Isabelle dézingue l’électrique



Isabelle et le vélo tire à boulet vert sur la bagnole électrique. Elle le fait beaucoup mieux que moi.

Surtout que Carlos Tavarès, le peudeugeu de PSA en a dit tout le mal qu’il pensait.

Ce gars là mériterait d’aller en prison comme Carlos. Ses actionnaires vont-ils le déboulonner pour avoir dénoncé la supercherie de la bagnole électrique?

Ne cédons pas aux sirènes de la voiture électrique même si les Verts (de rage) en font la promo.

aller lire Isabelle et le vélo

Publicités

3 réponses sur « Isabelle dézingue l’électrique »

  1. Oui mais peut-être que M. Tavares ne part pas sur les mêmes bases que bon nombre d’entre nous! Lui il est vendeur de voitures donc dans sa logique il ne doit intégrer que le fait qu’un client change sa voiture tous les 4 à 5 ans et parcours 15 à 20000Km/an.
    Personnellement je garde 15 ans mon tas de ferraille, je fais 5000Km/an et lorsque je vais loin … j’y vais en vélo! Dans ces conditions si un jour il existe des batteries compatibles avec une durée de vie similaire et si les constructeurs auto admettent enfin qu’un utilisateur garde sa voiture 15 ans sans passer pour un Martien cela sera peut-être le salut au « tout à l’auto ». Cela nécessitera bien sûr de recycler les batteries mais si c’est que tous les 15 ans cela pourra laisser le temps de mettre au point la filière….
    L’électrique c’est un petit peu comme le vélo: comme il faut raisonner en terme d’autonomie tu es rarement enclin à traverser la moitié de la France pour répondre aux injonctions d’une publicité de type quai des marques ou autres qui te propose l’affaire du siècle à 5 jours de vélo.

  2. Les commentaires sont bien plus intéressants que l’article lui-même. Bref, on en oublierait presque l’absurdité d’utiliser des énergies fossiles et la puissance des lobbies pour faire raconter n’importe quoi. Celà me fait penser à toutes les magouilles pour décrédibiliser la cigarette électronique, alors qu’il existe dans de nombreux pays des tonnes d’études réellement indépendantes , qui eux l’encensent. Il est absurde, même si les conclusions restent hâtives de ne pas vouloir comprendre que dans le bilan à charge, l’impact écologique ne se limite pas à la production de Co2 ! Même sans suivre de très près, l’avancée des débats, ses conclusions m’apparaissent aussi hâtives que stupides.

  3. A lire cet article d’Isabelle et les commentaires, il y a tout et son contraire : on ne sait plus que penser !
    Cela m’inspire aussi quelques remarques…
    – pourquoi la fabricationet le recyclage des batteries, grosse consommatrice d’énergie, ne serait-elle pas plus vertueuse, les rejets étant mieux maîtrisés dans un environnement industriel que dans un usage individuel?
    – On compare dans l’article, l’énergie utilisée pour faire rouler une voiture thermique avec celle utilisée par une voiture électrique : on oublie de dire que la consommation d’énergie primaire dans le cas de l’électrique, ce n’est pas l’énergie dépensée en kWh mais bien l’énergie qu’il a fallu utiliser pour pouvoir en disposer et donc de tenir compte des rendements des centrales et des pertes en ligne (un chiffre communément admis je crois : c’est x2,58 ; c’est à dire que si on consomme 100 kWh pour recharger sa bagnole on a utilisé en fait 258 kWh d’énergie primaire).
    – qu’une voiture électrique use moins les plaquettes de frein, pourquoi pas : le frein moteur classique est ici remplacé par un frein électromagnétique puissant (on injecte un courant inverse dans le moteur ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s