Jour : 6 janvier 2019

Cheap, mon vélo?

Reiningue

Cheap.

Parler anglais est très tendance.

Il faut s’approprier quelques mots d’anglais pour rester dans le vent.

C’est fun.

Alors cheap, qui veut dire bon marché, est aussi employé pour désigner de la camelote.

Aujourd’hui, je peux dire que j’ai fait un tour cheap, un tour camelote, bon marché si vous préférez.

A la faveur d’une ensoleillée, je suis parti à dix heures. Dix heures, c’est au moins l’heure d’un sportif qui a fait la nouba la veille, non? Pourtant non, je n’ai pas fait la nouba. J’avais six degrés au compteur. Le 6 janvier 2017, je le rappelle, nous avions moins neuf en Alsace.

Avant d’arriver à Wattwiller, je suis ébloui par l’usine d’embouteillage. Ça fait cheap, ou toc si vous préférez une usine comme ça.

Wattwiller, ça fait cheap une usine comme ça?

Puis j’ai poussé jusqu’à Bollwiller avant de tourner face au vent. Arrivé à l’étang de Reiningue, surprise! je n’ai que 27 km…Je suis dépité, mon compteur doit retarder. Un vieux Rox 8.1 Sigma qu’a plus de chrome autour. Bref un compteur cheap.

Même mon vélo est cheap, c’est dire!

t’es vraiment cheap, toi aussi avec ton bidon du TDF Tacx bleu délavé, ta sacoche qui pendouille, tes pignons de VTT

Je l’observe…j’ai envie de lui dire « t’es moche aussi toi »

Il a l’air attristé de me voir ainsi, mon vélo. Lui et moi, c’est déjà une vieille histoire; j’ai regardé, il a dix ans…et quelques milliers de bornes.

Plus personne n’oserait rouler sur un vélo aussi mal foutu, et d’abord c’est de sa faute si je n’ai que 27 bornes au compteur.

Finalement, je lui tourne le dos, je fais semblant de le laisser tout seul.

Puis je le reprends. Je ne vais tout de même pas rentrer à pied.

A Reiningue, j’allonge. Je grimpe à Heimsbrunn derrière un type affûté comme une lame.

Je tiens le grand braquet jusqu’au sommet…puis la lame devant moi prend la tangente pendant que mes guibolles flageolent. Il me met tout de suite 300 mètres. Au stop, il a déjà disparu.

Je rentre penaud par Burnhaupt.

Midi sonne à Vieux-Thann.

Ça suffira pour aujourd’hui.

Que c’est dur de faire 50 bornes cette année!

Publicités

Hopla Geiss

Je ne vais pas me défiler.

J’assume ce qui peut paraître une caricature de notre chère Alsace…d’autant que cette vidéo commence à dater.

Si je dis notre chère Alsace bien que n’étant pas « de souche », j’en accepte néanmoins sa culture et ses traditions. C’est aussi ça l’intégration.

Hopla! amusons-nous à mesurer notre alsacitude…sans rien nous interdire