Étiquette : lutterbach

Voyage à la case prison

La prison de Mulhouse est en bonne voie

Après la case prison, je tente de m’évader le long de la RN66. Mais je suis vite rattrapé par les broussailles qui me font perdre un temps précieux. J’entends déjà les chiens aboyer derrière moi. Dans un ultime sursaut, je jette mon vélo devant moi pour aménager un passage dans le roncier. C’est gagné, je me hisse sur les berges de l’étang et je me transforme en humble cycliste parmi les promeneurs. La liberté retrouvée, ouf!

J’avance sous la ligne vers le mirador, puis j’oblique à droite vers l’étang de Reiningue
Me voici sur la rive de l’étang de Reiningue
le parcours du jour.km 18.8 après la prison, beaucoup de broussailles

Auparavant, j’ai fait une pause à l’étang de Cernay et j’assiste à une belle prise.

Elle s’est bien battue, elle aura la vie sauve. Elle disparait dans les profondeurs de la gravière, un peu stone…

https://www.openrunner.com/r/10536492

Rhin-tintin

P1230011.jpg
Tanker en rade à Niffer

Aujourd’hui, je suis allé voir le Rhin sauvage.

Je pars de Lutterbach.

La traversée de Mulhouse est un sport! Poursuivre la lecture de « Rhin-tintin »

Quand Lutterbach nous complique la vie

Lutterbach, c’est cette commune à la périphérie de Mulhouse candidate à la construction d’une grande prison sur des terres agricoles.

Manifestement, comme beaucoup d’autres hélas, la commune s’ingénie à construire des chicanes en travers des itinéraires cyclables.

Un usager s’en est plaint. A juste titre! Poursuivre la lecture de « Quand Lutterbach nous complique la vie »

Autour de Mulhouse à VTT

Carrefour Jean Bertschy (Zühren Wald)

Voici un parcours pour meubler l’indécision en cas de temps incertain.

Ce matin, seulement 4°C et un brouillard épais sur les hauteurs de Mulhouse. Poursuivre la lecture de « Autour de Mulhouse à VTT »

Grand tour de Mulhouse à VTT

Eschentzwiller en vue par ce petit chemin sympa

J’avais proposé un petit tour de Mulhouse à VTT en janvier 2013.

On peut le retrouver ici.

Long de 34 km avec 375m de dénivelée, c’est un parcours qu’on pourra faire l’hiver, mais par temps sec.

Il tourne dans le sens horaire.

Aujourd’hui, je récidive avec un parcours plus long dans le sens antihoraire.

54 km à VTT et 600m de dénivelée. Les grimpées sont à la fin, garder des forces! Poursuivre la lecture de « Grand tour de Mulhouse à VTT »

Lutterbach, la cyclabilité à la loupe

Lutterbach, sentier rue du Nonnenbruch-rue de la Forêt

Avec 6200 habitants, Lutterbach figure parmi les grandes communes de l’agglomération mulhousienne.

Traversée par deux grands axes et des rues à fort transit routier, la ville a mis en place des infrastructures cyclables de qualité inégale.

Ainsi la rue de Reiningue ne dispose d’aucune protection en dépit du trafic et de la chaussée étroite. Poursuivre la lecture de « Lutterbach, la cyclabilité à la loupe »

Le développement durable par la non qualité

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Le développement durable par la non qualité

une route « apaisée »,
Lutterbach-Richwiller – vélomaxou

Maxou démarre la semaine par un coup de gueule (un de plus, diront ceux  qui me
connaissent
); un coup de gueule anodin sur nos
malfaçons routières et assumées depuis que la France est entrée en
récession et on termine sur ce paradoxe: plus nos routes sont
mauvaises, moins nous roulerons en bagnole.

Rêvons donc au jour où après la dépose des panneaux avertisseur
de radars, il faudra aussi déposer les radars eux-mêmes, faute de
clients contribuables!…

C’est un phénomène insidieux que les automobilistes ne voient
guère, eux qui sont confortablement assis derrière leur volant: je
veux parler de l’état de nos chaussées en constante
dégradation.

Particulièrement en ville.

Visitez donc la rue des Trois
Rois à Mulhouse pour constater l’état de délabrement de la chaussée
et des trottoirs…
sans parler des immeubles hideux et
lézardés dont l’un tient encore debout grâce à un bardage en bois
antédiluvien, mais c’est un autre problème qui témoigne de la
paupérisation ambiante de certaines villes.

Evidemment, ceux qui ne mettent jamais le nez en ville avec leur
vélo ne se sentent pas concernés.

Pourtant, même en quittant l’agglomération mulhousienne, il faut
l’admettre: notre réseau routier secondaire est devenu une mosaïque
rapiécée de raccords disjoints et ondulés, d’échancrures piègeuses
que nos petits pneus ont bien du mal à parcourir.

A qui la faute?

Au trafic des voitures et des camions?

Sans aucun doute.

A tous ces corps de services publics indélicats qui
interviennent sans vergogne dans les sous-sols?

Certes, aussi!

Mais aussi à ceux de la puissance publique qui ont oublié depuis
longtemps les ingrédients de la qualité: programmation des travaux,
respect des prescriptions et contrôle qualité des revêtements des
prestataires.

Des oublis qui font qu’au fil du temps, nos réseaux ressemblent
parfois à des ruelles du tiers-monde où tout le monde doit se
contenter de travail bâclé.

La palme revenant à  cette desserte « apaisée » qu’est la liaison
Richwiller-Lutterbach.

Qu’est-ce que le concept de route apaisée?

On lira avec humour ce document du CETE (Le Centre d’Études Techniques de
l’Équipement)
dont le préambule ne manque pas de
sel…

« Notre ambition, ce
n’est pas de réduire la vitesse de manière

raisonnée mais de manière
sensitive »
(P.Parisé)

Un préambule que les postérieurs des cyclistes apprécient au
plus haut degré!

Je vous invite néanmoins à lire le document dans son ensemble et
ces quelques exemples qui feraient bondir plus d’un automobiliste
pressé:

Il ne faut pas infliger le
supplice de Tantale aux

automobilistes en mettant à leur
disposition des routes qui

permettent d’aller
largement au-delà des vitesses autorisées

Lorsque la règle est mal
comprise, elle est mal respectée. Elle

fait naître des
incompréhensions, voire des frustrations…

Les routes qui permettent
d’aller vite sont coûteuses

Je vous invite également à la lecture de cet excellent article de Marcel Robert dans
CARFREE intitulé « Théorie de l’emmerdement maximal »
l’auteur décrit comment mettre en oeuvre la décroissance de
l’automobilisation de nos sociétés.

Une décroissance sournoise, par l’offre alternative, par la
contrainte réglementaire et par…l’internalisation des
externalités négatives produites par nos bagnoles, autrement dit
faire payer les dégâts environnements, tous les dégâts à ceux qui
les produisent.

En somme, une sorte de complot diligenté par ceux qui d’un coté
encouragent la bagnole à coups de bonus-malus, plombent nos impôts
à coups de giratoires vertigineux et qui de l’autre coté, sans le
dire, s’ingénient à vous dissuader de prendre le volant.

Faute de preuve, on s’en tiendra à la présomption
d’innocence.