Étiquette : centrale électrique

Epinal-La Maxe

Je continue à remonter le temps.

Le temps de mon voyage à vélo à Valjoly.

Je l’ai déjà dit, à vélo, le regard s’arrête là où l’image s’imprime.

Deux architectures qui s’opposent. Poursuivre la lecture de « Epinal-La Maxe »

De l’électricité dans l’air

Une petite boite qui vaut de l’or

Ce n’est pas un scoop: il manquera du courant électrique à la Belgique une cinquantaine d’heures cet hiver pour passer les pointes (source).

Et davantage si par malheur l’hiver est très rigoureux.

Les centrales en place seront, parait-il, incapables d’assurer la demande dans sa totalité.

Poursuivre la lecture de « De l’électricité dans l’air »

Rhin et Découverte, Kembs joue gagnant

Kembs écluse, chalet Rhin et Découverte

Kembs écluse était, jusqu’à il y a peu, une sorte de trait d’union inter-frontalier pour les marcheurs et les cyclistes sans autre intérêt que celui de jouxter d’une part le vieux Rhin et d’autre part les grands bateaux en partance pour Rotterdam.

Cinq kilomètres le long du grand Rhin canalisé pour passer de Kembs à Märkt coté allemand.

En 2008, Rhin et Découverte s’est installé à coté de la grande centrale hydro-électrique avec pour activité la location de vélos.

Poursuivre la lecture de « Rhin et Découverte, Kembs joue gagnant »

Le cirque

Centrale électrique de Fessenheim

Le cirque, c’est un parcours classique à plat qui consiste à franchir le Rhin deux fois.

Une fois coté Chalampé et une fois coté Fessenheim.

Environ 70 km de routes tranquilles dont la moitié de piste cyclable. Poursuivre la lecture de « Le cirque »

Rêve de Premier Ministre

Derrière l’acharnement de certains contre
l’automobile, il y a au fond le rêve d’une société qui, au prétexte
des dangers réels qui menacent l’individu nient sa
liberté »

Cette phrase puissante, et même un peu alambiquée, est de
François Fillon en recevant le prix de « l’Homme de l’Année » par le
Journal de l’Automobile le 22 avril 2010.

On n’en attendait pas moins de ce champion automobile qu’est
François Fillon, Premier Ministre de la République.

Le problème, c’est que les détracteurs de l’automobile ont
raison.

En misant sur le véhicule électrique pour se refaire une santé
technologique, nos décideurs politiques et industriels se
trompent.

Le véhicule électrique sera tout aussi polluant puisque son
énergie mettra en oeuvre des centrales à flammes et nucléaires.

Comme le dit le député Yves Cochet, la voiture électrique ne
sera qu’une « sorte de délocalisation de la pollution ».

Mais nos décideurs, pressés de sortir de la spirale du
scepticisme angoissant, ont décidé de mettre le paquet sur le
véhicule électrique et de faire croire que la voiture électrique
est propre.

Ouf!

On pourra donc continuer de rouler demain avec une voiture en
ville. Elle sera électrique et on aura conscience d’avoir fait un
grand pas pour l’humanité.