose de courage avec seulement quatre degrés pour s’engager à pédaler. Le premier cycliste croisé était un grand gars sec qui entamait la montée de Rammersmatt en danseuse, comme pour se donner de l’élan…et de la confiance.

Ensuite un couple emmitouflé, plus prudent, qui entamait Michelbach, caché derrière de généreux passe-montagnes. C’est vrai que le passe-montagne, ça doit bigrement aider à les franchir, les montagnes. Faudra que je m’en fasse offrir un à Noël.

En chemin, j’ai rencontré aussi un photographe animalier.

Il m’a montré ses prises de vues dont un pic épeiche magnifique.

On a échangé sur le matériel.

Ce qui m’inquiète un peu, c’est qu’il faut souvent se dissimuler pendant des heures sous une toile de camouflage avant de saisir dans l’objectif l’animal sauvage.

C’est un peu le contraire du vélo où il faut bouger.

Faut-il franchir le pas et se doter de matériel?

La question mérite réflexion car un boitier réflex et un objectif de 600mm coûtent autour de …..

Ouille!

Voici mes images pêle-mêle du jour. Vous saurez sans doute les reconnaître.

 

Article en relation

https://velomaxou.com/2018/01/21/glouglou-et-gla-gla/

https://velomaxou.com/2018/12/11/flamboyant/

Voyage en grande pompe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce matin, j’ai sorti mes grandes pompes.

Des bottes de sept lieues que je ne sors que dans les grandes occasions.

Je les ai depuis au moins vingt ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au retour, mes pompes semblent fatiguées

C’était pour tenter de parcourir à pied (avec mes pompes à pied, donc) la randonnée terrestre et pédestre de mon confrère Pierre Brunner que j’ai piquée sur son blog LTD Rando 68 et qu’on peut voir ici ici ici.

Pierre nous a prévenus: il sera préférable de prévoir la journée entière ; une bonne condition physique semble nécessaire.

C’est vrai que la grimpée au Thanner Hubel fait dans les 800 mètres depuis la vallée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
pas de doute, c’est par là

J’ai donc tracé le parcours sur mon GPS avant de partir, pour ne pas me tromper avec tous ces sigles du Club Vosgien et je suis parti.

Pour changer un peu la donne, j’ai pris le parcours en sens contraire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un pas devant l’autre

On part de Bitschwiller-lès-Thann, on grimpe à l’abri Vogesapfad Hislà, puis à la ferme-auberge du Thannerhubel et ensuite on fait le tour du massif en passant par Waldmatt, puis l’on redescend au Hundsrück et au plan Diebold et le sentier rouge-blanc-rouge jusqu’à Bitschwiller.

tour-du-thanner
ma trace enregistrée

Fastoche!

Sur le papier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ça semble facile, mais à force ça use

J’ai emporté avec moi mon sac à dos de VTT avec un litre d’eau (mais le tuyau a gelé rapidement vu qu’il faisait déjà moins un degré au départ)…et aussi un paquet de chips et quatre tranches de pain d’épices.

Et je suis parti…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la vallée de Thann

Dans la grimpée jusqu’à la cote 1108m, il y a huit passages à plus de 15% et le reste est aussi soutenu, même si le sentier est correct.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
abri Vogesapfad Hislà

Un effondrement à un endroit et une bifurcation due à des arbres.

Quand arrive l’abri Vogesapfad Hislà, à coté de la place Zundel, une pause.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
intérieur cosy

Je resserre mes lacets, je mange une tranche de pain d’épices et je repars.

Arrive la ferme-auberge du Thannerhuebel et sa pente sévère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le brouillard fait qu’on ne voit qu’à une centaine de mètres.

J’entends des pas cadencés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
J’entends des pas cadencés.

Une femme qui fait son footing et qui contourne la ferme sans s’arrêter, ni même dire bonjour.

Je pénètre dans le bois.

De belles images.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je sors du bois et dans la grande lande, on peine à distinguer le sentier.

Je m’assure avec mon GPS d’être sur la trace.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pan! une ornière et me voila par terre.

Je me relève vite fait.

Personne en vue qui puisse se gondoler de rire.

Mon honneur est sauf.

Moi aussi!

Je repars avec un peu de neige dans les trous de nez.

J’achève ma grande courbe à la Waldmatt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Personne au refuge du ski-club, mais un groupe qui s’avance dans la brume.

