Étiquette : Osenbach

Osenbach

Osenbach, 15°C

Les cyclos du coin apprécient monter à Osenbach. Les plus endurcis poursuivent vers le Firstplan ou vers Gueberschwihr.

Mon plan est moins entreprenant. Je redescends à Wintzfelden, puis je prends le Bannstein. Dans la montée du Bannstein, je m’arrête au panneau du col. Un camion vient de me dépasser dans un nuage de fumée noire. Je suffoque. Je bloque ma respiration du mieux que je peux…et j’attends que le nuage se dissipe.

bande cyclable à Buhr, un vrai billard

Bien assez pour aujourd’hui. 15°C un 16 janvier, c’est remarquable, au point que j’avais mis le corsaire.

https://www.openrunner.com/r/10894786

Temps mieux!

Hartmannswiller

J’ai pris la route. Inutile de finasser, je suis dans les choux par rapport à 2018. Je ne me décourage pas, sauf que les grands cols vosgiens attendront encore un peu. Je n’ai pas la ressource suffisante.

Je me disais aussi que les mômes du village étaient bizarres. On est maintenant prévenus. (Hartmannswiller)

Alors aujourd’hui « j’ai fait » Osenbach et le Bannstein, un truc accessible. Ceux qui connaissent ça savent qu’il faut quand même pédaler. Si Osenbach pointe vite son nez, le Bannstein joue avec nos nerfs avec ses courbes qui masquent la pancarte salvatrice.

les grosses carpes de la fontaine d’Osenbach

Je me suis arrêté chez les Gilets jaunes du Nouveau Monde. Ils peaufinaient la cabane en bois. On ne sait pas si ces campements préludent des choses plus durables et d’un meilleur concept architectural…

Vignes

P9290024.jpgPériode de vendanges.

Je longe le vignoble.

A Guebwiller, je prends le Bannstein, puis Osenbach.

Bizarrement, mon vélo va très vite dans les descentes au point que je dois le freiner.

Quelle impétuosité! Poursuivre la lecture de « Vignes »

Parcours du matin

Lautenbach

J’aime les temps pluvieux.

Lafannette sur son blog  est de mon avis: Lorsqu’un orage se prépare, l’air est lourd, chargé en ions positifs et provoque chez l’homme comme chez les animaux une forme de tension. Quand il éclate, l’air se charge d’ions négatifs et on ressent un soulagement. Poursuivre la lecture de « Parcours du matin »

Noir et blanc

Cycliste sinistre

Je m’offre une balade le long des collines sous-vosgiennes.

A Soultz, je rase la pente pour me protéger du vent de nord-est.

A Orschwihr, je pointe sur Soultzmatt à travers le vignoble en effervescence. Poursuivre la lecture de « Noir et blanc »

Grand beau temps

Après ces journées caniculaires, la route est redevenue plus agréable avec des températures de saison, comme on dit.

Gueberschwihr atteint, on grimpera le Couvent Saint-Marc avec le retour par Osenbach et le col du Bannstein. Poursuivre la lecture de « Grand beau temps »

Perspectives hivernales

La perspective se dessine peu à peu: nous entrons dans la période du mauvais temps, celui qui fait que les cyclo-randonneurs se replient pour la plupart sur des parcours moins gourmands en énergie physique et aussi plus courts. Poursuivre la lecture de « Perspectives hivernales »

Firstplan-Petit-Ballon-Platzerwasel

C’est devenu une classique des randonnées vosgiennes.

Très physique le matin et un peu de repos l’après-midi…

Cumuler le Firstplan, le Petit-Ballon et le Platzerwasel en une étape est une belle épreuve qui demande de l’opiniâtreté…et un certain entraînement. Poursuivre la lecture de « Firstplan-Petit-Ballon-Platzerwasel »

Gueberschwihr-Bannstein

Gueberschwihr (vélomaxou) on monte très vite au-dessus du village...

C’est le parcours des sportifs en début de saison.

C’est plat au début. On est donc en confiance. Poursuivre la lecture de « Gueberschwihr-Bannstein »

Mulhouse-Osenbach-Bannstein

Osenbach (vélomaxou)

C’est aussi un parcours culte pour les cyclos mulhousiens.

Un plus difficile que le col du Bannstein puisqu’on y ajoute la montée d’Osenbach.

Osenbach est un charmant village adossé au col du Firstplan.

On aime s’y arrêter à la grande fontaine ronde devant la boulangerie et regarder les carpes dans le bassin. Poursuivre la lecture de « Mulhouse-Osenbach-Bannstein »

Monomanie

Oui, c’est vrai, sortir son vélo le 23 décembre alors qu’il est pendu au clou depuis fin octobre n’est pas facile.
C’est pour cette raison que je ne m’arrête pas lorsque l’hiver approche.
Cette pratique exclusive du vélo confine à la monomanie.
Oui, c’est vrai aussi.
Mais enfin, avec ce temps doux de 8°C, sans vent, on rencontrait quelques « routiers » du coté du Bannstein. Poursuivre la lecture de « Monomanie »

Aujourd’hui, du plat, m’a dit Gaston…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Aujourd'hui, du plat, m'a dit Gaston...

