Étiquette : Bade Wurtemberg

Recherche coéquipier(e)s…

Forêt Noire (vélomaxou)

Je recherche un ou plusieurs coéquipier(e)s pour traverser la Forêt Noire cet été 2014 à VTT. Poursuivre la lecture de « Recherche coéquipier(e)s… »

Publicités

La route est à nous

Est-ce que le dégel s’installe durablement?

Avec 7°C et quelques rayons de soleil, il ne fallait pas hésiter.

Je saute sur la bécane et je file dans le vignoble. Poursuivre la lecture de « La route est à nous »

Balade en Forêt Noire

A tous ceux qui aiment la Forêt Noire et ses paysages changeants
et verdoyants, voici une invitation au voyage.

A pied, à cheval, à vélo.

Cela va de soi!

voir aussi ce
récit

 

Staufen

Bon, admettons!

La promo de Staufen n’est plus à faire.

Pour les Mousquetaires et consorts, ce n’est plus une
découverte.

Alors, il reste toujours la joie retrouvée de dompter nos
bécanes.

Une joie simple.

Il suffit juste de prendre son élan et de se laisser
emporter.

Tout en bavassant.

Vive le vélo!

Oui, encore un coup de coeur, sans aucun doute.

Fukushima s’est arrêté sur le Rhin

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Fukushima s'est arrêté sur le Rhin

vélomaxou

La France n’a pas eu peur!

Même si Olivier Picard, l’éditorialiste des DNA, trouve qu’elle
a mauvaise mine ce matin.

Comme pour le nuage de Tchernobyl, celui de Fukushima s’est
arrêté sur les bords du Rhin.

Si les Verts allemands ont su profiter de l’effet Fukushima en
raflant le land de Bade-Wurtemberg, en revanche de ce côté-ci du
Rhin, Fukushima n’a pas fait vaciller d’un iota la démocratie
chrétienne alsacienne.

Il est vrai qu’ici en Alsace, les candidats de la droite se sont
bien gardés de toute référence à l’UMP, le parti présidentiel en
pleine capilotade.

Trop heureuse d’avoir endiguée la montée du Front National, la
Majorité Alsacienne sauve la face et se maintient au pouvoir
régional dans chacun des départements du Haut-Rhin et du
Bas-Rhin.

Il est clair que dans ces conditions point n’est besoin de
s’interroger sur la suite: aucun changement à entrevoir dans la
conduite des exécutifs départementaux.

Du coté des investissements, les grands chantiers
d’infrastructures routières vont pouvoir reprendre comme par le
passé…et la pollution continuer de croître.

On pourra comprendre aussi ce matin le désarroi des écologistes
français, eux qui n’ont pas su tirer parti dans les urnes de
l’émotion provoquée par la catastrophe de Fukushima avec seulement
50 conseillers au niveau national.

Il faut croire que l’opinion est moins influençable de ce coté
du Rhin…surtout en constatant le total désintérêt de l’électorat
qui a boudé les urnes à plus de 55%.

Il est vrai que les Cantonales et son conseiller général ne
signifient pas grand-chose dans les esprits citoyens.

Citoyens, circulez, y’a rien à voir!

 

Cyclisme et ostracisme

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cyclisme et ostracisme

« Bien sûr, me voyant arriver, que fait le conducteur? il
fonce pour passer avant moi en me regardant lui faire un signe de
dépit de la tête du genre “encore un pressé qui s’en
fout” (Alain-Carfree)

Ces comportements là, on les connait tous: des voitures qui vous
coincent juste avant un feu ou celles qui vous serrent sur le
trottoir en arrivant à un rond-point.

Il existe un racisme anti-vélo de la part des automobilistes. De
même qu’on retrouve ce type de comportement parmi des cyclistes vis
à vis des piétons.

Comme s’il existait une hiérarchie d’usagers. Sur les vélos, les
prolétaires de la route et dans les limousines, les
aristocrates.

Cette xénophobie du moyen de transport n’est pas sans rappeler
un débat récent à propos de la stigmatisation du cycliste qu’on
enferme sur une portion étroite de la chaussée.

Cette parcellisation des espaces publics revient, in
fine
, à la ségrégation des modes de transport et
d’usagers.

Disons le tout net: notre individualisme forcené nous conduit à
ignorer l’autre. Quand ce n’est pas à le percevoir comme un
gèneur!

Nous qui roulons aussi outre-Rhin sommes toujours surpris de
constater que ces comportements ne se retrouvent pas chez nos
voisins.

Trois comportements typiques de l’automobiliste allemand vis à
vis du cycliste:

1/ vous montez une côte sur chaussée étroite: l’automobiliste
attend derrière vous…et prend son mal en patience.

2/ vous arrivez en haut de la côte et vous vous arrêtez parce
que vous êtes fatigué: l’automobiliste s’arrête pour vous demander
si vous avez besoin d’aide!

3/ vous vous apprêtez à couper la route pour emprunter une piste
cyclable: les voitures s’arrêtent devant et derrière vous pour vous
laisser passer.

Je n’invente rien.

Ces conduites sociales différenciées ne manquent pas de susciter
la curiosité.

L’automobiliste français semble conditionné par l’aversion du
cycliste; il cherchera par tous les moyens à se débarrasser d’une
obligation réglementaire qui placerait le cycliste en position
prioritaire. C’est pourquoi, on fera subir au cycliste toutes les
petites crasses capables de le dissuader  de faire du
vélo. Même si cela doit occasionner une chute. Pourquoi pas? pourvu
que ça lui serve de leçon!

On ira rechercher les causes de cet ostracisme dans les
comportements élististes et machistes d’une société qui a voué
depuis 50 ans, soit deux générations, un culte sans partage à
l’automobile.

Mais alors, pourquoi les allemands, avec leurs grosses
limousines, seraient-ils différents?

C’est un paradoxe historique.

Les allemands aiment la bagnole, mais ils ont tous des vélos au
fond de leurs garages.

Dès le plus jeune âge, on vous apprend le vélo.

Dans le Bade-Wurtemberg, les enfants vont en classe à vélo. Pas
avec des autobus.

Le transport inter-modal « train+vélo » est une réussite.

Sans parler des infrastructures cyclables!…

Il est vraisemblable que ces apprentissages du vélo comptent
pour beaucoup dans les comportements observés chez l’automobiliste
allemand.