Jour : 26 juin 2019

Pollution, le match Mulhouse-Amsterdam

Pollution à Mulhouse le 26 juin à 16 heures indice polluants pondérés 98
Pollution à Amsterdam le 26 juin à 17 heures indice polluants pondérés 55

On va me dire comparaison n’est pas raison. D’autant qu’il n’y a pas de canicule en Hollande.

Je suis d’une mauvaise foi évidente.

Robert Marchand aux Cent Cols

Cette fois à 108 ans Robert arrête le vélo

Profitant de l’Ardéchoise 2019 qui vient de se terminer, Robert Marchand notre cycliste centenaire (108 ans) a rendu visite au stand de la Confrérie des Cent Cols.

Il a pu échanger avec le Président de la Confrérie Bernard Giraudeau et confirmer que cette fois il arrêtait bien le vélo.

Le Club des Cents Cols en a profité pour attirer de nouveaux adeptes de grimpées à vélo.

Aller sur le site des Cent Cols

Le libéralisme à l’épreuve du chaos

image Facebook

Le libéralisme économique marque le pas avec la canicule. Il semble incapable de faire face aux phénomènes climatiques qu’il a pourtant largement contribué à créer. La couche d’ozone déchirée, la fonte des glaciers, la pollution débridée, l’agriculture contaminée, les nappes phréatiques polluées, les mers envahies de plastique, les espèces animales et végétales anéanties, c’est le libéralisme.

Cette politique démontre ses limites mais elle garde ses adeptes parmi les élites mondiales. Le libéralisme, ne l’oublions-pas, c’est le capitalisme d’antan travesti sous une forme libertaire. Non pas le droit de tout de faire, un droit encadré par l’ordo-libéralisme avec ses règles imposées par le commerce international.

Mais le résultat est là et ceux qui comme La France Insoumise, les plus entendus, et les Economistes Atterrés et d’autres encore réclament un changement de modèle de développement ne risquent pas d’être entendus dans nos démocraties avides de progrès coûte que coûte. Vous avez dit décroissance? n’y comptez-pas!

Alors allons-y, continuons sur notre fuite en avant mais ne nous plaignons pas. Les remèdes libéraux, on les connait.

Pour la chaleur engendrée par le réchauffement de la planète: rien de plus simple, installons la clim partout, dans les EPHAD, les écoles, les mairies, les logements. Les nucléaristes se frottent les mains.

Pour les bagnoles polluantes, faisons de l’électrique massivement.

Les exemples sont nombreux de cette politique des petits pas, de ces faux-fuyants de nos démocraties aux abois face au dérèglement de la planète.

Finalement, on est amenés à se demander si la démocratie est encore capable de conduire les États ailleurs qu’au chaos.

Bicyclettres

Ils m’ont tous dit la même phrase ce jour-là, à l’arrivée de cette épreuve qui s’appelle Born To Ride: « quelle liberté on a, à bicyclette! » (extraits page 205)

Le titre est assez bien trouvé pour accrocher le lecteur.

Bicyclettres est donc le premier livre de Jean-Acier Danès, vingt ans et des poussières. C’est joli Jean-Acier comme prénom et tout prédestiné pour avoir un moral de…fer.

J’ai vérifié tout au long de ses parcours de 213 pages, Jean-Acier est un vrai baroudeur à vélo capable de « s’envoyer » trois cent bornes dans la journée. En commençant la nuit si nécessaire.

Et où va t-il Jean-Acier comme ça sur son vélo?

Rencontrer les demeures de nos grands écrivains. Il commence par la tombe de Paul Valéry à Sète. Le cimetière marin, c’est quelque chose!

Puis il filera dans les Flandres sur la trace de Marguerite Yourcenar. A Brangues chez Stendhal et beaucoup d’autres encore…

Jean-Acier Danès est aussi amoureux des belles lettres. C’est son premier roman. Une réussite. Il en écrira d’autres. Assurément.