Étiquette : facteur

Dring! c’est le facteur

Aujourd’hui dépannage de VAE malgré moi.

Dring!…

Quiproquo: C’est ma factrice. Je n’attends pas de recommandé?… Non, non, je ne trouve plus ma chaîne sur mon vélo!!! et vous l’avez perdue où? mais je ne n’ai rien vu tomber…Bon, garez-vous là!…je vais chercher des gants…d’un coup d’œil, j’ai vu que ce gros vélo de La Poste baignait dans l’huile de vidange. Depuis longtemps.

Oui, le moteur s’est emballé, j’ai tapé dans le mur et je me suis laissée tomber!…

Je commence à m’interroger… en même temps je constate que la chaîne a fait deux tours sur la cassette et qu’elle pend derrière le carter.

Normal que le moteur d’un VAE sans chaîne continue de tirer si vous pédalez dans le vide, lui dis-je…

Dérouler la chaine, j’y parviens. Mais la remonter sur le pédalier met le moteur en marche!…Exercice hautement périlleux sans couper le courant!

Coupez le moteur!

Je ne sais pas…

Et démonter la batterie?… oui on y parvient en levant la selle.

Maintenant, une fois la chaîne remontée, les pédales entrainent la roue, c’est bon signe.

Seul hic: il n’y a plus de roue libre…on ne peut plus arrêter de pédaler et donc on sera en traction permanente.

Je me penche sous les sacoches…j’aperçois un crochet pris dans les rayons. C’est un tendeur du porte-bagage qui a fait le tour des pignons et qui bloque la roue libre.

Avec une pince, je retire l’ensemble.

Le tour est joué. Ma factrice fait cent mètres, revient vers moi.

Tout est bien.

J’ai remis la Poste dans le droit chemin et passé avec succès ma première épreuve de mécanique VAE.

Les facteurs dans la rue

img_8027
Thur-Doller, les facteurs manifestent à Vieux Thann

Quoi de plus normal qu’un facteur dans la rue!

Ceux-là manifestent et le font savoir.

Les facteurs ont ceci de commun avec les élus, c’est que dans le monde rural, ils sont de bons relais d’opinion du ressenti de la France profonde.

Les facteurs de Thur-Doller dans le Haut-Rhin ne sont pas contents.

img_8022

En cause la réorganisation sans fin de leurs tournées et un certain mépris des Directions qui les laissent dans l’incertitude du lendemain.

En cause aussi la baisse drastique du flux de courrier qui fait qu’on doit allonger les tournées pour conserver un volume acceptable.

Ce qui n’est pas forcément à l’avantage des postiers qui doivent parcourir toujours plus de kilomètres avec leur vélo ou leur voiture.

Des journées à rallonge qui font perdre l’attrait du métier.

En effet pour nombre de facteurs commencer tôt permet de finir en milieu de journée et donc de disposer d’un temps libre intéressant.

Ce n’est plus le cas, ils doivent commencer plus tard et finir plus tard avec la réorganisation des flux et la centralisation du tri.

Ambiance glaciale ce matin avec le froid venu du nord dans la rue…Gutenberg à Vieux Thann où est implanté le centre de tri.

Ma factrice est là.

« C’est un de mes clients » s’exclame t-elle en apercevant Vélomaxou sur son vélo.

Au centre des calicots et des drapeaux syndicaux, je me fais tout penaud.

« On attend la Presse à neuf heures… » me précise une déléguée.

Des croissants, des brioches, du thé et même des figues fraîches.

De gros poids lourds de 40 tonnes peinent à se frayer un passage quand l’Estafette ripolinée de la CFTC surgit.

Une clameur.

L’ambiance est bon enfant malgré les craintes de voir disparaître lentement une profession sinistrée.

Le facteur ne sonnera plus

Mon facteur ne sonne plus depuis longtemps.

Sauf pour le calendrier.

Mais il passe toujours dans la rue.

A grande vitesse.

Le 33, le 47, le 22 de l’impasse.

Les plis volent et virevoltent.

Avec sa gouaille habituelle, le quartier se réveille.

« Comme par hasard, le 22 est au bout de l’impasse » dit-elle comme pour regretter ce supplément d’hectomètre.

Elle connait par cœur ceux qui lui fournissent encore du travail.

Le métier n’est plus ce qu’il était.

Pourtant elle continue de courir, ma factrice sur son coursier.

Des clients, il n’y en a plus.

A part les mauvais payeurs et les contrevenants de la route qui sont avisés.

Pourtant si, je maintiens deux abonnements magazine, celui du volatile le mercredi et celui de Marianne le vendredi, par sympathie à l’égard de cette presse impécunieuse.

Le facteur ne sonnera bientôt plus du tout puisqu’en dix ans, le courrier s’est effondré de moitié.

Alors?

Faut-il se dépêcher de vieillir pour prendre un contrat « vieux » auprès de la Poste et recevoir la visite attentionnée de ma factrice?

Non, la solution découle de source: ne plus passer qu’un jour sur deux comme pour les poubelles ou alors aller chercher son courrier au bout du quartier.

Faire un grand barouf médiatique pour nous dire que La Poste est sauvée avec le pognon de la CNP, est-ce bien raisonnable?

vous aimerez peut-être mes autres articles plus anciens sur La Poste…

https://velomaxou.com/2018/05/02/la-poste-boomerang/

https://velomaxou.com/2013/10/02/la-poste-conviviale/

https://velomaxou.com/2012/03/14/avis-mortuaire-a-la-poste/

https://velomaxou.com/2017/11/29/calendrier-du-facteur-un-succes/

 

 

 

Calendrier du facteur, un succès

pb290030.jpg

J’en suis fier.

Comme chaque année, mon billet intitulé « Calendrier du facteur, la fin d’une époque » bat des records de popularité.

Depuis sa parution le 27 novembre 2011, cet article a été vu 7971 fois. Continue reading « Calendrier du facteur, un succès »

Le facteur à vélo est-il condamné?

Mon facteur est venu me faire ses adieux.

Plus assez de factures à distribuer!

Ni de lettres, ni de cartes.

C’était le plus ancien à vélo, celui avec lequel j’échangeais quelques mots sur tout et sur rien quand je l’apercevais de mon jardin.

« On me mute vers des tournées de remplaçant, je ne cadrai plus avec la logique actuelle… » Continue reading « Le facteur à vélo est-il condamné? »

Quand on a rien à dire…

Quand on n´a rien à dire, on parle du Mexique
De l´Amérique du Nord où tous les gens sont fous
Du Pape et du tiercé, des anti-alcooliques
Du cancer des fumeurs ou des machines à sous

(chanson de Bernard Dimey +1981)

Justement, je n’ai rien à dire.

J’attends le temps qui passe…

Maintenant que le cyclisme de loisir s’est mis en parenthèses, il ne reste plus que mon facteur pour faire la démonstration de son art avec son vélo tous temps. Continue reading « Quand on a rien à dire… »