Faut-il décroître?


illusdruilhe.jpg

Je m’amuse avec ce sujet qui mobilise de grands économistes.

Il est très compliqué dès lors qu’on sait tous que tous nos paramètres de santé économique reposent sur un dogme, celui de la croissance.

Croire à la décroissance est de nos jours très mal vu.

J’avoue moi-même ne pas être un modèle du genre quand j’achète sous forme compulsive toutes sortes de gadgets électroniques vite abandonnés.

Mais enfin, mes vélos durent plus que de coutume parmi mes confrères.

img_1729
Mon vélo quotidien résiste à l’obsolescence programmée. Il va aller manifester avec les gilets jaunes le 17 novembre histoire de montrer l’exemple

Certains alter-mondialistes militent pourtant pour un autre modèle, celui où nos biens se suffisent et ne se déprécient pas.

C’est le sens de cette dénonciation contre l’obsolescence programmée de  nos sociétés modernes qui veut qu’on jette nos objets de consommation jugés irréparables au bout de quelques années.

Machine à laver, grille-pain, montre, téléphones…et vélos, tout y passe…et nos déchetteries croulent sous la charge.

Je ne parle pas de la voiture sans cesse améliorée d’une année à l’autre pour nous donner l’envie d’en changer.

Du coté des politiques, très peu se battent pour la décroissance.

Même pas les communistes qui jadis encourageaient un productivisme forcené comme au temps des soviets!

Les hommes politiques savent que notre seul modèle capitaliste repose sur le développement, c’est à dire la production de biens d’équipement et de consommation procurant emplois et augmentation des richesses.

Les États sont aussi très friands de croissance; sans elle, impossible d’assurer un niveau de chômage bas et des rentrées fiscales conséquentes.

Imaginons que le mouvement des gilets jaunes, hétérogène et apolitique, réussisse son offensive consistant à bloquer le pays, ce dont je doute…

Rapidement, l’État va perdre des rentrées de taxes…et le déficit va donc s’aggraver par voie de conséquence.

Moins d’essence vendue= moins de taxes perçues

Cette équation là ne peut perdurer puisqu’il faudra bien reprendre sa voiture le lendemain.

Le seul qui pourrait tirer son épingle du jeu dans ce jeu absurde serait celui qui, comme moi, ne craint pas de parcourir chaque jour 30 bornes à vélo!

Tous les biens de consommation non vendus par suite du blocage « gilets jaunes »organiseront mathématiquement une baisse de 20% pour l’État correspondant à la TVA des produits courants non vendus.

Mais direz-vous, ces produits non vendus seront vendus le lendemain ou le surlendemain, alors à quoi bon!

Une véritable décroissance devra cependant intervenir un jour ou l’autre lorsque la planète aura fini de piller ses ressources.

Oui, il existe une finitude des ressources sur notre terre malgré les slogans imbéciles qui prônent  le développement durable.

Ce n’est pas vrai, le développement n’est pas durable.

Aucune loi ne le démontre.

Pour organiser une véritable décroissance, il faudrait que les plus riches d’entre-nous économisent euro après euro et les convertissent en or, seule valeur refuge que la banque ne peut faire fructifier.

Seul problème: les plus riches d’entre-nous n’ont aucun intérêt à casser le système économique dont ils profitent.

Grassement!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s