Campagne pour le casque en Allemagne


La ministre de la famille Franziska Giffey participe à la promotion du casque à vélo sur sa page Facebook

L’Allemagne mène actuellement une campagne destinée à promouvoir l’emploi du casque à vélo en ville.

Tollé chez les féministes allemand(e)s, la promo pour le casque du ministère des transports met en scène une femme en tenue légère portant un casque. La campagne risque de faire un flop. Elle a au moins fait parler d’elle jusqu’en France.


Affiche de campagne « C’est vraiment moche. Mais ça sauve ma vie ». C’est curieux une affiche allemande rédigée en anglais…

En France, on n’en est pas là. Pas de campagne en faveur du casque. La FUB s’oppose depuis toujours à une quelconque obligation de porter le casque. Les raisons sont multiples; selon la FUB, le casque handicaperait l’essor du vélo en ville en obligeant les cyclistes à emporter le casque avec eux une fois le vélo stationné…

Publicités

5 réponses sur « Campagne pour le casque en Allemagne »

  1. Il est vrai que j’ai moi aussi deux attitudes selon l’usage du vélo. En ville je ne le mets pas alors que je suis convaincu de son utilité sur route et chemin. Pourtant, si je me prends une gamelle en ville, j’aurai aussi mal, vu les pièges que j’y rencontre.

  2. L’efficacité du port du casque n’est, de loin, pas aussi utile que le prétendent la majorité des ignorants du cyclisme urbain.
    La contre-productivité du casque est une évidence pour toute personne qui réfléchit un peu :
    – effet dissuasif d’utilisation du vélo pour les personnes désirant rester correctement coiffées
    – assimilation des cyclistes casqués à des personnes expérimentées vis à vis desquelles les bagnolards sont moins respectueux
    – assimilation des vieillards et femmes casquées à des coureurs qui encombrent les routes des bagnolards pour s’amuser.
    – obligation de trimbaler cette casquette en peau de poubelle (de recyclage) dans tous les endroits où on doit se rendre.
    – CASQUE À VÉLO = PIÈGE À CONS.
    Exceptions :
    – pratique du VTT sur terrains accidentés
    – pratique du vélo en peloton

    1. L’idée que le casque serait utile à vélo (utilitaire) est totalement irrationnelle. Sinon on devrait en porter un tout le temps (lors d’une sortie footing, dans les escaliers, en voiture etc.). Il est certain en revanche que ce discours sécurito-angoisso-culpabilisant fonctionne à fond. On peut repérer les néo-vélotaffeurs à leur casque rutilant (et hors de prix).

  3. « assimilation des cyclistes casqués à des personnes expérimentées vis à vis desquelles les bagnolards sont moins respectueux » : j’avoue que je n’y avais pas pensé… mais, à la réflexion, je pense que c’est hélas tout à fait vrai !
    Je porte le casque systématiquement, ville ou pas ; ça protège quand même un peu la tête qui a vite fait de heurter le sol lors d’une chute : j’en ai déjà fait l’expérience lors d’une chute récente (impossible de retenir ma tête que je sentais s’approcher du sol); et en ville une bordure de trottoir peut-être fatale m^me si aucune bagnole n’est en cause (on roule souvent sur ces fameux « trottoirs cyclables » (grrr…!) et un piéton à éviter ou qui vous bouscule ou autre événement qui surgit, c’est vite arrivé.
    Mais ce n’est pas pour autant qu’un casque préserve de tout : il vaut mieux en être conscient (pour rester conscient …!!).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s