J’imaginais, sans trop y croire, que j’allais pouvoir me pavaner
derrière le peloton à l’abri du vent

Après mon Blauen de dimanche, j’avais encore les jambes
en compote.

Oui, et si on faisait un « p’tit Osenbach » avec retour
« Bannstein » (prononcer Ban-ch’tin! mes amis
adorent…)

Le temps, beau au départ, s’est soudain refroidi en fin de
journée, annonçant du moins beau demain avec un vent froid de
nord-ouest, inhabituel ici.

Et mon espoir de parcours plat s’est envolé.

 

Tendance à la reprise

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Tendance à la reprise

Wintzfelden- vélomaxou

Tendance à la reprise…

On ne le dit pas pour le vélo. C’est plutôt un terme
d’économiste pour amuser l’opinion publique déprimée.

Jadis, on disait « sortie du tunnel » pour indiquer la baisse du
chômage, la hausse du pouvoir d’achat, une balance commerciale
positive,…

C’était plus imagé.

Mais le tunnel est devenu si long qu’on n’ose plus en
parler.

Encore bien avant, on entendait aussi un terme étrange: plein
emploi. C’est devenu politiquement incorrect de le prononcer.

Pourtant, plein emploi, j’aime bien moi.

Pas vous?

C’est comme plein champ, plein ciel, plein vent, plein
soleil.

Une forme de plénitude retrouvée, du bonheur pour tous.

Nous, avec nos vélos, on a donc tendance à reprendre.

Direction plein nord.

Presque étonnés que le temps et ses excès qui affectent la
planète se montre si clément ici en janvier.

Ciel nuageux et 10°C.

Assez pour ne pas pleurnicher et se remettre en selle.

Bannstein, puis Wintzfelden, puis Osenbach pour les
connaisseurs.

Avec 450 m de dénivellée, on avait juste de quoi tutoyer notre
petite montagne vosgienne et commencer à attaquer le surpoids de
fin d’année.

Un vaste programme pour des conquérants de l’inutile!

Qu’importe l’inutile! « L’important, c’est la santé » se plait à
dire ma voisine à l’embonpoint certain en tirant sur sa clope.

Rallye de France automobile, l’effervescence

Osenbach – vélomaxou

Alors que le Rallye de France automobile, prévu le 1er octobre,
commence à mobiliser tous les acteurs politiques et associatifs
alsaciens, certaines communes comme Osenbach se posent des
questions…

Pas seulement celles de l’accueil des milliers de spectateurs
prévus (15 à 20.000), mais aussi celles des conséquences
environnementales.

Selon les DNA (19 août), un agriculteur met a disposition un
terrain de 4 hectares pour garer les voitures des spectateurs qui
devront ensuite marcher 20 à 25 minutes vers le Col du
Firtsplan.

Bon, dans l’ensemble, les communes font bon gré, mal gré acte de
présence poussées par leurs commerçants qui espèrent des retombées
sonnantes et trébuchantes.

Les plus sceptiques sont les habitants qui vont devoir rester
enfermés chez eux et ceux qui vont voir s’installer camping cars,
campings sauvages, feux de camp, motos et scooters sur les petites
routes d’Alsace et des Vosges.

Voici une vidéo de ce à quoi il faut s’attendre… une
« spéciale » sur la route des Cinq Châteaux filmée par
« fanloeb68 ».

Cyclistes, s’abstenir!

ES4
envoyé par fanloeb68. – Course et crash
spectaculaires en vidéo.

1er avril agité

Un 1er avril qui commence par des rafales de vent et au loin de
nouvelles neiges sur le Grand Ballon.

On se protègera comme on peut en « cisaillant le vent » pour
rejoindre Orschwihr.

Montée au Val du Pâtre dans le calme retrouvé.

Puis encore une montée à découvert à Wintzfelden et
Osenbach.

Retour à Mulhouse entourés de grains menaçants.

En face, la Forêt Noire étincelait sous le soleil, les cimes
blanchies.

En attendant Pâques…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, En attendant Pâques...

cliché vélomaxou

Bof, c’est encore des images de cyclos!

Oui, mais mes amis aiment ça! les images de cyclos!

Alors, je publie des images de cyclos.

Quoi de plus banal, en effet, que des cyclos qui pédalent?

C’est presque devenu ringard, des cyclos qui pédalent.

Ca ne mérite même pas une image 4 par 3 sur un panneau Decaux,
des cyclos qui pédalent. C’est dire!

