Jour : 15 janvier 2019

Connaissez-vous TransiStop?

TransiStop, c’est quoi?
C’est de l’auto-stop en toute confiance, grâce à l’utilisation d’un macaron bien reconnaissable et gratuit qui permet à l’automobiliste et à l’auto-stoppeur  de ne plus être totalement étrangers l’un envers l’autre.
L’objectif est que les automobilistes se sentent plus en confiance pour prendre des auto-stoppeurs, et que, ceux-ci, voient ainsi davantage de voitures s’arrêter pour les transporter.
Sans réservation préalable, le Transistop  met en relation des automobilistes qui ont de la place dans leur voiture et des personnes ayant besoin d’un moyen simple et rapide pour rejoindre un arrêt de bus, une gare, un lycée ou tout simplement une commune voisine.

Transistop est déjà proposé dans la Vallée de Munster, au Florival et dans d’autres secteurs en Alsace.

aller sur TransiStop Doller

aller sur TransiStop Florival

aller sur TransiStop Munster

C’est non!

C’est non!

Je ne participerai pas au grand débat proposé par le Président Macron.

Pourquoi?

D’abord, il faut revenir un peu en arrière. Macron a été élu avec une majorité hétéroclite. Des Français de gauche, pas beaucoup, de droite plutôt et tous ceux qui par peur du FN ont voulu lui faire barrage.

Ne pas s’étonner aujourd’hui du désastre politique, social et économique dans lequel nous sommes. C’était à prévoir. Après s’être essuyé les pieds sur tous les corps intermédiaires, Macron est en face d’un champ de ruine de la représentation démocratique et la République est à bout.

A bout de tout puisque plus personne ne croit à ceux qui sont censés la représenter. Ce n’est donc pas Macron avec son débat truqué qui va changer quoi que ce soit à la donne.

Il faut quand même une bonne dose de culot pour oser récupérer la rancœur des Français après avoir asséné pendant dix-huit mois des petites phrases assassines à l’égard de ceux d’en bas, ceux de la France oubliée obligée de se signaler sur les ronds-points.

Débat truqué?

Oui, car dans cette effervescence qu’il tente de récupérer, Macron n’a pas compris qu’il n’est plus l’homme de la situation et qu’il a définitivement rompu la confiance. Ce qui est en cause c’est la démocratie de la République et particulièrement la façon dont nous sommes représentés. Il faut donc d’abord changer notre représentation, ses règles et ses méthodes avant d’entreprendre un grand rafistolage dont personne ne sait ce qu’il en adviendra.

Rafistolage?

Oui, car dans ce débat qui vise à rassembler tout et son contraire, on ne fait pas une politique. Personne ne pourra en faire la synthèse ni ne sait comment elle sera orientée et par quelle autorité. Questions tronquées et orientées, dans sa lettre le Président de la République a choisi de continuer sur sa lancée, celle d’un libéralisme mondialisé.

Vivre et travailler au pays! Certains s’en souviennent peut-être. Ce slogan dans notre France défigurée et martyrisée n’a jamais été autant d’actualité. Il est temps de rebâtir le Pays de nos propres mains.

C’est non!

Je ne participerai pas au grand débat proposé par le Président Macron.