Le Gravel fait son chemin


L’exemple type du Gravel avec son barda genre baroudeur. C’est ce qui plait aujourd’hui

Ce n’est pas moi qui vais dire du mal du Gravel, ce vélo pour gravier, venu tout droit des US en 2016.

Au diable le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse dit le dicton! Derrière le Gravel ne se cache rien d’autre qu’un coup de com qui exploite le marché du vélo et qui tente d’installer une niche entre la route et le chemin.

Soit!

Image glanée sur le net; le Gravel vous autorise le sur-mesure en fonction de vos goûts

Le Gravel Bike France sur Facebook avec ses 9000 membres assure le SAV du bouche à oreille; il n’en faut pas plus pour un engouement pour ces nouvelles machines souvent haut de gamme et dont chacun cherche encore la justification pour se lancer à l’aventure.

Lorsqu’on est « routier » et « vététiste », a t-on besoin d’un Gravel? le vélo tout chemin VTC ne suffit-il pas à faire l’affaire? Ce sont les questions à se poser. Ne tournons pas autour du pot: il y a d’abord beaucoup de geeks parmi les inconditionnels du Gravel, des cyclistes venus de la route qui voudraient faire du chemin tout en conservant l’aristocratie, l’académisme de la route.

Un Gravel de base pour commencer

Je me souviens que les compétiteurs ont inventé le cyclo-cross; avec le Gravel, nous n’en sommes pas loin. Les Graveleux, appelons les ainsi, ne manquent pas d’humour entre eux. Lorsqu’ils se posent la question de savoir quelle est la différence entre Gravel et cyclo-cross, ils répondent « ça s’écrit pas pareil! ».

D’autres le définissent ainsi : le Gravel c’est la version cyclotourisme du cyclo-cross. Comme quoi on peut s’autoriser la définition qui plait sans trop se prendre la tête.

Le Gravel made in Orbéa

Mais pour le dire autrement, je dois reconnaitre que le Gravel est capable de séduire aussi ceux qui peu à peu souhaitent se « défaire » du routier sophistiqué incapable de quitter l’asphalte. Alors oui, c’est un Gravel qui conviendra dès qu’on abordera les chemins forestiers vosgiens sans ornières. Alors vous pourrez construire des itinéraires mixtes: des départs par la route et des sections forestières bucoliques et poétiques à l’abri des pots d’échappement.

Mais finalement, vous l’aurez compris, le Gravel c’est d’abord un état d’esprit qui vous éloignera des records tout en vous rapprochant du vélo-nature.

Alors chiche, essayez le Gravel!

Publicités

7 réponses sur « Le Gravel fait son chemin »

  1. Le gravel est un pousse-au-crime, on s’enhardit hors des routes, on va à l’aventure pour se retrouver coincé dans des descentes caillouteuses assez dangereuses à appréhender avec le cintre route (parfaitement inutile par ailleurs) des gravel.

    Comme ce compétiteur, je n’ai plus aujourd’hui qu’un seul vélo, un VTT semi-rigide et mono-plateau, car j’ai toujours considéré que c’était le vélo polyvalent par excellence. Avec cette monture équipée de pneus pas trop typés tout-terrain gras, on peut tout se permettre.

    1. C’est effectivement un vélo passe-partout, mais l’absence d’éclairage fixe doit être très gênante quand tu te retrouves dans un tunnel non éclairé ou lorsque tu ne peux pas atteindre ton but avant la nuit.
      L’absence de gardes-boue me semble rédhibitoire si tu dois pédaler longtemps sous la pluie.
      L’absence de portes-bagages dignes de ce nom ne te permet certainement pas d’emmener ton confort en camping, qui plus est le positionnement haut de tes bagages ne me semble pas l’idéal pédaler en danseuse.
      C’est certainement un bon vélo pour faire des raids de quelques jours, mais je conçois assez mal de voyager au long cours avec un tel équipement.