Nos routes se croisent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La descente commence.

C’est douloureux, la descente, pour les jambes.

Je sors mon bâton télescopique pour m’aider.

Je croise un couple qui monte à bon train.

Et pan! à nouveau par terre. Sur le genou.

Je n’ai pas prêté attention à la couche de glace sous les feuilles.

Je poursuis à pas de loup…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Finalement à midi, je mange mon quatre heures, mes trois tranches de pain d’épices.

Rasséréné, j’entame la prairie de Martiplatz.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En face de moi le monument du Hundsruck (point blanc)

Pas facile sur la fin, je vois la Fourmi au Hundsrück, mais la pente est si raide que je me demande si je ne vais pas rouler en bas comme une barrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La descente à Bitsch qui ne devrait être qu’une formalité s’avère compliquée jusqu’au Plan Diebolt. Caillouteuse, rocheuse avec même une ligne de survie en câble d’acier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après le Plan Diebolt, j’ai les jambes en compote.

Je me laisse descendre dans le chemin creux…en priant que la fin vienne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ouf, les faubourgs

Résultat des courses:

  • selon Openrunner 14.8km 787m
  • selon GPS Garmin 14.3km 936m
  • temps de marche 3h43 temps d’arrêt 34mn
  • voir la trace GPS

Neige d’Alsace

DSCN0186.jpg
Le Thannerhubel depuis Thann, laferme auberge à la lisière de la forêt, le remonte-pente à droite. Le sommet est à 1050m.

Encore un peu de neige tombée cette nuit sur le Thannerhubel

Mais personne sur le tire-fesses!

DSCN0188.jpg
le remonte-pente du Thanner

 

Col de Rimbach-col du Hundsrück à VTT

C’est peut-être un classique du genre.

Mi-route, mi-chemin, ce parcours permet de tutoyer les cimes vosgiennes.

Situé dans le massif du Rossberg, les amateurs de grands espaces seront comblés. Poursuivre la lecture de « Col de Rimbach-col du Hundsrück à VTT »

Thannerhubel à VTT

Refuge de Waldmatt Rossberg, la pause. J’ai mis les jambières pour me protéger des tiques. Sait-on jamais! Je dévore deux barres céréalières en DLC un peu limite. Bof! C’est incroyable les saloperies qui mettent dans leurs barres, sorbitol, huile de colza, huile de palme, arôme, gluten, lécithine de tournesol,…bon, j’arrête là d’acheter ces friandises

J’ai cru y être déjà allé.

Non, c’est au Gsang et au Belacker que j’étais monté en 2015. (voir mes images)

Et puis j’ai aussi tangenté le Thannerhubel sur le massif du Rossberg en 2014 (voir mes images) Poursuivre la lecture de « Thannerhubel à VTT »

Gsang et Belacker à VTT

Les Vosges depuis le Bannbergkopf

Entre la vallée de Masevaux et la vallée de Thann, le massif du Thanner Hubel et le Belackerkopf, deux sites remarquables appréciés des promeneurs.

Aujourd’hui, je m’attaque à la montée de la ferme auberge du Gsang depuis Moosch. Poursuivre la lecture de « Gsang et Belacker à VTT »

Chemin du Gsang, Jean-Marie Bockel met la main à la poche

La ferme-auberge du Gsang (1050m)

Fini ! Le chemin forestier du Gsang, mangeur de carters de voitures, d’amortisseurs et de pots d’échappement ne fournira plus de travail aux garagistes. Il a été aplani, débarrassé de ses caillasses et de ses dévers piégeux.(DNA 23 juillet)

Les garagistes apprécieront!

Mais les élus de Moosch sont soulagés. On va pouvoir monter à la ferme-auberge du Gsang avec sa bagnole sans risquer de l’abîmer.  Poursuivre la lecture de « Chemin du Gsang, Jean-Marie Bockel met la main à la poche »

Quatre cols à VTT sur le Rossberg

Quatre cols sur le massif du Rossberg:

FR-68-913    SATTELBODEN
FR-68-1145   SATTEL
FR-68-756    DREIMARKSTEIN
FR-68-940    RIMBACH
Je pars de Masevaux et je monte par le GR532.

Jusque là ça roule.

La forêt est belle et je longe le Willerbach qui serpente parmi les roches recouvertes de mousse. Poursuivre la lecture de « Quatre cols à VTT sur le Rossberg »