C’est même trash, votre truc de cyclos qui pédalent à longueur
de journées. Un truc de fou à attrapper une crise cardiaque, au
pire.

Vous n’en avez pas marre?

Et puis, d’abord, ils font toujours les mêmes parcours.

Mulhouse, Osenbach, St Marc, Mulhouse…

Comme s’il n’y en avait pas d’autres, des parcours.

Oui, vous n’en avez pas marre? de pédaler tout le temps? et en
plus, sur les mêmes parcours?

C’est trop nul!

On s’excuse. On fait ce qu’on peut pour rendre notre voyage
agréable. On passe le temps comme on peut pendant qu’on pédale.

On s’arrête, parfois. Là où d’insignifiantes choses attirent le
regard .

Lisala à Pfaffenheim est même soulagée de pouvoir nous
conter ses malheurs. Ca lui fait du bien à Lisala.

On la félicitera pour son beau vélo décoré.

Les Alsaciens commencent à enjoliver leurs abords. Pâques
approche…

Partout des lapins en bois ou plutôt des lièvres, des oeufs en
papier mâché.

En Alsace, les fêtes religieuses sont une tradition trés
ancrée.

A Pâques, les enfants iront chercher les oeufs colorés dans le
jardin que le lièvre y a déposés.

Et puis d’abord, vous n’êtes pas obligés de regarder. Nos
parcours.

Ni même nos bobines.

Oui, justement vos bobines, c’est toujours les mêmes, aussi.

Y’en a marre!

On veut des autres bobines, des autres parcours…et plus de
mecs qui pédalent!

Bon, on va y réfléchir…

Bof! c’était encore des images de cyclos.

Le train de vie du CCK

Le Cyclo Club Kingersheim est le plus grand club cyclo de
l’agglomération mulhousienne.

Il accueille les cyclos routiers de tous niveaux et il tient à
le faire savoir; même si sa réputation cyclosportive est clairement
affirmée dans certains groupes.

Aujourd’hui, Maxou a rencontré le groupe 1 peu avant
Rouffach.

Pas facile à dérider le groupe 1 sur l’objectif, ce n’est pas
faute d’avoir essayé!..Peut-être trop absorbés à réfléchir au bon
itinéraire où chacun pourra se mesurer?..

Puis de façon tout à fait fortuite, j’ai rencontré le groupe 2 à
Osenbach avec lequel je suis rentré à Mulhouse…

 

Pas le temps de rire en route!

Faut surveiller son guidon et s’accrocher!

26 de moyenne à l’arrivée…Je ne ferais pas ça tous les jours
car ce n’est pas ma conception du vélo, mes
lecteurs l’auront compris
, et même si quelques
coéquipiers ont fait montre de fébrilité vers Staffelfelden.

Bon vent au CCK pour cette nouvelle année!

Le froid pointe son nez

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Le froid pointe son nez

Hier Maxou a fait le tri. Le tri des vêtements.

Ceux d’été sont allés rejoindre un grand carton en attendant les
jours meilleurs de l’année prochaine.

Et ceux d’hiver sont à nouveau à l’honneur.

C’est que l’habillage d’hiver résulte d’un savant dosage entre
le « trop » et le « pas assez »…

Quel sous casque? quelle cagoule? quels gants? combien de
couches et sous-couches isothermes?

Les plus anciens ne se posaient pas tant de questions: le
journal de la veille suffisait à jouer le rôle de plastron et on
s’en débarrassait dès la première bosse!..

Hier, la température de l’après-midi oscillait entre 7 et
5°C.

Mais le vent de nord est qui soufflait entre 10 et 20 km/h
produisait un effet de froid de 1 à 2°C tout juste.

Après Osenbach et le Bannstein, une pause à Guebwiller
s’imposait. Dans la bonne humeur comme il se doit!

Les aquarelles de « Vélomaxou » sont en vente
sur
E Bay.

La route des vendanges

C’est par la route des vendanges que nous rejoignons
Gueberschwihr.

Tous les viticulteurs s’affairent autour de leurs vignes comme
les abeilles dans une ruche.

On passera discrètement le long des vignes sans déranger.

La montée du Couvent Saint-Marc m’a semblé plus pentue que
d’habitude…comme c’est bizarre!

Il est vrai qu’il faisait lourd….31°C.

On rentrera après une dévotion rendue au Menhir du Langenstein
dans la bonne humeur.

 

Un journée coup de coeur

22°C aujourd’hui!

Il ne fallait surtout pas manquer cette première journée chaude
et ensoleillée.

A Orschwihr, nous abordons la montée du Val du Pâtre avec
l’appréhension pour certains de la première montée de l’année.

MOV08052
envoyé par velomaxou

L’enthousiasme fera qu’on poursuivra jusqu’à Osenbach après la
descente de Gauchmatt

MOV08053
envoyé par velomaxou

MOV08055
envoyé par velomaxou

et même jusqu’à Osenbuhr et Gueberschwihr.