      1. Bah, de nos jours l’éclairage n’est plus un problème, on peut clipser des torches assez puissantes n’importe où, comme sur un montant de la fourche, le cintre, voire même sur le cycliste pour la vision arrière. Idem pour les garde-boue prévus spécialement pour les VTT, ils se montent et se démontent en quelques secondes.
        Mais si je parle du VTT semi-rigide et mono-plateau comme du vélo polyvalent, il est évident que qui se destine au grand tourisme et à la route doit jeter son dévolu sur un engin plus spécialisé. Notamment à cause de l’absence de porte-bagage sur le VTT et l’impossibilité d’en monter un. Encore que ça n’a pas eu l’air de déranger le compétiteur dont j’ai posté la photo plus haut et qui a traversé Belgique et France en diagonale et en toute autonomie…

      2. Clipser deux lampes en une fraction de seconde quand tu te retrouves soudain dans un tunnel imprévu !
        Celà m’est arrivé plusieurs fois. Un petit coup de pied sur le levier de la dynamo, tu es visible des écraseurs qui arrivent de derrière et des écraseurs qui arrivent en face.
        Maintenant, sur mon randonneur, la dynamo (alternateur) de moyeu avec poussoir au guidon et charge permanente du portable est encore plus efficace et permet même de faire des « appels de phare »

  2. Je me permets de tiquer quant 2016 « date de naissance » ou d’importation du « gravel » . En 2014, j’avais déjà réfléchi à l’incongruité d’utiliser un vtt alors que je ne parcourais que du chemin blanc et quelques sentiers un peu pentus, au pire quelques chemins forestiers. J’ai donc demandé à mon vélociste de me concocter un vélo en partant d’un cadre de cyclo-cross (de marque EXS, pas trop cher) et en y greffant un cintre plat et des commandes de vtt (ce qui s’est avéré par la suite une erreur). Les roues étaient de bonne facture (Mavic Ksyrium freinage à tassaux) et les pneus Challenge arboraient la dénomination « Gravel ». C’est d’ailleurs là que j’ai vu apparaître pour la première fois le vocable « Gravel » C’était courant 2015. Le vélo était léger , mais un peu court pour moi et ne comportait qu’un seul porte bidon. Par ailleurs le cintre plat pour un usage sur route, ça va pour aller chercher le pain, au delà c’est lassant. J’ai donc fait l’acquisition d’un cadre de marque anglaise, spécialisée dans la rando (en acier Reynolds, fourche carbone) et y ai fait monter l’accastillage adéquat (double plateau 46-30- cassette 11-32, roues Ksyrium disques, cintre route évasé).
    Si le poids est à peine inférieur à celui d’un « VTC » et un kilo de plus qu’un VTT haut de gamme, le rendement n’est pas comparable, la position non plus et une partie de manivelles de 6-7 heures sur routes-chemins-sentiers, avec les sacs n’est pas plus traumatisante que sur une belle « randonneuse ». Il n’y a pas la surcharge ni l’inertie dûes à la suspension, le cintre route évasé permet des changements de position relaxants que le cintre plat n’autorise pas. Quant aux pneus – et là , lbien que le tendance soit aux bibendum- une section de 35-38mm suffit et permet de passer partout sans problème et quand on a quelques kilomètres de bitume lisse on n’a pas l’impression de rouler sur des ventouses. Cela dit, il est probable que les industriels saisissent cette nouvelle opportunité qu’est le « gravel » tout comme ils se sont rués sur le « mountain bike » en 1985-1986, rebaptisé VTT en 1988.
    Jimmy

    1. Très belle analyse d’un connaisseur de la chose. C’est parfois exaspérant de voir ceux qui succombent à une mode sans avoir expérimenté le concept comme toi. Par exemple abandonner le guidon cintre moi aussi je le regretterais si je devais perdre cette faculté de positionner mes mains de différentes façons pendant plusieurs heures alors que ma pratique du VTT est souvent mixte en montagne à pied et sur le vélo. Enfin ce n’est qu’un avis. Je crois qu’il faut pouvoir adapter son vélo à ses usages.

    2. Le cintre VTT, beaucoup plus large qu’un cintre route, permet de mieux guider son vélo dans les endroits scabreux. Sans parler du fait que les freins y sont placés au bon endroit ! Quant aux changements de position souhaités, on peut ajouter des repose-mains au cintre…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s