Blow Patcher, rénover sa rue


Ce matin, panneaux sur mon trajet urbain. Une des rues la plus pourrie de la ville, la rue du Commandant Cluny, va se refaire une beauté à l’aide d’une technique appelée Blow Patcher. Autrement dit « un pansage des plaies » qui affectent nombre de nos chaussées par manque d’entretien programmé.

Ironie de l’histoire cette rue qui comporte une douzaine de maisons a la largeur d’un boulevard et abrite le centre technique municipal et les services de l’Equipement Départemental.

Un camion, deux employés, un compacteur.

Et voila le travail!

En une journée la chaussée est rendue dans un état acceptable pour les vélos

Le seul problème c’est qu’il a fallu attendre longtemps et slalomer entre les nids de poule pendant en moins trois ans avec ma bécane..

4 réponses sur « Blow Patcher, rénover sa rue »

  1. Et encore une fois de plus un terme anglophone vient enfumer la population. Il est vrai que « rustine » aurait fait moins grandiose que « blow-patcher ». Pour ma part j’ai une préférence pour le terme « pédassage » utilisé en Midi-Pyrénées…. Pour les services communicants des mairies qui nous expliquent maintenant que ces « ravaudages » s’inscrivent dans une démarche écologique et économiques -car ils permettent de mettre juste les matériaux là ou c’est nécessaire- le cryptage anglo-saxon sera préféré!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s