 

MOV08059
envoyé par velomaxou

Pourquoi pas?

C’est l’occasion de faire une halte au dessus de Gueberschwihr
et d’admirer la plaine…

Puis, on s’arrêtera encore à l’Eglise monumentale du
village.

Etonnamment, cette église néo-romane est récente (1878). Seule
sa tour romane du XIIéme siècle a survécu aux outrages du
temps.

On trouvera au pied de l’église des vestiges de sarcophages
mérovingiens.

Oui, c’était bien une journée « coup de coeur »!

Osenbach-Bannstein

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Osenbach-Bannstein

Oui, les plus aguerris diront « bof, Osenbach-Bannstein, c’est
d’une banalité qu’il n’est même pas la peine d’en parler! »

Eh bien, moi, cette banalité là, je la trouve toujours
difficile.

Peut-être qu’avec l’âge?…

Ou le vent fort qui nous épuise avant de rejoindre
Soultzmatt?…

Ou encore le train mené par le copain du devant?…

Ou encore pour ne pas montrer à celui qui est derrière qu’on est
« à la dérive »?…

Bref, dès la mi mars, les cardio s’envolent et atteignent déjà
des sommets!

Il va falloir se calmer surtout que le temps frais éprouve
encore les organismes.

On se dit que demain, on ne fera plus d’excès et qu’on roulera
cool…

Enfin, je confirme pour ceux qui en doutent encore: le vélo,
c’est dur!

 

Du coté de la Vallée Noble et du Florival…

Aujourd’hui au programme: Rouffach, Soultzmatt,Osenbach,
Bannstein, Murbach.

Chaleur caniculaire de 33°C dès 10heures.

Témoignage d’une architecture industrielle bien
préservée, cette cheminée à la maison
de santé de Rouffach.


A l’ombre de Westhalten, les cyclos peuvent raser les murs.


Un chariot d’antan mis en valeur et agréablement
préservé.


Avant Osenbach et le Bannstein, penser à prendre des
forces…


Osenbach est au frais, niché dans son écrin de
verdure…


Les regains vont bon train…


Les chevaux souffrent des insectes par forte température;
ceux là ne savent pas où se réfugier alors que
la température avoisine 33°C.


Ici, nous arrivons en bas du Bannstein coté Buhl.

Figurez-vous qu’un ami cyclo a fait un vol plané à
cet endroit: il n’a pas vu que la peinture blanche devant la balise
triangulaire masque en fait une bordure de trottoir là
où des traces de pneus apparaissent. On s’y trompe
facilement, n’est-ce pas?


Jour de marché aux puces à Buhl.Temps estival.

Les exposants vont rotir au soleil.


Les hauteurs de Buhl recèlent des endroits au calme
autour de l’église.


En montant à Murbach, un hotel de grande classe bien
situé pour les touristes.


Seuls subsistent le chevet et le coeur de l’abbaye
bénédictine de Murbach construite en 728,
détruite plusieurs fois.


Bâtiment imposant qui mérite la visite; sur la
droite à l’écart, une chapelle. Un site à
revisiter…


Beau temps sur Osenbach

Partir de Sausheim …

et sa grande rue…

Puis rejoindre le vignoble…

flâner un peu dans Soultzmatt…

et rejoindre Osenbach, toujours aussi charmant à la
lisière de la forêt…redescendre par Winzfelden… et une pause devant la tonte du mouton qui
na pas l’air d’apprécier le déshabillage de la tenue
d’hiver…et monter le Bannstein.

Voyage du coté de Gueberschwihr

Aujourd’hui, balade ensoleillée dans le vignoble
d’Alsace.

Avec une pause à Rouffach et un regard sur son 
passé architectural en passant par les remparts…

En atteignant Gueberschwihr, on aperçoit de loin cette
petite côte qui nous ménera au Couvent St Marc…

Dès la première pente, je mets « tout à
gauche », comme on dit en langage cycliste. Heureusement, l’auberge
du Couvent, puis le Couvent ponctuent notre ascension
avec des passages atteignant plus de 10%…

Aprés Osenbuhr, la descente sur Osenbach est salutaire et
notre élan nous porte jusqu’à Winzfelden d’où
l’on peut jeter un dernier regard vers Osenbach qui baigne dans le
soleil…

Un dernier petit détour vers Gauchmatt où cette
affreuse auberge-casse auto dépare le site en face du
cimetière roumain…

Le Val du Pâtre profite des derniers rayons du couchant et
la descente vers Orschwihr rappelle la fraîcheur de
l’hiver.

Retour par la piste qui mène à Issenheim…

Encore une bien belle journée pour les cyclos qui sont
gâtés en ce début d’année.